75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Arachnid >

Critique du Film : Arachnid

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 29 août 2005 à 10:17

Koh-Lanta vs l'araignée de l'espace

Arachnid débute par une séquence ou un avion en synthèse hyper mal fait s’écrase sur une île après avoir rencontré un événement électromagnétique hyper mal fait. Echoué sur l’île, le pilote à la malchance de tomber nez à nez avec un extra-terrestre puis une créature mutante à la forme d’araignée. Le tout bien sur, restant hyper mal fait. Le reste du film, de la même facture, nous expose l’histoire d’une expédition de secours, dirigée en partie par la sœur dudit pilote, qui se retrouve confronté à une sorte d’araignée géante souffrant de boulimie et à sa progéniture mutante.
Comme vous l’avez compris, dés le début du film, on annonce la couleur ; Arachnid est un B-movie de monstre fauché (le film, pas le monstre) comme il en existe tant depuis la généralisation du magnétoscope puis du lecteur DVD. Cependant, il est sauvé du naufrage artistique grâce au professionnalisme de ce vieux briscard qu’est Jack Sholder et à cette atmosphère très années 50 qui empêche le film de sombrer dans le ridicule. On est très loin de la nullité des films de la Nu Image tout de même.
Bien entendu, on y croit pas cinq minutes, la faute à des effets numériques assez mauvais, surtout sur la fin lorsque l’araignée poursuit dans la grotte les aventuriers paniqués. On a la mauvaise impression qu’elle fait du surf sur les parois. D’autres scènes relèvent cependant le niveau, comme cet hommage a Alien lorsqu’un membre de l’expédition (l’intellectuel fada à lunettes) se fait capturer par la créature, moment où les maquillages et l’ambiance d’ensemble est réussie. C’est bien glauque et assez horrifique, et Sholder, par des cadrages appliqués, une mise en scène sérieuse et un montage essayant de masquer au maximum les problèmes de raccord et la pauvreté des FX, fait son maximum pour obtenir un produit convenable.
Arachnid se veut également être un film d’horreur. Car n’oublions pas que c’est une production Fantastic Factory, société dirigée par le maître du gore, Brian Yuzna. Les effets sanglants sont donc bien appuyés et assez chocs, fait assez rare dans des productions direct-to-video de ce type. On a droit donc à toutes sortes de stratagèmes pour faire gicler l’hémoglobine des personnages tous aussi stéréotypés les uns que les autres. En vrac, citons le héros au grand cœur, la femme volontaire, la blonde pétasse (une infirmière, faut oser), le scientifique obtus, les mercenaires stupides et l’intello. Mais attention, le tout reste cependant bien sage par rapport à ce que nous a habitué Yuzna.

54

Premier film de la Fantastic Factory, Arachnid est une série B sans originalité mais agréable à visionner. Réalisé de manière très acceptable et doté de quelques effets sanglants réussi, le film fera passer un agréable moment aux amateurs du genre ‘’grosses bébêtes en colère’’.

Critique de publiée le 29 août 2005.

Que faut-il en retenir ?

  • Des effets gore sympathiques
  • Une réalisation correcte

Que faut-il oublier ?

  • Scénario sans originalité
  • Effets numériques ratés
  • Personnages sans reliefs

Acheter Arachnid en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Arachnid sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !