75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Cube Zero >

Critique du Film : Cube Zero

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 2 octobre 2005 à 12:44

Histoires de Cube III

Mon premier avait créé la surprise, il était à petit budget et à partir d’une seule pièce avait sut créer un film de 1h30 bien stressant. Mon deuxième avait utilisé les ficelles du premier mais en évoquant une théorie sur les lois connues du temps et de l'espace qui ne s'appliquent plus. Le deuxième avait subit pas mal de critiques négatives, loin d’être mérité. Certes inférieur au premier mais plutôt intéressant pour une suite. Bien la mode étant aux prélogies, voici arrivée celle de Cube. Alors ce nouveau Cube mérite t’il de l’attention ?
Dès le départ le spectateur est réintroduit dans le cube avec une scène « gore », bien hilarante, et montrant que le film veut s’assumer déjà dans un registre série B (Attention cela ne veut pas dire forcément mauvais). Puis de suite on arrive dans une station de surveillance qui justement suit les péripéties du cube à travers plusieurs caméras. Eric Wynn (Le héros) fait partit des surveillants et analyse chaque membres piégés dans le Cube : Santé, réactions aux évènements, mais aussi à leurs rêves. Sur ce postula le scénariste/réalisateur Ernie Barbarash affiche son désir d’étendre la vision du Cube afin de percevoir ce qui se passe à l’extérieur et répondre à certains des « pourquoi ? ».
Innover dans un concept tel que Cube est loin d’être facile. Encore plus quand un premier film surprend autant que ce qu’avait réussi à l’époque le réalisateur Vincenzo Natali. Pourtant en exposant sa caméra, parfois hors du Cube, et en rendant le film plus sanglant que les précédents, Ernie Barbarash réussit presque le pari. Presque, car Barbarash ne peut s’empêcher d’utiliser les clichés des films de sous registre comme les soldats semi-machines aux méchants yeux verts qui se régénèrent ou sinon avec des dialogues parfois ridicules en particulier sur un personnage nommé Jax. Mais je l’avoue Barbarash arrive à intriguer et j’ai été plutôt scotché par cette série B, un poil moins prétentieux que le deuxième film, et qui justement essai de s ‘assumer comme tel, ne voulant ni plus ni moins que divertir durant les 95 minutes.
Les acteurs font souvent acteurs de secondes zones, mais ne sont pas désagréables. Ils se contentent de jouer sans poser trop de questions sur les motivations de leurs personnages. Zachary Bennett qui joue Eric Wynn demeure assez convaincant et cela tombe bien puisque c’est lui qui possède le rôle titre. Bon ok on s’étonne de voir son personnage réagir que quand la belle est en détresse, alors qu’il assiste déjà à pas mal de charcuterie, mais pas grave cela nous permet justement de profiter des scènes de cadavres.

52

Pas mal de réponse aux questions diverses dans ce nouveau Cube. Certains pourraient y reprocher aussi la perte psychologique et de stresse du premier. Mais Cube Zéro, pourtant, s’assume bien comme série B et propose un cota d’effets gores plutôt amusants et inventifs. Un film divertissant, agréable qui ne laissera pas sa marque mais qui ennui pas ; C’est déjà pas mal !

Critique de publiée le 2 octobre 2005.

Que faut-il en retenir ?

  • Les scènes gore inventives
  • Le côté série B assumé
  • Divertissant

Que faut-il oublier ?

  • Pas Stressant pour un poil
  • Des dialogues parfois creux
  • Une suite pas vraiment justifiable

Acheter Cube Zero en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Cube Zero sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !