75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Inversions
Inversions >

Critique du Roman : Inversions

Avis critique rédigé par Manu B. le lundi 12 février 2007 à 1311

Inversions

"Il n'est d'autre péché que l'égoïsme: ainsi parlait le docteur, cette femme excellente. La première fois où je l'entendis énoncer cette opinion, ma jeunesse m'inclina d'abord à la perplexité, puis à la déférence devant ce que je croyais être de la profondeur..."
Vosill est docteur. Mais son origine étrangère n'est pas ce qui gène le plus les résidents de la cour du roi Qience. Le Docteur Vosill est une femme. Or, dans ce pays encore médiéval, les femmes ne sont pas censées être des guérisseuses, talentueuses de surcroît. Autre part sur cette planète, DeWar est le garde du corps du général de Tassasen. Il effectue son travail de manière exemplaire. Mais lui aussi est un étranger. Comme Vosill...
Dans une société médiévale, presque barbare, où le statut des femmes n'est pas ce qu'on considère, nous lecteurs, comme égal à celui des hommes, il est bien difficile de s'imposer. Or Vosill est cet étrange phénomène, alliant féminité et talent pour la médecine. Et ça ne peut qu'agacer. Du coup, les intrigues au palais sont nombreuses. C'est au travers du récit de son apprenti médecin Oelph que l'étrangère est ainsi décrite. Si aux premiers moments, elle intrigue, il commence petit à petit à avoir de sérieux doutes quant à son origine. D'une part à cause de ses nombreuses connaissances, mais aussi à cause de sa confiance en elle, sa peur quasi inexistante des autres courtisants du roi. Son histoire alterne avec celle de DeWar. Ce garde du corps est zélé et diablement efficace. Mais il mène aussi son enquête. Et les informations qu'il devra glaner ici et là devront être obtenues de manière la plus subtile. Mais quelle sont les raisons de la présence de ces deux personnages ? C'est toute l'histoire de ce roman.
Iain M. Banks, dans sa saga de la Culture, a montré qu'on pouvait raconter une histoire de mille et une façon. Inversions est une de ses manières d'aborder le problème de l'interventionnisme de la Culture. De manière subtile. A chaque épisode dans cet univers, il nous a étonné. Inversions ne déroge pas à la règle. Mais à ceux qui seraient tentés de lire ce roman pour son sens du wonder space opera, passez votre chemin. Ici, il n'y a que complots, enquêtes de cour au moyen-âge. Les habitués s'amuseront à déceler les indices relatifs à la Culture, les autres prendront plaisir à lire un roman dont l'ambiance a le petit côté sinistre et inquisiteur du nom de la rose.

La conclusion de

Roman étonnant dans le cycle de la Culture, il n'y a vraiment que ce livre qui nous mène de l'autre côté de la barrière Culturienne. Seuls les habitués de la saga noteront le lien ténu avec le reste de l'oeuvre de Banks. De manière subtile.

Acheter Inversions en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Inversions sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Cycle de la Culture

En savoir plus sur l'oeuvre Cycle de la Culture