75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Le prochain film de Satoshi Kon débarque en France

Publié il y a 10 ans par Lionel B.

Et sur grand écran en plus !

Avec Hayao Miyazaki, Satoshi Kon (Perfect Blue, Millenium Actress, Tokyo Godfather et Paranoïa Agent) est sûrement l’un des réalisateurs de japanimes les plus en vogue. Son prochain long métrage d’animation, intitulé Paprika, s’apprête à voir le jour en France. Le plus étonnant dans tout cela, c’est que le film sera distribué dans l’hexagone avant même sa sortie au Japon. En effet, Paprika sortira dans les salles obscures françaises le 6 décembre 2006 alors que celui-ci est annoncé dans son pays d’origine qu’en 2007.
C’est la société Rezo Films qui est en charge de la distribution de ce japanime. Pour l’instant le nombre de copie est inconnu mais il faut espérer que celui-ci soit assez conséquent pour que la France entière puisse s’émerveiller devant le talent de Satoshi Kon.
Pour information, Paprika est l’adaptation du roman de science-fiction de Yasutaka Tsutsui. Il y est question d’une jeune femme détective qui enquête sur des affaires criminelles de façon peu ordinaire puisqu’elle pénètre dans les rêves des suspects afin de résoudre les affaires.
Une bande-annonce est disponible en cliquant ici.

Consulter la source de l'article

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie du fantastique en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »