75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de société : Epic adventures [2019], par Gaetan G.

Avis critique rédigé par Gaetan G. le lundi 20 janvier 2020 à 14h00

Un épisode qui oscille entre le brillant et le peu inspiré

Avec une régularité de métronome, Unlock ! sort un nouvel opus tous les six mois depuis début 2017… Après un cinquième épisode unanimement considéré comme le meilleur de la série, suivi d’un sixième en retrait car trop proche de ses aînés, voici venir Epic adventures.

Pour une raison mystérieuse, les boîtes impaires étaient jusqu’à présent les plus réussies. Regardons ensemble si la loi des séries se vérifie encore une fois.

Bis repetita placent

Une fois de plus, il n’y a aucun changement dans les mécaniques de base. Pour preuve, le tutoriel n’a pas bougé d’un iota. Ceux qui ont déjà touché à la série le savent déjà : cela ne signifie pas que l’expérience de jeu est inchangée. Bien au contraire, les auteurs déploient toujours des trésors d’originalité pour surprendre et « sortir du cadre » en permanence. Cependant, ils préfèrent conserver exactement le même système de base et ajouter les special features grâce à des cartes spécifiques à un scénario donné.

Si vous êtes tombé sur cette chronique sans savoir ce qu’est Unlock !, ne fuyez pas ! Epic adventures, comme ses grands-frères, n’est pas réservé aux vieux routards qui ont déjà poncé les épisodes précédents. Mais je manque à tous mes devoirs : si vous ne savez pas de quoi on parle, voici une brève présentation de la licence.

Unlock ! transpose le concept des escape-games à la maison. Chaque boîte comporte 3 scénarios complètement indépendants qu’il faut réaliser en temps limité (en général 1h). Le matériel de jeu est réduit à sa plus simple expression : un paquet de cartes par histoire et une application gratuite sur smartphone. De temps à autre, l’éditeur fournit un peu de matériel additionnel (une carte, un livret plein d’indices et de fausses pistes, une feuille d’origami, etc.) pour étoffer telle ou telle aventure.

Vous l’aurez compris, l’essentiel du concept tourne autour des cartes que vous allez manipuler dans tous les sens. Certaines peuvent être combinées pour faire avancer l’histoire, d’autres comportent des indices plus ou moins bien planqués dessus. Parfois, il y a des mini-jeux interactifs que l’on résout au moyen de l’application. Bref, on découvre le scénario de carte en carte et d’énigme en énigme.

Contrairement à un titre comme Chronicle of crime, l’application n’est pas au centre de l’expérience de jeu. Sa principale fonction consiste à gérer le côté administratif : chrono, erreurs, indices, etc. A la fin de la partie, elle donne également une note en fonction des actions du groupe.

Unlock ! n’est pas forcément une expérience en solo ou en duo : la plupart des épisodes se jouent très bien avec 5 ou 6 personnes autour de la table. Mais nous allons en reparler plus en détail dans la suite de cette chronique, car il y a eu quelques exceptions par le passé.

Vous savez le principal, n’hésitez pas à suivre ce lien pour une présentation du tutoriel. Et si vous voulez essayer Unlock ! sans bourse délier, sachez que l’éditeur met gratuitement à disposition 5 scénarios complets et gratuits. Vous n'aurez besoin que d'une imprimante et d'une paire de ciseaux, et ça se passe juste ici.

3 salles, 3 ambiances

Ce petit rappel nécessaire étant fait, regardons maintenant plus spécifiquement le contenu d’Epic adventures. Le plaisir de la découverte étant une partie importante de l’expérience, on va en dévoiler le moins possible sur les 3 scénarios.  Attention tout de même, je donne à chaque fois quelques éléments de l’intrigue. Cependant, j’ai estimé après de vigoureuses discussions avec moi-même qu’ils ne devraient pas gâcher votre propre séance de jeu.

Le premier scénario s’intitule « 7éme art et décès ». Il prend place à la première de « La Dernière Nuit du loup-garou », un film d'horreur de série Z qui se révèle… Plus vrai que nature. A vous de parvenir à en sortir sain et sauf.

Soyons clair : on parle de film d’horreur, mais en pratique cette aventure est à peu près aussi terrifiante qu’un épisode de Scooby-Doo. Le film qui sert de base à l’histoire est une péloche en noir et blanc alignant avec jubilation tous les clichés du film de craignos-monster. Les auteurs ont prévenu : on nage effectivement en pleine série Z, du genre à faire couler une petite larmichette d’émotion à tous les fans d’Elvira, princesse des ténèbres.

Est-ce que ça fonctionne ? Bah oui, sans problème. On peut éventuellement regretter que les auteurs ne soient pas allés plus loin dans l’appropriation des codes du cinéma bis, mais pour le reste l’aventure se suit avec beaucoup de plaisir. On se marre quand le titre nous propose de nous séparer en deux groupes – une technique qui fonctionne généralement très bien dans les films d’horreur – ou quand on flaire l’intrigue à des kilomètres à l’avance – comme dans tout bon nanard qui se respecte.

Le noir et blanc, au passage, permet un travail intéressant sur les couleurs. Bonne chance pour distinguer les cartes rouges, bleues ou vertes dans ces conditions ! Plus généralement, les énigmes de cette aventure se révèlent agréables. L’énigme finale est brillante, vraiment, et constitue une parfaite mise en abyme du thème.

Dernier point pour finir : ce scénario est vraiment conçu pour être joué en groupe. La multiplicité des cartes, la place très limitée accordée à l’appli, la séparation en deux groupes disjoints pendant un bon tiers du jeu : tout est fait pour que personne ne reste simple spectateur.

Le deuxième scénario se nomme « Les 7 épreuves du dragon ». Vous faites partie de la nouvelle cuvée des élèves du Temple des dragons d’or, une école très spéciale qui n'accueille de nouveaux aspirants qu'une fois tous les sept ans. Allez-vous relever dignement les défis du vénérable Maître Li ?

L’univers, directement inspiré des films de Wu Xia Pian, offrait pas mal d’opportunités intéressantes. Hélas, les auteurs n’ont visiblement pas su en aspirer la substantifique moëlle et accouchent d’un récit plutôt fade. Certains aspects comme le kung-fu – pourtant indissociables de ce type d’univers – ne sont pas du tout présents et c’est surprenant. De plus, on change de lieu et de situation très régulièrement. De mémoire, on traverse 4 ou 5 environnements en une heure à peine. C’est trop, et le changement incessant de cadre et d’enjeu empêche de s’attacher au récit, un peu à l’image de ce qui arrive dans le dernier Star Wars.

Les énigmes parachèvent le tableau : elles ne m’ont laissé aucun souvenir particulier, alors que j’ai fait l’aventure il y a deux semaines à peine. Allez, j’exagère : l’énigme finale est plutôt sympa et constitue une sorte de « fil rouge » pour le scénario tout entier : plutôt que de planquer des numéros un peu partout, les auteurs ont planqués des motifs qu’il faut décoder afin de faire avancer le récit. De plus, ces derniers constituent autant de pièces de puzzle qu’il faudra assembler correctement pour remporter la victoire. Tiens, tant qu’on y est : une énigme utilise une fonction de reconnaissance vocale, et j’espère sincèrement que c’est la dernière fois. Personnellement, j’ai braillé la même phrase en boucle dans le micro de mon smartphone pendant une bonne minute. Moment gênant, bonsoir !

Sans aller jusqu’à dire que ce scénario est mauvais, disons juste qu’il démérite au milieu des deux autres.

La dernière histoire, enfin, s’appelle « Mission #07 ». Vous incarnez les 4 membres de l’agence Eagle. Dans le cadre de vos fonctions, vous êtes actuellement infiltré pour tenter de débusquer un agent double. Mais attention, car le danger peut venir de partout.

Ce scénario est incontestablement le meilleur de la boîte. Il se décompose en deux temps : d’abord, on recherche l’espion, puis on met à mal son plan démoniaque. La première phase dispose d’un rythme posé : on recherche les indices avec méthode jusqu’à éliminer tous les suspects potentiels sauf 1. L’aventure propose d’incarner les 4 membres d’une équipe de choc, composée de la grosse brute, de l’acrobate, du petit malin et du cerveau du groupe. L’équipe dispose de plusieurs gadgets, référence à James Bond oblige, qu’il va falloir utiliser judicieusement pour trouver l’identité du traître. Une fois ceci fait, on passe à une seconde partie nettement plus rythmée, appuyée par une musique bien stressante façon mission impossible.

L’énigme finale, pour conclure, est juste brillantissime. C’est à mon sens la meilleure, tous épisodes d’Unlock ! confondus. Avec ma miss, nous sommes restés bloqué dessus une bonne dizaine de minute sans comprendre, avant que ça ne fasse tilt. Pourtant, elle n’est pas capillotractée contrairement au scénario final de Heroic Adventures. Elle est même plutôt simple à résoudre une fois qu’on a pigé le concept. Toute la difficulté consiste justement à changer de perspective… Rien que pour cette énigme, la boîte mérite clairement le détour.

Cruise speed

Epic adventures n’introduit pas de nouvelle fonctionnalité de la mort qui tue par rapport aux opus précédents de la série, à l’exception de l’utilisation tout à fait dispensable de la reconnaissance vocale. C’est peu ou prou le constat que nous avions fait il y a 6 mois pour Unlock ! Timeless Adventures. Cependant, cette fois nous n’avons pas du tout eu l’impression d’avoir affaire à un pot-pourri des meilleures idées de la licence.

Clairement, le concept d’Unlock est arrivé à sa pleine maturité. Les auteurs ont tout un tas d’idées sympas dans leur trousse à outil, et ils ont également une belle expérience de ce qui fonctionne bien et de ce qui ne marche pas.  On sent qu’ils ont cherché comment « planquer » les différentes énigmes de manière originale et inattendue, en mettant la technique au service du game-design.

De fait, le plaisir de jeu est bien là même si rien n’a fondamentalement changé. Les vieux routards donc peuvent être rassurés. Personnellement, j’ai poncé tous les Unlock ! depuis le premier, pourtant j’ai franchi 2 des 3 scénarios d’Epic Adventures avec la banane au coin des lèvres et j’en garderai un excellent souvenir. Certes, la difficulté n’est plus forcément là : chaque scénario nous a demandé en moyenne 45 minutes pour être complété. Le deuxième scénario fait redescendre un peu le soufflé, mais ce n’est pas non plus la catastrophe.

Les débutants peuvent tout-à-fait commencer la série par cet épisode, et se garder les meilleurs boîtes (Heroic et Mystery adventures) pour plus tard. N’hésitez pas à demander des indices assez régulièrement, et tout devrait bien se passer !

Nous avons fait les deux premiers scénarios en groupe, et le troisième en couple. Ça s’est bien passé dans tous les cas, et coup de bol je pense même qu’il s’agit de la configuration idéale. Le premier scénario est vraiment pensé pour être joué à pleins. En solo, j’imagine d’ailleurs que la séparation en deux groupes doit être difficile à gérer. Le troisième scénario, à l’inverse, est excellent en petit comité : la place importante donnée à l’appli fait qu’un joueur aura plus de choses à faire que les autres. On peut arriver à compenser à 2, mais à plus cela va forcément créer un déséquilibre.

La conclusion de à propos du Jeu de société : Epic adventures [2019]

Gaetan G.
82

Mine de rien, Epic adventures est déjà le septième épisode d’Unlock !, la série phare des Space Cowboys permettant de faire des escape-games à la maison. Cet épisode n’apporte pas de nouveauté de gameplay par rapport aux opus précédents, signe que la série est arrivée à maturité sur le plan technique. Fort heureusement, les auteurs ont toujours des idées originales à nous proposer et parviennent encore à nous surprendre, ce qui évite d’avoir l’impression de jouer à un recyclage des meilleures idées de la licence.

Le premier scénario, intitulé « 7éme art et décès », nous projette dans l’univers des monstres et des films d’horreur. Ambiance familiale oblige, l’ensemble se révèle à peu près aussi sérieux et terrifiant qu’un épisode de Scooby-Doo. L’essentiel, cela étant, est qu’on s’amuse beaucoup en chemin. Le travail autour de la couleur est vraiment original : les joueurs sont dans un univers en noir et blanc, ce qui complexifie l’identification des cartes bleues, rouges et vertes.

La seconde histoire se nomme « Les 7 épreuves du dragon ». Là encore, l’univers du film de cape et d’épée chinois est original, même si on sent qu’il parle beaucoup moins aux auteurs. Le récit file de lieu en lieu sans parvenir à se poser, ce qui amène une variété bienvenue au détriment de l’attachement au récit. Vous l’aurez compris, cette aventure est la moins bonne des trois. Non pas qu’elle soit franchement mauvaise, mais elle est nettement en dessous des deux autres.

Le scénario final est « Mission #07 ». Il alterne une phase d’enquête où l’on doit apprendre à utiliser à bon escient toute sorte de gadgets, puis une phase haletante où l’on doit contrecarrer les plans du grand méchant. C’est le meilleur de la boîte, et l’énigme finale constitue une véritable apothéose qui justifie presque à elle toute seule l’achat du jeu.

Au final, force est de constater que la formule fonctionne encore très bien même en l’absence de nouvelle trouvaille de gameplay. De fait, cet épisode avait tout pour figurer parmi les tout meilleurs de la série. Hélas, un deuxième scénario en retrait le fait chuter du podium par la simple application de la moyenne.

Espérons que les auteurs vont parvenir à introduire de nouvelles idées disruptives dans le huitième épisode, faute de quoi la série risque de tourner en rond. N’oublions pas qu’après la maturité, vient la décrépitude… Pour le savoir, rendez-vous en juin prochain !

On a aimé

  • 3 univers originaux
  • Un concept arrivé à maturité
  • Une boîte qui conviendra aux habitués de la licence comme à ceux qui voudraient la découvrir
  • Aucun souci de finition (symbole manquant sur une carte, etc.) à l’horizon

On a moins bien aimé

  • On aurait aimé un peu de prise de risque et de nouvelles fonctionnalités
  • Deuxième scénario en retrait

Acheter le Jeu de société Unlock ! : Epic adventures [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Unlock ! : Epic adventures [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Unlock !