75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Independence Day
Independence Day >

Critique du Film : Independence Day

Avis critique rédigé par David Q. le mardi 4 avril 2006 à 0603

Le jour de glooooire est arrivé !

Sortie il y a maintenant plus de 10 ans au cinéma, il est toujours bon de revoir un film hors de la pression du moment pour en tirer sa vraie valeur. Je dois dire que pour ID4 - le surnom du film - je partais sur un a priori négatif, résultat de longues années de déni d'un film considéré par les uns comme une bouse et par les autres comme un block-buster proaméricain. Après l'avoir revu et en VO cette fois - force est de constater que ces propos sont un peu exagérés.
Tout d'abord pour moi, Independence Day est un film en deux parties très distinctes et faciles à repérer. La première partie, la plus intéressante et la plus réussie, est l'arrivée des extraterrestres sur notre planète et la découverte de leur motivation. Qui n'a pas eu des frissons en voyant l'ombre de ces gigantesques vaisseaux couvrir doucement la lune et les monuments connus? Qui n'a pas vibré en voyant ces énormes soucoupes - les fans de la série V s'en souviennent encore - survoler la ville et imposer son incontestable supériorité ? Souvenez-vous aussi de cette explosion gigantesque d'un bâtiment connu de Washington qui se brise tel un verre de cristal sous la puissance de feu de la technologie Alien. Cette première partie qui dure environ une heure est sans contestation possible une réussite sachant mêler des moments forts, des effets visuels excellents et une certaine lenteur des évènements angoissante au possible.
Cette première partie laisse la place à la deuxième au moment même où on nous indique être le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. Et là tout bascule dans le ridicule, l'impossible ou encore le politiquement correct. C'est tellement net qu'on a l'impression d'avoir changé de réalisateur en court de route. On se retrouve alors avec Will Smith qui assomme un alien à coup de poing, un président qui lit dans les pensées des envahisseurs et j'en passe. Le plus pathétique reste sans hésitation Jeff Goldblum le câblo-opérateur écolo qui en 3 minutes trouve la solution de 40 ans de recherches secrètes de la fameuse Area 51, un virus, qui bien sur sera codé en quelques heures par l'un des chercheurs. Evidente parade aux boucliers protecteurs, un virus qu'ils apporteront tout simplement au vaisseau mère dans l'un des engins récupérés lors du fameux crash de Roswell.
L'ennui c'est qu'on nage ici en pleine fiction totalement surréaliste alors que tout le début prônait le contraire. Non seulement ça déstabilise le spectateur mais ça lui donne l'impression de ne plus suivre le même film. Alors bien sur je met de coté le fameux discours du président, patriotique au possible, qui nous montre à grand renfort de musique militaire et de ralentit que la planète, et surtout nos sauveurs les Etats-Unis d’Amérique, est unie pour vaincre l'adversité dans un grand élan de générosité et de sacrifice pour la survie de l'humanité. C'est évidemment très mielleux, égocentrique et encore une fois surréaliste, surtout quand on se souvient que ces charmants envahisseurs visqueux on choisi le 4 juillet pour nous détruire. Pas de bol les gars, c'était le jour à ne pas choisir car c'est le jour où la grande puissance protectrice des humains a sa fibre patriotique qui vibre plus que les autres. L'apothéose intervient lorsque le dernier missile censé nous sauver ne se lance pas - comme quoi l'armement américain connaît aussi des ratées - et son pilote, un cul-terreux alcoolique se sacrifie pour la bonne cause. Ca fait toujours son petit effet de voir le peuple se sacrifier pour sauver sa famille. C'est toute cette ambiance, ces espèces de métaphores bidons de la vie - sacrifice, famille, patrie - qui font de cette seconde partie un vrai fiasco.
Alors bien sur techniquement ça fonctionne encore très bien. Les plans composites entre les vaisseaux et les vues réelles sont réalistes. Les scènes de combat et d'explosion n'ont pas perdues de leur rythme ni de leur impact visuel. Seuls peut-être les extraterrestres ont pris un coup de vieux et font plus penser à des marionnettes coincées qu'à des pilotes de chasse. La musique rend bien et les bruitages, surtout les graves - d'ailleurs la présence d'un caisson de basses est indispensable pour apprécier le film à sa juste valeur - donnent une ampleur magistrale aux explosions et autres évènements graves.
Mais voilà, la technique ne fait pas tout et lorsque s'ajoute à des acteurs pas spécialement brillants des dialogues creux, une surenchère de n'importe quoi et un gros budget pour nous en mettre plein la vue, un film qui aurait pu être génial se transforme en pop-corn movie peu estimé par le public et en démo pour homecinéphiles. Pourtant je le redis et j'en reste convaincu, ID4 avait du potentiel, si seulement...

La conclusion de

Un film à la première partie très réussie mais qui sombre ensuite dans la facilité et la niaiserie pour ne plus jamais en ressortir. L'intérêt du scénario catastrophe s'efface alors devant les effets spéciaux et la trop grande estime de soi de la première puissance mondiale.

Que faut-il en retenir ?

  • Des effets visuels encore de bonne facture 10 ans après
  • La première heure excellente

Que faut-il oublier ?

  • Une deuxième partie de film bâclée (dès le 4 juillet)
  • Trop d'incohérences
  • Des personnages caricaturaux et mielleux

Acheter Independence Day en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Independence Day sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Independence Day

En savoir plus sur l'oeuvre Independence Day