75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Interview de Bruno Sautter, coauteur du 7ème Continent

Interview de Bruno Sautter, coauteur du 7ème Continent : Focus sur le jeu, son financement et les futurs projets...

Focus sur le jeu, son financement et les futurs projets...

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, Le 7ème Continent est un jeu fortement narratif prenant place au début du XXe siècle. Il vous propose d’embarquer seul ou au sein d’une équipe de 2 à 3 explorateurs dans un jeu d’aventure à la mécanique inédite et inspirée des Livres dont vous êtes le héros. Au fil des cartes « terrain » et « événements » que vous mettez en jeu, vous progressez en toute liberté sur ce territoire mystérieux et craftez de quoi faire face à l’adversité.

Sans spoiler, Le 7ème Continent est une petite merveille ludique, belle, immersive et exigeante. Si vous êtes passé à côté, ça tombe bien puisque les derniers exemplaires du jeu vont être commercialisés sur la boutique de Serious Poulp dans les semaines à venir...

A cette occasion, nous sommes allés voir Bruno Sautter, coauteur du jeu, pour lui poser tout plein de questions indiscrètes…


SFU : Vous avez lancé votre premier Kickstarter en 2015, à un moment où ce mode de financement n'était pas courant pour un jeu de plateau. Avez-vous eu le sentiment d'être des précurseurs, de marcher en terre inconnue ?

Bruno Sautter : Pas vraiment. Des sociétés comme Cool mini or not (CMON) avait déjà réalisé des campagnes à succès et des évangélistes – notamment Jamey Stegmaier – déjà pas mal balisé le terrain. Après il ne suffit pas toujours d’avoir la recette pour faire un plat réussi donc on s’est appuyé sur le savoir-faire de ces précurseurs en y apportant notre connaissance de la communication digitale et de l’industrie du jeu.


SFU : Quels sont les plus gros défis que vous avez eu à gérer lors de votre campagne ?

Bruno Sautter : En amont de la campagne, les préparatifs pour lui assurer un démarrage notamment pour fédérer une communauté de joueurs autour du projet (démos sur les salons, envoi de prototypes à des reviewers,…). Durant la campagne, tenir le rythme ;) car c’est très très prenant avec toujours des choses à produire dans l’urgence et de nombreuses sollicitations à traiter et autres imprévus auxquels faire face.

SFU : Si c'était à refaire, est-ce que vous changeriez quelque chose ?

Bruno Sautter : On corrigerait quelques erreurs et on prendrait sans doute davantage en compte le fait que les référents culturels ne sont pas les mêmes partout mais c’est à peu près tout. 


SFU : Conseilleriez-vous Kickstarter à des jeunes auteurs souhaitant lever des fonds pour lancer leur projet ?

Bruno Sautter : Le financement participatif est un excellent moyen de financer son projet. En même temps, une campagne Kickstarter (préparation, campagne et post-campagne) – en plus de demander énormément de travail – requiert des connaissances variées (édition, juridique, fiscal, logistique, communication,…) et les erreurs peuvent y être très lourdes de conséquence (notamment sur le plan financier). Aussi il est parfois préférable de se « faire la main » sur un ou deux projets sans avoir recours au financement participatif, ce qui permet en outre d’acquérir de la crédibilité et donc la confiance des contributeurs…


SFU : Quels conseils leur donneriez-vous ?

Bruno Sautter : Menez votre projet avec passion en considérant que vous êtes votre premier client. Ne promettez pas des choses que vous ne savez pas faire (ou faire faire). Ecoutez votre communauté tout en restant maitre de votre projet. Ne sous-estimez pas la complexité de mener un projet d’envergure avec une échéance « imposée ».


SFU : Peu de jeux survivent à la hype d'une campagne Kickstarter à succès sans générer ensuite de la frustration et, donc, des déceptions. Le 7ème Continent y est parvenu haut la main malgré un retard conséquent. Selon vous, à quoi est-ce dû ?

Bruno Sautter : Nous avons fait le jeu auquel nous aurions adoré jouer, en cherchant à apporter quelque chose de nouveau et en essayant d’aller au bout de notre démarche. Nos contributeurs – qui sont comme nous des joueurs passionnés – ont certainement sentis une forme « d’authenticité » dans cette démarche. Après il y a toujours une part de mystère / d’aléa dans l’accueil réservé à un jeu… De ce point de vue là on a eu de la chance.

SFU : Votre jeu ne sera jamais disponible dans les réseaux traditionnels, vous l'avez indiqué à de multiples reprises.  Envisagez-vous un troisième Kickstarter, ou est-ce que cela signifie que ces exemplaires vendus dans votre future en boutique en ligne seront les dernières opportunités de se confronter au 7ème Continent?

Bruno Sautter : Il n’est pas prévu de faire une troisième campagne de financement participatif pour The 7th Continent donc oui les exemplaires disponibles dans notre future boutique en ligne (avril / mai 2018) - fabriqués « en plus » dans un contexte où nous ne connaissions pas encore le nombre total de boîtes à produire – seront les derniers exemplaires disponibles. `


SFU : Votre jeu repose sur un concept original, à la frontière du jeu de plateau et du Livre Dont Vous Etes le Héros. Aviez-vous prévu, espéré un tel succès public et critique ?

Bruno Sautter : Non, mais il faut croire que nos aspirations de joueur étaient partagées…


SFU : Qu'est ce qui a été le plus délicat à concevoir dans le système de jeu ?

Bruno Sautter : L’idée de base a mis 30 ans à germer mais une fois posée, c’est le système de résolution des actions et la gestion des événements aléatoires qui nous ont pris le plus de temps. Nous avons testé beaucoup de systèmes pour arriver à un système simple et homogène (et qui fonctionne autant en solo qu’en multi-joueurs). 

SFU : Pourquoi le 7ème Continent ? Où est passé le 6ème ?

Bruno Sautter : Le nombre de continent est un débat récurrent et une preuve de plus que les référents culturels ne sont pas les mêmes d’un pays à l’autre. Comme le « 7 » est un nombre magique on a opté pour cette thèse ;)


SFU : Continuerez-vous tout de même à produire du contenu, au travers d'extension ou de nouveaux arcs narratifs, pour le 7ème Continent ? Avez-vous commencé à travailler sur un nouveau projet ?

Bruno Sautter : Nous en avons probablement fini avec ce continent, mais les possibilités offertes par notre système de jeu « Choose your own path® » n’ont pas de frontières ! Nous nous focalisons à l’heure actuelle sur l’extension pour The 7th Continent mais devrions revenir sur Kickstarter courant 2019 avec un nouveau projet d’ampleur basé sur notre système dans un nouvel univers !

SFU : Utiliserez-vous le même modèle économique ? Resterez-vous loin des circuits de distribution traditionnels dans tous les cas, ou est-ce que cela dépendra du prix de revient (et donc de vente) de votre futur bébé ?

Bruno Sautter : Le futur projet sera certainement amorcé grâce au financement participatif mais il est encore trop tôt pour savoir si le jeu aura une vie dans le circuit des boutiques ou non.

SFU : Merci beaucoup Bruno pour toutes ces infos. Nous sommes impatients en tout cas d'en savoir plus long sur votre futur bébé, wait and see comme on dit...

Auteur : Gaetan G.
Publié le mercredi 14 mars 2018 à 09h00

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »