75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de rôle : Tails of Equestria, le jeu d'aventure : Le bestiaire d'Equestria, par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le mardi 28 mai 2019 à 09h00

Un guide des créatures d'Equestria

En juin dernier, la version française d’un jeu de rôle non conventionnel battait des records de vente et son succès surprenait tout le monde. Tails of Equestria, le jeu d’aventures, est un jeu où les joueurs et joueuses interprètent des poneys dans un univers fantastique et magique plus complexe qu’il n’y parait. Représentant des valeurs comme la générosité ou le courage, ces personnages mignons vivent des aventures mettant à l’épreuve leurs qualités et défauts. Le monde d’Equestria est vaste, composé de différents paysages et ambiances, il était donc important d’y apporter des créatures pour le peupler. Je conseille au passage le visionnage de l'animé pour comprendre l'ambiance de ce jeu. 

Ce jeu surprenant et fun a désormais le droit à son bestiaire, un supplément plutôt complet et toujours aussi joli et sympathique à lire qui complète parfaitement le livre de base. Alors que trouve-t-on dans le bestiaire de Tails of Equestria ?

Le poney Parchy Mustment est un vieil explorateur et un grand spécialiste de l’étude des créatures bizarres et merveilleuses. Il a parcouru les moindres recoins d’Equestria et a beaucoup appris de ses voyages sur la faune locale, des dragons aux griffons. Ce supplément regroupe les notes de ce grand aventurier, toutes les informations qu’il a pu obtenir sur les forces et faiblesses des créatures peuplant cet univers et comment les trouver. 

Dans un premier temps, sont présentées les créatures d’Equestria : une soixantaine de bestioles plus ou moins méchantes. Pour chacune d’entre elles, les caractéristiques, talents et défauts mais surtout un texte de présentation souvent drôle à lire. Beaucoup de ces créatures sont issues des animés et les fans seront ravis de les retrouver notamment les adversaires célèbres : l’index en fin de livre vous aidera à retrouver directement les personnages que vous cherchez. Les créatures proposées sont très variées : des adorables Agari sorte de champignons mobiles et intelligents aux bisons costauds au look d’indien. D’autres sont des monstres effrayants comme l’hydre ou l’araignée géante, l’ourstique ou encore le branche loup qui chasse le poney. Vous y trouverez aussi des dragons (dont Spike !) ou d’autres animaux sauvages. Les illustrations sont très sympas, une à deux par créature. Pour les fans de super-héros, des poneys à la façon Avengers sont tablés : Wonderjument, l’Incroyable Mule… J’ai adoré les pouvoirs décrits, y a même Lamba, l’acolyte qui conseille et encourage les super poneys.

Un petit guide permet de créer vos propres créatures. Equestria est un royaume gigantesque et cache de multiples secrets, pourquoi pas de nouvelles espèces ?! Une créature doit avoir une histoire, un cachet, soit quelque chose qui lui donne de l’intérêt. Elle doit de plus constituer un défi pour les poneys joueurs. Les règles pour créer des créatures reprennent les notions de corps, esprit et charme, ainsi que les talents, défauts et pouvoirs spéciaux. C’est simple et ouvre des tas de possibilités. A vous d’être imaginatif !

Le bestiaire se consacre ensuite aux poneys d’Equestria : 30 poneys sont tablés de Big Mac à la Princesse Célestia. Vous retrouverez aussi les héroïnes de l’animé. Une cinquantaine d’autres poneys sont disponibles et forment un beau choix pour du PNJ rapide.

Ce supplément propose aussi 33 nouveaux talents dont acide, contrôle d’un élément (feu, eau)  pour les licornes, métamorphose, invisibilité, pulvérisation empoisonnée… Six nouveaux défauts (animal, avidité draconique, changelin, cœur de cristal, faiblesse, non-vivant)  complètent cette partie. Beaucoup de nouveaux choix donc pour vos créatures et vos poneys.

Mais le bestiaire ne s’arrête pas ici et propose également de nouvelles races à interpréter. Sont également jouables :

  • Des créatures du ciel : pégase, dragon, griffon,
  • Des créatures de la terre : bison, chien à diamants…
  • Des créatures de la magie : licorne, changelin, poney de cristal.

Chacune de ses nouvelles races a des aspects de jeu intéressant et enrichit clairement les options de jeu. Le bestiaire est ainsi riche, clair et utile si l’on veut de nouvelles races autour de la table.

 

 

La conclusion de à propos du Jeu de rôle : Tails of Equestria, le jeu d'aventure : Le bestiaire d'Equestria

Nathalie Z.
81

La gamme tails of Equestria s'enrichit d'un guide complet des créatures de cet univers coloré. Le bestiaire est agréable à lire et plein d'humour. Il offre un guide de création de nouvelles espèces très libre, de nouveaux talents et défauts, 30 poneys tablés, une cinquantaine en PNJs potentiels et plus de 60 créatures de la plus adorable au monstre effrayant. Cerise sur le gâteau, vous pourrez jouer de nouvelles races carrément cools comme le dragon ! Bref, un supplément indispensable si vous avez le jeu de base. 

On a aimé

  • Esthétique et fun à lire
  • Riche et complet avec des dizaines de créatures, poneys, et même des nouvelles races jouables
  • Un guide simple pour créer ses propres bestioles

On a moins bien aimé

  • Un petit scénario incluant certaines des nouvelles races jouables aurait été un plus, voire juste des pitchs ou amorces d'histoires. 

Acheter le Jeu de rôle Tails of Equestria, le jeu d'aventure : Le bestiaire d'Equestria en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Tails of Equestria, le jeu d'aventure : Le bestiaire d'Equestria sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de My Little Pony