75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Interview exclusive du rédac-chef de Mana Rouge et de Ravage !

Publié il y a 10 ans par Nicolas L.

Regard éclairé d’un professionnel sur le monde du hobby

Lors du Salon du Jeu de la Porte de Versailles, qui s’est déroulé à la mi-septembre 2006, l’équipe de SFU a rencontré l’un des principaux animateurs du Salon avec un magnifique stand central (que j’ai bien entendu oublier de photographier), le rédacteur en chef bicéphale Léonidas Vespérini. Ce dernier a bien venu nous accorder quelques minutes de son temps pour nous présenter les deux magazines dont il a la charge, et profiter de l’occasion de nous donner son avis de professionnel sur l’état de santé du milieu ludique.

Bastable : Bonjour Léonidas, pouvez-vous vous présenter à nos internautes ?
Léonidas Vespérini : Bien sur. Je m’appelle Léonidas Vesperini, je suis rédacteur en chef du magazine Mana Rouge et, depuis peu, de Ravage. Je suis à la tête de Mana Rouge depuis un an, c'est-à-dire depuis la création du magazine et là je viens de récupérer Ravage, depuis un numéro. Le deuxième numéro sous ma direction vient de sortir et nous sommes en train de préparer un hors-série.
J’ai été auteur de jeux de rôle, traducteur, scénariste, collaborateur dans différents magazines. Je me suis orienté dans la presse à temps complet depuis six à sept ans à peu prêt. J’ai été rédacteur en chef de Lotus Noir durant six ans et quand l’aventure Lotus s’est terminée, je suis reparti avec toute l’équipe pour fonder Mana Rouge. Voilà ma carrière brièvement résumée (rire).
B: Bien. Les deux magazines dont tu as la charge, Mana Rouge et Ravage, est-ce que tu peux les présenter à nos internautes. Certains, j’en suis sûr, vous connaissent déjà car depuis quelques temps on parle de vous sur SFU et on a même organisé des concours en collaboration.
L : Mana Rouge, c’est principalement le magazine des jeux de cartes à collectionner. Bon, c’est quelque chose que tout le monde connaît depuis Magic, Pokemon et Yu-Gi-Oh! qui sont les trois gros jeux du moment. Donc, on a une équipe de professionnels, de très bons joueurs et de très bons analystes ludiques qui écrivent pour Mana Rouge, qui essayent de présenter toute l’actualité. Magic, bien sûr, qui a une place prépondérante dans Mana Rouge, d’où le nom du magazine d’ailleurs, mais aussi tous les autres jeux. On traite absolument de tous les jeux. Que cela soit Yu-Gi-Oh!, Vampire ou Anachronism. Que ce soit Dragon Ball
B :… même s’ils sont exclusivement anglophone ?
L : euh… Alors, on favorise quand même toujours les jeux dispos en français, mais on peut parler de jeux anglophones comme Vampire. D’ailleurs, il y a un nouveau jeu qui va sortir, qui s’appelle Eve, qui est un jeu de science-fiction, fait par des Islandais, qui est basé sur un jeu de rôle online (ndb : Eve Online), et bien, nous allons en parler. On est les seuls à vraiment faire une grosse couverture dessus. Comme avec World of Warcraft, un autre jeu tiré d’un jeu vidéo. Voilà, Mana Rouge, c’est principalement l’actualité des jeux de cartes à collectionner, des aides de jeu, puis une côte que nous avons mise complètement à jour, qui est vraiment la côte de référence puisque les sites de ventes par correspondance l’utilisent. On a également un partenariat avec un site d’échanges qui s’appelle Magic Trade. On a donc une partie cotation très importante et, en plus de cela, on essaye de traiter d’un certains nombre de jeux comme les jeux de plateau, les jeux vidéo… On effectue également des reportages sur les salons, les conventions du monde entier puisqu’on est présent sur toutes les grosses conventions qui se tiennent dans l’année. Voilà pour Mana Rouge
Ravage, c’est vraiment le magazine des jeux à figurines fantastiques. Depuis la nouvelle formule que j’ai inauguré, on l’a un peu plus ouvert aux jeux grand public qui étaient déjà présents dans Ravage, mais pas très fortement représentés. Donc, maintenant, c’est plus ouvert donc Ravage c’est vraiment toute l’actualité des jeux de figurines, donc, bien sûr, les grands comme Games Workshop, Rackham ou Privateer Press avec Warmachine, mais également d’autres boîtes plus confidentielles mais qui font du très bon boulot avec des jeux comme Infinity, Wargods of Aegyptus. On traite la figurine sous toutes ses formes, même le prépeint avec Heroclix, Dreamblade qui est le nouveau jeu de Wizards of the Coast, Pokemon qui vient de sortir, HorrorClix, qui vient également de sortir. Et puis, lorsque l’on parle des jeux de plateau, et bien, ce sont uniquement des jeux de plateau avec figurines. C’est vraiment le nouvel axe que je veux développer : le tout figurine. Ou presque. Puisque la seule exception seront les jeux vidéos car Ravage a une histoire assez ancienne qui le lie aux jeux vidéo. Mais la différence par rapport à l’ancienne formule, c’est que l’on ne se consacre plus qu’aux jeux vidéo ayant un lien avec les figurines. On a fait un gros truc sur Mark of Chaos de Warhammer, on continue sur cet axe avec Dawn of War, tiré de Warhammer 40000, et le jeu de rôle online sur Warhammer.
B : Ravage est donc plus grand public que Mana Rouge ? Ou Mana Rouge peut être destiné même au débutant qui essaye de se lancer dans le jeu de cartes ?
L : En fait, cela dépend ce que l’on entend par grand public. Je dirais que le cœur de cible de Mana Rouge est sans doute plus jeune que celui de Ravage, même si avec l’ouverture que je tente, j’espère rajeunir un peu le lectorat de Ravage. On va dire que Mana Rouge s’adresse quand même à eux qui découvrent le jeu de cartes et qui veulent des conseils délivrés par des pros pour s’améliorer et progresser. Ravage s’adresse à des gens qui connaissent déjà très bien le milieu de la figurine et qui veulent découvrir les petites nouveautés qu’ils ne trouvent pas ailleurs. Ce sont des gens qui aiment le hobby de la figurine, avec les conseils de peinture, les belles photos de produits, comment réaliser des décors, etc. C’est quand même un magazine qui s’adresse aux passionnés, qui sont dans ce hobby depuis longtemps. Alors que Mana Rouge peut s’adresser plus facilement aux personnes qui découvrent son univers.
Alors, attention, Mana Rouge peut paraître un peu hermétique quand on ne connaît pas du tout le milieu des jeux de carte car il y a beaucoup de termes précis… mais bon, on a des lexiques et on a des articles à double lecture. Donc…
Souffle Glaciaire, la dernière extension de Magic à l’honneur dans le Mana Rouge de Septembre 2006

B : Bon, tu as repris Ravage depuis deux numéros…
L :…oui, c’est ça, deux numéros…
B :… qu’elles sont les choses que tu as vraiment voulu changé. Mis à part ce rajeunissement du lectorat. J’ai vu que tu avais changé un petit peu la mise en pages, que tu vais procédé à des petits changements au niveau des dossiers. C’est une volonté de classification ? Une méthode de lecture plus rapide ? Quelle était exactement ton intention ?
L : En fait, j’ai toujours trouvé que Ravage était un bon magazine, mais qu’il n’était pas toujours bien organisé. J’aime bien les magazines où l’on s’y retrouve. Donc, ce que j’ai commencé par faire, c’est d’abord faire un listing de toutes les rubriques qu’il y avait et essayé de voir les différents liens entre elles. Maintenant, le magazine est clairement structuré en quatre sections et on a gardé les mêmes rubriques. Au final, on s’y retrouve toujours. On prend n’importe quelle page du magazine, on sait dans quelle section et quelle rubrique on se trouve. Ensuite, je trouvais que visuellement, c’était parfois un peu austère. Donc, aujourd’hui, on a une très bonne graphiste qui s’occupe du magazine, pour le rendre plus visuel. On laisse une plus grande place aux illustrations et aux photos. On a réduit un petit peu le texte. Sans réduire les informations, c'est-à-dire qu’on est plus concis et plus direct, car je pense que c’est cela que le lectorat recherche. Quand on voit les autres magazines que font les éditeurs de jeux de figurines, on s’aperçoit que c’est vers ça aussi qu’ils tendent. C’est quelque chose qui marche et je m’en suit inspiré. Donc, une meilleure structure, une meilleure organisation, une maquette plus esthétique, et également supprimer toutes les rubriques qui me semblaient un petit peu hors sujet par rapport à la figurine. Les jeux de plateau sans figurines sont déjà traités dans Mana Rouge, ce n’était pas la peine de le mettre dans Ravage, par contre les jeux de plateau avec figurines bénéficieront de dossiers plus importants que le simple article. Les rubriques sur les romans…euh… tout ce genre de trucs, on a viré. Et on va essayé de développer un peu plus la partie communauté, comme le courrier des lecteurs. On va essayer de faire participer les gens, laisser une plus grande place aux tournois, aux clubs, aux associations. Voilà…ah, oui… des news mieux structurées, en tenant compte de l’importance de chaque acteur sur le marché.
Ravage et ses analyses comparatives pointues

B : En tant que professionnel dans le milieu, depuis déjà quelques années, que penses-tu de l’évolution actuel du monde du jeu, avec cette tendance au sur accroissement des parutions, par exemple. Beaucoup de gens, même ici au Salon, se plaignent de l’état de santé du jeu. Bon, ne parlons pas du jeu de rôle, c’est carrément des sentiments de catastrophisme, avec deux ou trois nouveautés à tout casser au Salon, dont deux issues du 7ième Cercle. Il y a encore pas mal de choses au niveau de la figurine, mais j’ai l’impression que l’on soit arrivé dans ce cas au sommet de la courbe. Quel est ton avis ?
L : Moi, je ne suis pas trop inquiet. Je pense que la mauvaise période est déjà derrière nous. Je pense qu’il y a eu deux années de mutation, je ne pense pas que ce soit un effondrement du marché. Je crois que c’est tout simplement un gros changement. C'est-à-dire que l’on est plus du tout dans le cas de figure qu’il y a trois ans. Cela s’est ressenti fortement sur le jeu de rôle qui est le plus durement touché, en effet. Je pense qu’il souffre beaucoup de l’éclosion des MMORPG (ndb : Massive Multiplayer Online Role Playing Games ou jeux de rôle en ligne à multijoueurs) qui ont repris le créneau occupé par les jeux de rôle, à l’époque. Cela s’est manifesté aussi sur le jeu de cartes à collectionner. Il y a eu beaucoup trop de jeux de cartes qui sont sortis. Ils ne se vendent plus de la même façon. Les gens ne consomment plus de la même façon, ils ne sont pas prêts à dépenser aussi aveuglément. C’est donc évident qu’il y a eu des conséquences. Maintenant, les nouveaux jeux de cartes qui paraissent sont plus rares, ils sont basés sur des grosses licences, ils sont meilleurs, ils sont plus beaux, il y a des leçons qui ont été retenues et ce n’est pas une mauvaise chose. Tous ces éléments font que le marché a changé. En revanche, je trouve que les jeux de plateau profitent un petit peu de cette évolution même si le public est beaucoup plus exigeant qu’auparavant. On ne peut plus sortir des jeux de plateau qui ne soient pas superbes, avec un magnifique matériel ou un univers fouillé. C’est finalement une évolution qui va dans le sens des joueurs, dans leur intérêt.
Je suis également rassuré parce que, en participant aux différentes conventions, je me rend compte que le public est toujours là. J’étais à la Gen Con d’Indianapolis cet été, et ils ont battu les records de visiteurs. Ca prouve que le public répond toujours présent. Ils consomment différemment, c’est tout. Ils veulent de la qualité et l’assurance qu’il va y avoir un suivi. Donc, pour moi, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.
B : pour revenir sur le jeux à figurines, et notamment des figurines sous licence, HorrorClix et compagnie qui sont arrachés par les collectionneurs plus que par les joueurs - je me demande d’ailleurs s’il n’y a pas plus de mecs qui collectionnent qu’ils n’y jouent (rire) -, j’ai l’impression d’assister au même d’overdose de sorties de jeux en figs prépeintes qu’il y a quelques années avec les jeux de cartes. En consacrant dans Ravage des colonnes pour le prépeint, tu ne penses pas que tu arrives après la bagarre ? Que tu te lances dans l’aventure un peu tard ?
L : c’est vrai que le prépeint, c’est une évolution inévitable. Les gens veulent jouer plus vite, avec du matériel de plus en plus beau, et demande un investissement personnel de plus en plus faible. Je prépeint entre carrément dans cette optique et la clientèle est complètement différente de celle qui joue avec des figurines classiques. C’est vrai que le nombre de jeux en figurines prépeintes qui sortent en ce moment est très important et il n’arrêt pas de croître, que ce soit en figurines à collectionner ou en jeux de plateau, car aujourd’hui dans les jeux de plateau on trouve des figurines prépeintes. Et la prochaine étape est une généralisation de cela, dans quelques temps, on ne trouvera plus aucune figurine qui ne sera pas peinte. La fabrication en Chine permet cela, c’est une évolution inévitable. Alors, tu me demandes, est-ce que c’est tard pour en traiter dans Ravage ? C’est sûr qu’il risque de se passer la même chose que pour les jeux de cartes à collectionner avec une pléthore de produits qui sortent. Tous ne trouveront pas leur public, c’est sûr, mais ce qui est également certains, c’est que le marché global du prépeint va continuer de se développer. Donc, je te dirais, non, il n’est pas trop de ouvrir Ravage à ce type de jeux. Bien sûr, il va y avoir du ménage, bien sûr certains jeux vont disparaître, mais le prépeint est l’avenir et il correspond à une nouvelle façon de jouer.
B : Hé bien, merci Léonidas, et bon chance à Ravage et Mana Rouge !
L : Merci à toi Nicolas, et à bientôt..

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »