75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Manga : Le chant des morts
Le chant des morts >

Critique du Manga : Le chant des morts

Avis critique rédigé par Lionel B. le samedi 31 décembre 2005 à 0334

Une identité et des révélations

Le héro amnésique va enfin découvrir son identité. Cependant, il ne semble pas certain de celle-ci ne s’en rappelant pas. En fait, c’est une jeune femme, Huimai Nalbie, qui lui donnera son identité. Pendant que l’homme aux cheveux d’argent s’interroge sur la véracité de son nom, Hyuncho Bisa décide de conduire ses compagnons à la montagne Il-Ham, son pays d’origine.
Contrairement au deux premiers tomes, ce troisième n’est pas rythmé par l’action, bien que les combats ne soient pas absents. Ici, il s’agit plus de développer les personnages. Ainsi trois protagonistes seront mis en avant. Il s’agit tout d’abord et bien évidemment de l’homme aux cheveux d’argent qui découvre qu’il s’appellerait Kyuah Yeuni et serait l’ancien inspecteur de la défense Nord. Cette révélation le perturbera au point de douter de la véracité de celle-ci. Mais des souvenirs semblent hanter ses rêves depuis la rencontre avec la fille qui lui dévoila son nom. Hyuncho Bisa se dévoilera d’avantage par l’intermédiaire le doyen de son village. Ce dernier lui enlèvera un sceau se trouvant sur sa main gauche. Pour l’instant, nous ne savons pourquoi Hyuncho portait un sceau sur sa main. Disposerait-il d’un pouvoir caché ? En tout cas, il ne fait aucun doute que ce personnage aura son importance dans les prochains tomes. Pour l’instant, il ne cherche qu’à aider ses compagnons, à les protéger mais ne se sent pas assez fort pour parvenir à ses fins. Bref, il n’est qu’un homme ordinaire, un homme qui se cherche encore. Le dernier personnage qui dévoile un peu de son passé est Oshun Ilbi. Nous savons désormais qu’elle est descendue du purgatoire, apparemment pour fuir un grand ange qui souhaite sa mort mais nous ne savons pas pourquoi. Pour ce qui est de la Pierre Céleste, elle se sent un fardeau, la responsable de l’exil de ses compagnons. Au final, une amitié se construira entre Hyuncho, Oshun et la jeune Myo. La construction des personnages est ici le principal intérêt de ce troisième volume. La mise en page est parfois confuse avec un passage d’une scène à l’autre trop rapide. Il en est ainsi pour ce qui est de l’arrivé des quatre héros à la montagne Il-Ham. De plus, les passages avec les hommes de l’armée de l’enfer ne sont pas toujours très facile à comprendre. Certes, il est facile de comprendre que le but de Yeux d’aigle mais on ne comprend pas très bien la suite de son histoire.
Le dessin de Lee Yung Gyu est particulier. Son style n’est pas ancré dans le manga mais peut être plus dans le style européen même s’il subsiste quelques traits propres au dessin asiatique. La première particularité réside dans l’apparence des personnages. Ceux-ci ont une forme quasi triangulaire. J’entends par là qu’on a la sensation que les personnages sont dépourvus d’épaules. Une deuxième constatation peut être faite dans le trait même. Il s’agit d’un trait assez épais et gras. En revanche, on peut critiquer les visages des principaux protagonistes qui sont trop souvent simplifiés. Ainsi le visage de Oshun Ilbi apparaît vraiment trop rond et le visage de Hyuncho Bisa trop ovale. Ceux-là apparaît souvent choquant car ne correspond pas au style du manhwa dans son ensemble. Un grand soin est apporté en ce qui concerne les décors et sur des personnages secondaires. Ceux-ci sont souvent particulièrement bien détaillés. Certains effets ressortent également très bien comme le montre le passage avec Jiyoura.

La conclusion de

L’histoire avance peu à peu et met en place les personnages principaux. Bien que ce troisième opus du Chant des morts ne soit pas révolutionnaire, celui-ci demeure une lecture agréable malgré quelques problèmes au niveau de la mise en page. Le dessin est quant à lui irrégulier donnant l’impression que le manhwaga cherche encore son style, hésitant entre un style européen ou asiatique.

Que faut-il en retenir ?

  • La construction des personnages
  • Des décors très réussis

Que faut-il oublier ?

  • Un dessin irrégulier
  • Une mise en page parfois confuse

Acheter Le chant des morts en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le chant des morts sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le chant des morts

En savoir plus sur l'oeuvre Le chant des morts