75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Tobe Hooper's Mortuary
Tobe Hooper's Mortuary >

Critique du Film : Tobe Hooper's Mortuary

Avis critique rédigé par Lucie M. le mercredi 3 mai 2006 à 1637

Le retour de Tobe Hooper à un arrière goût de moisissures…

Tobe Hooper’s Mortuary marque le retour sur grand écran d’un scénariste devenu culte grâce à des films comme Massacre à la tronçonneuse, Poltergeist ou Lifeforce. Également réalisateur de plusieurs petites productions restées inédites dans les salles françaises, par exemple le pas mal Body Bags, Tobe Hooper subissait depuis de nombreuses années de gros échecs cinématographiques. Donc encouragé par le mini tapage qui prévenait du grand retour de celui-ci au cinéma et après avoir vu la petite bande-annonce alléchante, la future vision de Mortuary s’avisait bien agréable…Mais…Argh ! …non plus jamais ça ! Tobe Hooper devrait stopper définitivement le cinéma même si cette passion dévorante l’a gagné dès son enfance quand ses parents le collaient dans une salle obscure proche de chez eux en guise de baby-sitter. Bien oui Mortuary est à l’égal de ses plus mauvaises productions dans le genre d’un Crocodile de la mort, et j’en passe, où l’on se marre tellement puisque l’on s’ennuie et parce que c’est tellement nul qu’on se force pas à regarder et qu’on va faire autre chose !
Donc Mortuary conte l’histoire de la famille Doyle qui part s’installer en Californie et dont la mère – Denise Crosby – prend en charge l’entreprise de pompes funèbres d’une petite ville. Néanmoins, la maison où ils vont vivre est envahie par une espèce de moisissure entreprenante et bien malgré eux ils vont réveiller une affreuse créature qui hante le petit cimetière proche de chez eux et qui serait en réalité Bobby Fowler le fils disparu des anciens propriétaires décédés. C’est à ce moment-là que commencera la contamination étrange du monde des vivants par le monde des morts et que cette sale moisissure sera encore plus envahissante.
Dis, comme ça le synopsis de Mortuary n’est pas engageant, mais je l’ai fait exprès pour ne pas que vous usiez de votre temps pour aller voir cette moisissure de film. La seule scène drôle du film se déroule au tout début quand la famille Doyle rentre dans sa nouvelle baraque à moitié en ruine et que la petite Jamie Doyle s’écrit en voyant un cercueil dans une pièce : “Oh, mais Papa est venu aussi“ ! Humour noir très simple, mais qui touche son but. Malheureusement, j’ai été la seule à rire dans la salle. Ensuite, beaucoup de rires ont fusé, mais pas grâce au scénario de Jace Anderson et Adam Gierasch mais plutôt à cause de la réalisation de Tobe Hooper. Je vois cela d’ici Tobe Hooper dirigeant ses acteurs : “Bon là mes petits les zombis contaminateurs arrivent de partout, vous êtes affolés et vous courez dans tous les sens ! Aller je vous laisse maîtres de vos interprétations et improvisez les jeunes, improvisez “ ! Malheur, cette suite de scènes où les différents personnages sautent de partout en criant et désirant à tout prix échapper aux sales zombis contaminateurs est d’un drôle et d’une tristesse également. Tristesse, car c’est d’un nul que j’ai presque sauté de mon siège pour hurler à l’infamie !
De plus, le scénario de Jace Anderson et Adam Gierasch n’est pas réellement surprenant. Il emploie sans élégance des références à L’Invasion des profanateurs de sépultures de Don Siegel et également il empreinte des idées à certaines nouvelles de l’indicible Lovecraft et plus particulièrement à son mythe de Cthulhu. Alors là je vais faire un gros spoiler et je ne vais même pas être gênée. Quand on arrive à la fin et que la-bande-de-petits-jeunes-hystériques qui-court-partout-en-levant-les-bras ont compris comment tuer les zombis et qu’ils vont délivrer la pauvre petite Jamie enlever par une foule de zombis ils leurs est enfin révélés – chouette au spectateur aussi - la source de la contamination ! Elle se trouve dans un puits en dessous du cimetière, c’est une espèce de grosse moisissure que l’on aperçoit en image de synthèse, collée aux parois et qui est aussi monstrueuse que mon petit doigt. C’est pour dire ! Même dans certains épisodes de Buffy contre les vampires certains énormes monstres hideux sont plus susceptibles de nous faire frissonner que la grosse moisissure de Mortuary ! Et je ne vous parle même pas des faux murs en polystyrène genre grosses pierres de tailles présents dans l’un des caveaux mortuaires…Ah si oui un peu ! Bien ! Ces chers murs sont tellement mal réalisés qu’ils se plient sous le poids des acteurs qui ont la stupidité de s’y appuyer.

La conclusion de

Bon, soyons sérieux ! Mortuary n’est pas un super film d’horreur, les scènes gores sont manquantes, l’humour n’est pas au rendez-vous et les acteurs sont tellement mal dirigés qu’ils en deviennent stupides. De toute manière, je pense réellement que Tobe Hooper n’a jamais su diriger des acteurs, mais bon ! Passons ! Oui vous pouvez passer Mortuary au cinéma est l’attendre en DVD ou à la diffusion télévisuelle. Malgré tout, pour paraître un peu sympa, je dirais qu’il y a quelques passages marrants, mais qui s’en vont bien vite pour laisser la place au rire moqueur des spectateurs…Au revoir monsieur Tobe Hooper…mais ne prenez pas les murs de votre futur caveau en polystyrène ils risqueraient de s’effondrer !

Acheter Tobe Hooper's Mortuary en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Tobe Hooper's Mortuary sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La Couleur tombée du ciel

En savoir plus sur l'oeuvre La Couleur tombée du ciel