75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Soleil vert >

Critique du Film : Soleil vert

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 28 août 2005 à 12:19

Soleil brillant !

En 2022 à New York, la population atteint plus de 40.000 000 d’habitants. Alors que les riches sont protégés dans le grand luxe ; des millions de pauvres manquent de nourriture et possèdent pour seul aliment des pastilles nommées « Soylen Greent » ou «Soylen red ». Bien qu’encore cette nourriture se face de plus en plus rare… Film d’anticipation, Soleil vert est sorti en 1973 sous la direction de Richard Fleischer.
Fleischer en cette période était au sommet de sa carrière et avait signé quelques films qui restent encore dans les mémoires de tous les cinéphiles. Des films tel que les Vikings, le Voyage Fantastique ou encore le grandiose 20.000 Lieux sous les mers (encore que cela ne soit que quelques titres d’une carrière très riche). Fleischer encore une fois nous donne une vraie claque cinématographique ; aidé, il faut l’avouer, par une histoire des plus fortunées, inspirée du roman « Make Room ! Make Room » d’Harry Harrison. Fleischer, bien que situant son film dans le future, ne cède jamais aux facilités visuelles et futuristes. Au contraire il préfère une image à l’égale de son histoire crade et délavée. Son film fait avant tout pris sur le vif, et donne une vision réaliste des événements. Une autre chose bien rare et très loin des films hollywoodiens actuels, propres aux films des années 70 est le « non compromis » est de mise ! Le film commence politiquement incorrect et se termine ainsi. Pas de vision positive de notre future, mais des points d’interrogations, encore plus quand arrivera l’ultime révélation, aussi incroyable qu’inattendue !
Il est cependant amusant, avec un peu de recul, de voir ce film qui a quelque peu des idées machiste ; avec une vision de la femme souvent soumise à des hommes puissants. Voulu ou pas ? En pleine période des libérations sexuelles et la montée au pouvoir de la femme cela laisse à penser que oui ! Et c’est sur ce point que le film de Fleischer perd un peu aujourd’hui en authenticité, car nous pouvons avoir du mal à croire en cette vision futuriste de femmes soumises.
La distribution est en tout point parfaite. Charlton Heston est au sommet de sa gloire et correspond parfaitement à l’image du personnage. Mais la plus belle prestation revient sans aucun doute à l’acteur Edward G. Robinson (mort la même année que la sortie du film en salle (26 janvier 1973). Edward G. Robinson avait plus de 90 films à son actif et quand il termina sa carrière avec Soleil Vert, il est incroyable d’authenticité. Tel un acteur ne pouvant rêver mieux que partir sur une prestation aussi mémorable.

90

Soleil vert est en tout point brillant, bien que certaines idées faces dépassées. Un film phare qui ne fait dans aucune concession. Un réalisateur inspiré, des acteurs enchanteurs et une histoire comme rarement prenante. Du très grand cinéma, un classique et surtout une grande claque !

Critique de publiée le 28 août 2005.

Que faut-il en retenir ?

  • Réalisation
  • Acteur
  • Histoire
  • Ambiance

Que faut-il oublier ?

  • la position de la femme pas toujours crédible pour une vision du futur

Acheter Soleil vert en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Soleil vert sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !