Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de société : Star wars Escape Game [2020], par Gaetan G.

Avis critique rédigé par Gaetan G. le mardi 8 septembre 2020 à 09h00

Le plus universel de la série, à défaut d'être le meilleur

Dans le jeu de société, comme dans les autres médias d’ailleurs, rares sont les produits disruptifs capables de casser les codes et d’apporter quelque chose de nouveau. En soi, le jeu d’escape-game tel qu’il est apparu en 2017 n’innove en rien : il reprend la mécanique de « l’expérience à usage unique » popularisée par Pandemic Legacy Saison 1 sorti deux ans plus tôt, et il la combine avec une composante narrative forte inspirée des « Livres dont vous êtes le Héros ».

Pourtant, le mélange de ces deux ingrédients détonnait fortement par rapport aux standards du marché de l’époque. Pensez-donc : il fallait compter entre 10 et 20€ par aventure, ce qui est loin d’être négligeable pour une durée de jeu d’une heure et une rejouabilité proche de zéro !

C’était un sacré pari, et nombreux étaient ceux à penser que le soufflé retomberait tout seul une fois l’effet de nouveauté passé… Cependant, force est de constater que le public a su leur donner tort.

Année après année, les deux tôliers du genre restent et demeurent Unlock ! et Exit. Chaque série a ses forces et ses faiblesses, ses tenants et ses détracteurs. En revanche, ils ne sont plus les seuls sur le marché. La concurrence s’est en effet singulièrement développée, et elle entend bien peser dans le game. Certains éditeurs lorgnent du côté du numérique et de l’interactivité, d’autres cherchent à étoffer les énigmes mais le résultat est là : les deux licences historiques vont devoir évoluer si elles entendent conserver leur place de numéro 1.

C’est dans ce contexte que débarque Star Wars – an escape game, le premier spin-off dUnlock ! La stratégie de l’éditeur est claire : élargir à mort l’audience en tablant sur un univers ultra-connu et ultra-bankable, et attaquer le marché par les volumes… C’est une stratégie efficace, avec le risque d’y perdre son âme au passage. Alors, a-t ’on affaire à une bonne itération de la série ou à un produit dérivé opportuniste ? La réponse un peu plus bas.

Le même que ceux d’avant, mais en pas pareil

En habitué d’Unlock !, le premier reflexe à l’ouverture de la boîte a été de lancer l’application habituelle puis de cliquer sur le tutoriel, histoire de vérifier si les Space Cowboys ont ajoutés de nouvelles fonctionnalités à leur système de jeu.

A première vue, tout se passe bien. Les illustrations du didacticiel ont certes été revue afin de coller au thème, mais rien n’a changé sur le fond : on est toujours en face de ce bon vieux « tutoriel Unlock 2.0 ». Cependant, nous sommes restés bloqués comme des idiots face à la porte finale, qui a refusé obstinément de s’ouvrir malgré tous nos essais.

L’explication est toute simple, mais piégeuse : cette nouvelle mouture nécessite en effet une application à part, intitulée « Star Wars – an escape game ». Et rien n’a changé dans le tuto, sauf… Le code de la porte finale. Une fois la bonne application téléchargée et lancée, tout se passe bien. Si l’éditeur me lit, ce serait sympa que le tutoriel de l’application de base affiche un petit message pour informer l’utilisateur qu’il s’est trompé d’appli : ça éviterait aux têtes en l’air dans mon genre de se poser des milliards de questions métaphysiques.

Comme d’habitude, pensez à donner les droits que l’application réclame, faute de quoi elle ne fonctionnera pas correctement. L’objectif de l’éditeur n’est pas de collecter un max’ de données pour les revendre aux reptiliens Illuminati mangeurs de cerveaux (rassurez-vous : Google, Facebook, Twitter et consorts s’en occupent déjà très bien tous seuls) mais de permettre à l’appli d’avoir accès à toutes les fonctionnalités de votre smartphone. Cependant, cette fois la question n'est pas si anodine : la nouvelle application est en effet livrée avec un contrat de licence générique Disney, tendance "aspirateur à données et la vie privée on s'en fout". En vrai c'est juste là pour le lol, le programme étant bâti strictement sur la même architecture que son prédécesseur.

C’est votre premier escape game ? Pas de panique, l’éditeur a pensé à vous

Depuis le départ, la série Unlock ! a été pensée pour une accessibilité maximale. Le jeu se pratique « out of the box ». Aucune lecture de règle n’est nécessaire : on ouvre la boîte, on ouvre le premier paquet qui porte en gros la mention « tutoriel » et c’est parti.

Un scénario se compose de multiples cartes dont le dos est numéroté. La seule carte recto-verso est la première du paquet. Elle sert à lancer l’aventure : la première face sert d'introduction au scenario, puis la partie commence dès qu'on la retourne. Voici par exemple la première carte du didacticiel :

Celle-ci comporte de nombreux chiffres, qui correspondent aux indices et autres objets en votre possession dans ce lieu. Chaque numéro (ou chaque lettre, car il y en a aussi) correspond à une carte du paquet que vous devez poser face visible sur la table. C’est avec elles que vous devrez interagir pour avancer dans l’histoire, résoudre les énigmes et aboutir à une solution. Tout l'art consistera à les combiner judicieusement afin de faire avancer le scénario ou de débloquer de nouvelles cartes.

Rapidement, les cartes s’accumulent sur la table au point qu’on peut se sentir un peu perdu. Heureusement, le jeu vous indique lorsqu'une carte n'a plus d'utilité pour la suite de l’aventure. On la défausse, ce qui permet de se concentrer sur l’essentiel et de ne pas se perdre dans une multitude de fausses pistes.

Pour jouer, il faut lancer une application mobile sur son smartphone ou sur ta tablette. Celle-ci est bien entendu gratuite et disponible sous iOS et Android. Pour résumer, l’application s'occupe de tout le côté administratif. Elle gère le chronomètre, sachant que vous avez 1h pour résoudre un scénario. Elle permet également d’obtenir de l’aide sur une carte ou sur une énigme, d’écouter des messages ou d’entrer des codes obtenus à travers les énigmes du jeu.

Parlons un peu des cartes. Elles peuvent être de 4 types. Les objets sont dotés d’un bandeau bleu ou rouge. Les objets bleus peuvent interagir avec des objets rouges afin d’obtenir le numéro d’une nouvelle carte. Par exemple, si vous combinez le cylindre codé (carte bleue n°11) avec la caisse verrouillée (carte bleue n°35), vous regardez dans le paquet si la carte 46 existe. Si c'est le cas, vous la retournez face visible. Sinon, c'est que rien ne se passe. Attention cependant : on n’est pas dans un Point-and-clic LucasArts de de la grande époque. Il est déconseillé d'essayer toutes les combinaisons l'une après l'autre car certaines vous vaudront des pénalités.

 Les machines sont dotées d’un bandeau vert. Elles correspondent à des mini-jeux plus ou moins simples présents dans l’application. Ces jeux utilisent toutes les capacités de nos petits bijoux de technologie : réalité augmentée, accéléromètre, micro, reconnaissance vocale, etc.

Les codes sont dotés d’un bandeau jaune. Ces cartes nécessitent d’entrer un code dans l’application. Les codes servent en général à cadencer le récit : bien souvent, ce type d’énigme marque le passage avec la zone suivante.

Les cartes neutres, enfin, sont dotées d’un bandeau gris. Elles peuvent représenter un peu près tout et n’importe quoi : des lieux, le résultat d’une l’interaction entre plusieurs objets, des pénalités ou des modificateurs à utiliser avec d’autres cartes en votre possession. Certaines n’ont simplement aucune utilité, sinon vous faire perdre du temps en les analysant. Les fourbes.

Parfois, un numéro est dessiné de manière plus ou moins visible sur une carte. Cela peut être, sans spoiler, un motif sur un vêtement, une inscription, etc. Lorsque vous détectez un de ces numéros, il faut bien entendu sortir la carte correspondante du paquet.

Si vous êtes perdu, pas de panique : l’application vous donne des indices, plus ou moins discrets, sur l’emplacement de ces cartes cachées. Il est d’ailleurs préférable de demander un indice plutôt que de rester bloqué 5 minutes, mais il est recommandé de ne pas en abuser car chaque consultation d’indice va venir diminuer votre score final.

Pour finir, on peut également mentionner la politique exemplaire des Space Cowboys quant au suivi de leur jeu : l’application de base « unlock » (pas celle dédiée spécifiquement à cette boîte Star Wars, ‘ttention) offre de nombreux scénarios gratuits à imprimer soi-même. C’est idéal pour découvrir le concept ou pour occuper les enfants un après-midi pluvieux. C'est une initiative bienvenue et plutôt rarissime, qu'il convient de saluer. En tout cas vous n'avez plus d'excuse pour ne pas essayer.

Premier scénario : « La bataille de Hoth »

Comme d’habitude dans la série, la boîte propose 3 aventures complètement indépendantes. Le premier scénario prend place sur la lune glacée de Hoth, où les rebelles ont construit leur base Echo. Le climat local, très hostile, offre en effet une formidable couverture et une excellente protection contre l'empire. L’aventure prend place alors que vous effectuez une patrouille de routine en compagnie de votre fidèle Tauntaun, une robuste monture parfaitement adaptée aux conditions locales. Après une matinée sans incident, vous êtes pris dans une tempête qui empêche tout contact avec Echo. Votre mission sera de poursuivre votre patrouille, d’explorer la planète et pour finir de faire votre rapport à la base.

Bon, avec un titre et un pitch comme celui-là, ce ne sera une surprise pour personne : les Space Cowboys frappent fort d’entrée de jeu et se proposent de nous faire revivre la scène d’ouverture de l’épisode V… L’ambition est de taille : après tout, il s’agit de la scène de bataille la plus iconique du meilleur film de la saga. Hélas, le résultat est en demi-teinte. Le début du scénario est poussif, et celui-ci ne parvient jamais vraiment à décoller et à trouver sa vitesse de croisière. On sent bien que le déroulement totalement imposé bride la créativité des auteurs. De fait, cet épisode se révèle – de loin – comme étant le plus faiblard du lot.

C’est d’autant plus dommage que la licence est finalement très en retrait. Avec un environnement comme celui-là, on aurait pu s’attendre à bouffer du fan-service jusqu’à l’overdose. Pourtant, il y a très peu de personnage emblématique de l’univers Star Wars. Chewbacca est le seul à figurer explicitement au casting ! Il devait être moins cher que les autres : comme quoi, la ségrégation des Wookies ne se limite pas à l’histoire de la médaille (les puristes comprendront).

Les énigmes font le grand écart. La majorité sont agréables : les habitués de la série seront en terrain connu, même s’il y a tout de même quelques originalités bienvenues histoire de les forcer à sortir de leur zone de confort. La reconnaissance vocale fait son grand retour, mais cette fois-ci c’est marrant et à-propos : en un mot réussi. En revanche, j’ai trouvé que l’énigme fil rouge de ce scénario (une histoire de carte et de labyrinthe) se révélait vite redondante. Mais pour le reste, c’est du tout bon.

Etant un fan hardcore de la série, j’ai forcément un regard biaisé sur la difficulté. Cependant, cet épisode m’a paru sensiblement plus dur que les boîtes précédentes. Pour compenser cela, les Space Cowboys proposent deux assistances histoire de ne laisser personne sur le bord du chemin. Primo, la soluce est intégrée d’office dans la boîte. C’est un ajout dispensable, si vous voulez mon avis : il eût été préférable (et plus écologique) d’inclure quelque part un QR-code renvoyant vers la solution, d’autant que l’utilisation d’un smartphone/tablette est indispensable. Deuxième ajout plus intéressant, les auteurs ont inclus 6 cartes « avantages » contenant des indices sur les énigmes les plus difficiles. Les joueurs sont invités à en sélectionner 3 en début de partie. La plupart des indices paraîtront évident aux habitués de la licence, mais ils constitueront une aide bienvenue pour les autres. Par ce biais, Star Wars Unlock est sans aucun doute le titre le plus accessible de la série, tout en parvenant à maintenir malgré cela un niveau de difficulté correct.

Deuxième scénario : « Un retard inattendu »

On change radicalement d’univers : cette fois-ci, vous allez incarner des contrebandiers de la bordure extérieure. Des vrais, des purs, des tatoués, de ceux dont le danger et l'imprévu constituent le pain quotidien. L’histoire commence pourtant assez mal : vous avez été intercepté par un destroyer stellaire impérial alors que vous transportiez une précieuse cargaison appartenant à Jabba le Hutt. Les agents impériaux confisquent le contenu de votre soute, et vous devinez qu’il ne leur faudra pas bien longtemps pour en faire le tour et trouver ce qui ne vous appartient pas. Il n'y a donc pas de temps à perdre : vous devez vous échapper de votre cellule, libérer votre droïde de navigation et remettre la main sur la cargaison. Après quoi, il vous suffira de récupérer votre vaisseau et de prendre la poudre d'escampette. Un véritable jeu d'enfant !

Dans ce scénario, les références à la licence sont tout simplement parfaites. Elles sont nombreuses, mais discrètes. On pensera principalement l’épisode IV (le vaisseau YT-2400 tiré de la version remasterisée de 1997, la cargaison appartenant à Jabba saisie par les impériaux), la série The Mandalorian voire le spin-off Solo (la livrée du robot de navigation est quasiment la même). On est loin de la lourdeur de la troisième trilogie, où tous les croulants des années 80 revenaient cachetonner honteusement et sans pudeur.

Les fans seront bien entendu aux anges, mais ce ne seront pas les seuls car le scénario derrière est hyper efficace. Star Wars ou pas, il parvient à immerger les joueurs dès la première salle et le rythme ne faiblit jamais tout au long de l’aventure. Nous n n’avons pas vu l’heure passer.

Les énigmes sont d’un niveau très homogène, et certaines exploitent la tablette d’une manière très originale. C’est pour moi l’aventure la plus réussie de la boîte, et elle est rentrée illico presto dans mon top 3 personnel. Ce scénario propose là encore les fameuses cartes avantages. Mêmes causes, mêmes effets : laissez-les de côté sans regret si vous êtes un habitué de la série.

Troisième scénario : « Mission secrète sur Jedha »

Ce troisième scénario est, comme le précédent, une création originale des auteurs. Cette aventure finale vous propose d’incarner un espion chargé d'infiltrer la ville sainte de Jedha. Une navette cargo de classe Zeta transportant une caisse pleine de cristaux kyber s'est écrasée à la surface de la planète. Vous devez récupérer la caisse sans éveiller les soupçons du Rebelle Gerrera et de ses mercenaires sans foi ni loi. Un informateur impérial vous attend sur place et vous fournira davantage de détails. De son côté, le commandement impérial est en orbite autour de Jedha à bord d'un destroyer stellaire. Il se situe à portée de communication et attend des comptes-rendus réguliers de votre part. Vous devrez la jouer finement, et révéler votre statut d’agent de l’empire à bon escient afin de récupérer les cristaux sans brûler votre couverture.

L’environnement de ce scénario a soigneusement sélectionné pour faire vibrer le cœur des fans. Jedha est en effet la planète d’où viennent les cristaux utilisés pour la construction des sabres lasers. Elle apparaît dans Rogue One, que de nombreux fans (dont je fait partie) considèrent comme le meilleur épisode produit depuis la trilogie originale.

Personnellement, la perspective d’incarner un méchant me faisait particulièrement envie, mais visiblement la firme de Mickey est passée par là afin de lisser les choses. On est un agent de l’empire, certes, mais un tout mignon avec des pitits cœurs dessinés sur sa combinaison. On ne tue pas, on ne blesse pas, et le côté bad guy se limite à un froncement de sourcil deux ou trois fois pendant le scénario. Le résultat, de ce point de vue, me semble beaucoup trop lisse. On a pas du tout l’impression d’appartenir à une force capable d’atomiser une planète d’un claquement de doigt, ni de jouer dans la même cour qu’un Dark Vador / Anakin Skywalker et ses Sœurs de la Nuit.

Le scénario en lui-même est nettement plus ouvert que les deux précédents. Dans le passé, cela n’avait pas forcément été une réussite (je pense notamment à la mission avec le professeur Challenger dans Unlock ! Exotic Adventures), mais cette fois-ci la formule est parfaitement au point. Les différents lieux sont connectés les uns avec les autres, on multiplie donc les allez-et-retour sur la carte tant que l’on a pas débloqué par ailleurs les indices et/ou les objets qui nous permettront d’avancer plus loin. Certains confrères blogueurs ont trouvés cette structure de récit redondante, perso ça ne m’a pas du tout choqué.

Ici encore, le thème est bien présent sans non plus être écrasant. De fait, l’aventure se suit sans problème si vous n’y connaissez rien à la licence, ce qui était le cas de 2 personnes du groupe.

Pas grand-chose à dire sur les énigmes : elles sont variées, bien trouvées, et pas si faciles que ça même pour les habitués de la série. Mon groupe a fini le scénario avec 5 minutes de rab’ à peine, en transpirant à grosses gouttes au passage. Mais ce scénario marquera plus les mémoires pour sa structure non linéaire que pour ses énigmes qui restent au final très classiques.

Un  bon Unlock, doublé d’un bon produit dérivé Star Wars

Nous avons fait l’aventure à 3 ou 4, suivant le scénario. C’est une bonne taille vu la multiplicité de cartes que l’on pose sur la table en cours de jeu. Je ne le conseillerais pas en solo (risque de se retrouver débordé) ni à plus de 4 (le récit risque de perdre une bonne partie de sa cohérence, vu que vous ne verrez pas la moitié des cartes). L’appli n’est pas trop présente : un joueur du groupe va la manipuler lorsque c’est nécessaire, mais elle ne tire pas trop la couverture à elle.

En revanche, le titre est indiqué comme étant accessible dès 10 ans. J’imagine que c’est possible pour des enfants de joueurs réalisant l’aventure avec leurs parents, pour les autres un classement 12+ m’eût paru plus approprié.

Les trois scénarios ne proposent pas d’énigme finale à s’arracher les cheveux. D’un certain côté ce n’est pas un mal, tant ces dernières pouvaient se révéler frustrantes, mais assez paradoxalement il manque quelque chose au récit… Au rayon des regrets, citons également le niveau somme toute limité du fan-service. Clairement, c’est mieux que de voir Luke ou Leia apparaître à tout bout de champs, mais là il n’y a vraiment aucun personnage connu dans l’aventure à part Chewie. Quelque part, la boîte aurait dû se terminer sur un final en apothéose, un truc vraiment dingue impliquant un personnage majeur de la licence et dont on se souvienne encore dans plusieurs années (à l’image de l’énigme finale de l’épisode précédent, qui impliquait de sortir du cadre au sens propre).

Cependant, ne boudons pas notre plaisir : les Space Cowboys sont arrivés à concevoir un excellent produit, capable de parler à un très large public. Les fans de la licence Star Wars seront aux anges, tandis que les autres pourront faire l’aventure sans avoir l’impression de ne rien comprendre. Les habitués d’Unlock ! seront ravi de trouver une difficulté dans la lignée des réalisations précédentes du studio, tandis que les joueurs plus occasionnels bénéficieront d’assistances diverses et variées qui leur permettront également de s’amuser. En résulte un titre recommandable à tous, débutants comme passionnés, fan de Star Wars ou d’Unlock !

La conclusion de à propos du Jeu de société : Star wars Escape Game [2020]

Auteur Gaetan G.
80

Star Wars – an escape game est une déclinaison de la série Unlock !dans l’univers de Star Wars. Dans les grandes lignes, l’expérience est similaire à celle de ses grands frères : la boîte comporte 3 scénarios indépendants, chacun d’entre eux se composant d’un paquet de cartes que les joueurs vont venir manipuler dans tous les sens. Certaines cartes peuvent être combinées pour en révéler de nouvelles, d’autres comportent des indices plus ou moins bien planqués dessus et quelques-unes débloquent des mini-jeux interactifs sur l’application fournie.

On y retrouve sans surprise tout ce qui fait le sel de la série : l’ensemble est bien rythmé, visuellement attrayant et la mécanique tourne comme un coucou Suisse. Bien qu’il s’agisse de la sixième itération, les auteurs parviennent toujours à surprendre et à éviter tout sentiment de redondance – y compris si vous avez déjà plié l’intégralité des épisodes précédents.

Avec une licence aussi forte, on aurait pu s’attendre à un fan-service aussi fin et léger que l’humour de Jean-Marie Bigard. Pourtant, l’univers de Star Wars se révèle étonnamment en retrait : par exemple, il n’y a pas ou peu de personnage emblématique. Les fans les plus hardcore verseront probablement une petite larmichette, mais c’est plutôt une bonne chose dans l’absolu car cela évite d’avoir affaire à un produit de niche qui ne parlera qu’aux puristes capables de décoder les références…

Car oui, le titre a clairement été conçu pour parler au plus grand nombre. Mais plutôt que de le dénaturer en réduisant la difficulté, les Space Cowboys ont préféré passer par un système d’assistance à trois niveaux : 1/ chaque scénario propose tout d’abord des cartes avantages apportant des indices sur les énigmes les plus complexes, 2/ il est bien entendu toujours possible de demander des indices au travers de l’application et 3/ vraiment si ça ne passe pas alors la solution est intégrée d’office dans la boîte.

En soi, c’est loin d’être le meilleur épisode d’Unlock. Si c’est ce que vous recherchez, vous devriez plutôt vous diriger vers des boîtes comme Mystery ou Heroic Adventures. Cette boîte est en effet pénalisée par un premier scénario en retrait, par un manque de prise de risque et surtout par l’absence d’un final d’anthologie qui lui permettrait de rester dans les mémoires.

En revanche, c’est le plus universel de la bande. Ce jeu de société peut être mis dans les mains de tout le monde : des débutants aux core-gamers, en passant par les amateurs d’Unlock ! ou de Star Wars, voire les simples curieux qui auraient vus de la lumière et qui seraient entrés. Cerise sur le gâteau, Star Wars – an escape game est parvenu à élargir son audience sans perdre son âme ni proposer une expérience au rabais, et ça c’est juste énorme ! Avec des titres comme cela, vous allez voir que le jeu de société va finir par revenir à la mode :-)

On a aimé

  • Un univers Star Wars bien integré, qui ne cherche pas à caser des références à tout bout de champs
  • Le système d'indice à 3 niveaux permet à tout le monde d'y trouver son compte, du débutant au fan hardcore qui a déjà plié l'integralité des épisodes précédents
  • La place de l'appli, parfaitement dosée. C'est ni trop ni trop peu
  • Un spin-off solide, qui parvient à élargir son audience tout en préservant ce qui fait le sel de la série

On a moins bien aimé

  • Une faible prise de risque. Il y a bien quelques petites originalités de ci de là, mais on aurait aimé être plus surpris
  • Un fan-service au minimum, quasiment aucun personnage emblématique de la licence
  • Premier scénario en retrait
  • Elle est passée où, l'énigme finale qui nous retourne le cerveau ?
  • Le contrat de licence chelou livré avec l'appli. A quoi bon informer les utilisateurs qu'on va aspirer leurs données à qui mieux-mieux si en pratique l'appli n'en a pas besoin ?

Acheter le Jeu de société Unlock ! : Star wars Escape Game [2020] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Unlock ! : Star wars Escape Game [2020] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Unlock !