75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Livre-jeu : Les Maîtres des Ténèbres
Les Maîtres des Ténèbres >

Critique du Livre-jeu : Les Maîtres des Ténèbres

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 12 octobre 2006 à 0347

Dans la peau d'un seigneur Kaï

Les Maîtres des Ténèbres est le premier opus des aventures épiques du célèbre Loup Solitaire. Ancré profondément dans la mythologie de pure essence Dungeons & Dragons, il offre la possibilité au lecteur de se mettre dans la peau d’un courageux seigneur Kaï (une sorte de chevalier Jedi aux couleurs fantasy), ou presque…
Il faut dire, qu’à l’origine, l’œuvre de Joe Dever devait ne servir que comme support de scénario, de background comme on dit, pour des campagnes se déroulant dans l’univers de AD&D. Ce n’est que plus tard, en 1984 plus précisément, que l’auteur a pris conscient du potentiel de son histoire et de son personnage et a décidé de se consacrer aux livres-jeux, dans la série Livre dont vous êtes le héros.
Pour tous ceux qui ne connaissent pas le principe de ces ouvrages. Voici quelques explicatifs. Dans ces romans, le lecteur se voit proposer d’interagir sur le déroulement de l’histoire. C’est tout d’abord lui qui affine, au début de l’aventure, les caractéristiques du personnage principal – ici, le Loup Solitaire – en définissant ses potentiels numériques physiques et psychiques, ainsi que certains capacités spéciales (dans le cadre de cette série, on les nomme les pouvoirs Kaï) par l’utilisation de tables spécifiques. Dans le cas de ces aventures, le personnage obtenu se rapproche d’un puissant mélange entre un ranger - dans le pur style Aragorn (Le Seigneur des Anneaux) - et un guerriers mage – à la manière d’Elric de Melnibonée.
Ensuite, au cours de la lecture, il se voit proposer, en fin de chaque paragraphe, plusieurs choix d’attitude ou de comportement. Par exemple : Vous traversez une forêt verdoyante, bercé par le chant des oiseaux. Soudain, votre regard est attiré par un mouvement furtif, glissant derrière les fougères. Si vous décidez d’aller voir de quoi il en retourne, rendez-vous au chapitre 35. Si vous continuez votre chemin, rendez-vous au chapitre 12. Et ainsi de suite… Comme vous pouvez le voir, l’ensemble reste très directif et l’on est loin de ressentir la liberté d’action des véritables jeux de rôle papier (si l’on omet la rigide période préhistorique de l’AD&D des années 70-80, surnommée, à juste titre, l’époque porte/monstre/trésor). En fait, on se rapproche plus de l’univers des RPG vidéo.
En général, ce qui fait la faiblesse de ce genre d’ouvrage, c’est la pauvreté des textes et le manque d’originalité du sujet. Dans ce secteur, la série des Loup Solitaire peut être considéré comme une exception. Si le décorum et le personnage principal ne vont pas faire pousser au lecteur des exclamations d’étonnement, il ne faut cependant pas qu’il s’enlève de l’esprit qu’il tient dans ses mains la réédition d’un livre datant du début des années 80, une période où les dragons rouges étaient encore jeunes et vigoureux.
Il vaut mieux qu’il s’attarde sur les mécaniques de fonctionnement de ce premier livre. Car il est difficile de faire mieux dans le genre. Le nombre de choix est très important et même si un rôliste expérimenté finira rapidement le livre – il trouvera facilement la suite logique des évènements -, il pourra s’amuser à prendre les chemins de traverse. D’autant plus que ces ‘’quêtes’’ secondaires permettent au personnage, s’il y survit, de quérir un bon nombre d’objets spéciaux et de trésors qui pourront lui être utiles dans les tomes suivants. Car, autre aspect intéressant, les livres du Loup Solitaire se suivent chronologiquement, à la manière d’une campagne de jeu de rôle.
A noter qu’à la fin de cette année, les responsables de l’association du Grimoire vont éditer en français un jeu de rôle construit autour du monde du Loup Solitaire. Editée en version origine chez les britanniques de Mongoose Publishing, la version française se verra grandement améliorée par une maquette de meilleure qualité et des dessins de Gary Chalk, illustrateur originel de la série.

La conclusion de

Les Maîtres des Ténèbres est un ouvrage récréatif sympathique, qui laisse entrevoir un background travaillé et une intéressante évolution du personnage principal. Le challenge proposé au final, qui est de suivre la série des 20 livres, devient séduisant au fur et à mesure que l’on participe aux aventures du Loup Solitaire. Les joueurs les plus expérimentés vont sûrement sourire devant le manque de difficulté de ce premier tome, mais il a de bonnes chances de satisfaire les plus jeunes. Et pourquoi pas, leur donner l’envie des pencher de plus prêt sur les plaisirs du jeu de rôle, le vrai…

Que faut-il en retenir ?

  • Lecture facile
  • Mécanique éprouvé
  • Background travaillé
  • Bonnes illustrations

Que faut-il oublier ?

  • A réserver à un jeune lectorat
  • Manque d'originalité

Acheter Les Maîtres des Ténèbres en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Maîtres des Ténèbres sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Loup Solitaire / Magnamund

En savoir plus sur l'oeuvre Loup Solitaire / Magnamund