75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : La Mouche noire
La Mouche noire >

Critique du Film : La Mouche noire

Avis critique rédigé par Nhaigraoo le vendredi 21 février 2003 à 1123

La mouche noire

Quand l'expression "pattes de mouche" prend tout son sens...
Aujourd’hui plus connu pour le remake réalisé par Cronenberg, la Mouche Noire vaut tout de même que l’on s’y attarde. Le film aborde le thème classique du savant tellement absorbé par ses travaux qu’il n’évalue pas le risque inhérent à ceux-ci, jusqu’à ce qu’il soit trop tard... En l’occurrence, on assiste ici à une expérience de téléportation qui tourne mal, le corps du savant se retrouvant mélangé par accident avec celui d’une mouche. Là où Cronenberg utilisera ce prétexte pour une étude quasi organique de la maladie, La Mouche Noire est un drame finalement conventionnel. D’autant plus poignant, qu’ici, notre chercheur n’entre pas dans la catégorie des savants fous méchants jusqu’à l’os, mais s’avère plutôt sympathique, bon gars et bon père de famille (si l’on excepte le fait qu’il désintègre le chat de son fils lors d’une expérience...).
Sans surprise, le scientifique voit sa psychologie peu développée, si ce n’est son incroyable enthousiasme pour son invention révolutionnaire. La déchéance physique et physiologique du personnage, qui sera au cœur du remake de Cronenberg, n’est ici finalement que très peu abordé. Tout au plus se rendra t’on compte que le savant a peur de perdre le peu de personnalité qui lui reste, et donc de devenir dangereux pour son épouse, guidé par ses instincts insectoïdes.
Le véritable personnage principal du film est donc sa femme, dont on découvre dès le début du film qu’elle a assassiné son époux en l’écrasant sous une presse industrielle. Les révélations sur la raison de ce drame seront l’occasion de plusieurs flash-back lorsque le policier en charge de l’affaire et le frère du savant (Vincent Price, parfait) tenteront de comprendre ce qui s’est passé. Cette structure à rebours est l’une des forces du film et sa principale originalité.
La Mouche noire se regarde sans aucun déplaisir, tant il fait parfois preuve d’un charme suranné, mais sans passion excessive non plus. Le film s’avère en effet longuet, voir bavard, et certaines scènes paraissent bien redondantes. Heureusement, deux scènes retiennent fatalement l’attention et emportent le morceau : la première fois où l’on découvre le visage insectoïde du savant, et le final (qu’il serait bien dommage de révéler) particulièrement noir et glauque, qui nous laisse au moment du générique sur un fort sentiment de malaise.

La conclusion de

Conventionnel et bavard, La Mouche Noire n'en reste pas moins un classique mémorable pour certaines de ces scènes.

Acheter La Mouche noire en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Mouche noire sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La Mouche

En savoir plus sur l'oeuvre La Mouche