75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Beyond Re-animator
Beyond Re-animator >

Critique du Film : Beyond Re-animator

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 26 août 2005 à 1041

Le dr West est de retour, et ça fait mal

Bon, les plus vieux, souvenez-vous. C’était les années 80, deux agités du bulbe qui devaient probablement abuser de tout un tas de substances illicites offraient à nos yeux ébahis et nos estomacs révulsés un pur chef d’œuvre du film gore, Re-Animator. Ce monument du cinéma bien cradingue mais jubilatoire, réalisé par Stuart et Yuzna (gloire à eux) eut peu après une suite un peu moins bonne mais encore plus crade, Bride of Re-animator, véritable pastiche halluciné de La Fiancée de Frankenstein. Puis…snif.. plus rien, plus de nouvelle du génial her doktor West.
Heureusement pour tous les accrocs du sérum vert fluo, en cette bonne année 2003, Brian Yuzna, nous propose enfin cette suite tant espérée. Tous les ingrédients nécessaires à cette jubilatoire orgie sang/tripe/cul sont là, mais la cerise sur le gâteau est le retour de Herbert West lui-même ; je veux bien entendu dire Jeffrey Combs.
Le film démarre sur les chapeaux de roue. Dans sa cuisine, Emily Philips est attaqué et tué par un reanimé sous les yeux de son jeune frère, Howard (Philips, ça c’est un clin d’œil subtil). La créature, qui a égaré sa mâchoire inférieure en chemin, est aussitôt après abattue par des flics.
Se rendant auprès des voitures de patrouille de la police, Howard croise alors le regard d’un étrange personnage (le Dr West, bien sur) installé sur la banquette arrière d’un des véhicules, puis, regardant au sol, il aperçoit une seringue remplie d’un liquide vert fluo… fondu, puis générique.
Des années plus tard, Howard, jeune médecin, est engagé comme docteur dans une prison, qui – ho ! hasard suprême – retient en détention Herbert West, qui faute de mieux, continue ses expériences sur des rats. Le contact entre les deux scientifiques est de suite excellent et ils décident de reprendre les expériences ensemble, dans la plus grande discrétion possible, en évitant d’alerter l’attention du directeur de la prison, un personnage violent et lubrique, qui pour l’instant est trop occupé à mater la chute de rein d’une jolie journaliste pour faire attention à eux.
Evidemment, les choses vont mal tourner, les morts vont être très peu réceptifs aux mesures de sécurité établies dans un établissement carcéral. La journaliste, à force d’allumer sans mesure toute la population male, va terminer cuite aux petits oignons. Enfin, tout va se terminer en quelque chose de grandiose, de vulgaire, de dégueulasse et de n’importe quoi… Tout cela servi par des effets spéciaux, réalisés par la KNB (Kurtzman, Nicotero et Berger), impressionnants et une réalisation très rythmée (surtout sur la fin).
Les personnages sont complètement déjantés. Le plus normal (tout est relatif) est Howard Philips (Jason Barry), et bien sur, il nous intéresse moins. La journaliste (Elsa Pataky) est une pétasse blonde qui porte ses bas même au lit et qui finit par dévoiler sa véritable nature lubrique. Le directeur de prison (Simon Andreu) passe son temps à battre les détenus avec sa canne et à se faire pratiquer des fellations près d’une chaise électrique. Notons également la présence dans le rôle d’un prisonnier accroc au sérum vert, le célèbre Santiago Segura (Torrente, Perdita Durango) qui nous régale avec une prestation hallucinée. Et je garde le meilleur pour la fin ; le Dr West, incarné par l’immense Jeffrey Combs, ce grand comédien sous-estimé, toujours égal à lui-même, c'est-à-dire génial.

La conclusion de

Beyond Re-animator est une pure réussite. Drôle, écœurant, violent, il fait véritablement honneur au premier volet avec des comédiens déchaînés et un réalisateur inspiré. Mais attention, il est très cru, très violent et ne s’adresse vraiment pas aux plus jeunes et aux âmes sensibles.

Que faut-il en retenir ?

  • Des acteurs en pleine forme
  • Des FX très réussis
  • Une histoire de barge
  • Pour les fans de gore

Que faut-il oublier ?

  • C'est quoi le scénario?
  • Réservé à un public TRES averti.

Acheter Beyond Re-animator en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Beyond Re-animator sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Réanimator

En savoir plus sur l'oeuvre Réanimator