75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Wendigo #1 [2019], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le lundi 8 avril 2019 à 09h00

Quand Romero rencontre Lovecraft...

Nous vous avions présenté la collection X’ il y a peu : une collection qui met l’accent sur des romans forts en émotions, avec des personnages bien écrits. Dans cette collection, le fantastique a sa place comme le prouve le roman mouvementé et sombre de Chrysostome Gourio, La Brigade des Chasseurs d’Ombres. Ce premier tome s’intitule Wendigo, à vos légendes indiennes !

Mettez la bande son proposée par l’auteur en début de roman, c’est parti pour un voyage dont nous ne ressortirons pas indemnes.

Parc de la Mauricie, Québec, 2017.

Nous sommes en hiver, la neige recouvre le sol de la forêt. Hugues et Lazare, deux gardes forestiers ont été envoyé en mission pour retrouver une équipe de militaires qui n’a pas donné signe de vie. Cet hiver est un des plus rudes depuis longtemps et difficile de retrouver les traces de ces hommes. Les deux hommes se traînent mais finissent par atteindre un refuge. Ils entrent, l’odeur du bois humide et de la poussière est couverte par celle de viande faisandée, comme une charogne oubliée. Il leur faut quelques minutes pour comprendre que les hommes ont été attaqués et en levant les yeux vers le plafond, l’horreur… Une énorme, interminable tâche de sang maculant le plafond, ce qui reste d’un des militaires… C’est le moment que choisissent deux bêtes monstrueuses pour les attaquer : un ours noir gigantesque étrangement dressé sur ses pattes arrière et un loup difforme au torse hypertrophié. Le combat est rude, violent, frénétique. Les deux gardes forestiers ne comprennent pas comment ils ont survécu. Mais leur vie est changée à tout jamais. Lazare a été mordu et pourtant aucune blessure n’est visible, et Hugues commence à comprendre l’intérêt des légendes metiikamek racontée par son grand-père.

C’est donc le vieux Jack (oui faut toujours un vieux sage indien !) qu’ils vont questionner au sujet de ces créatures. Une vision qu’on ne peut oublier et Hugues a besoin de comprendre. Quand à Lazare, des cauchemars commencent à le hanter… Dès lors tout s’enchaîne, car ces créatures ne sont pas là par hasard, les étoiles seront bientôt alignées et il faut un sacrifice pour le rituel qui fera revenir dans notre monde leur maître, celui qui marche sur le vent, le wendigo.

Enquête occulte, formation d’une équipe pour lutter contre des créatures impies, bienvenue dans un bon scénario de l’Appel de Cthulhu mâtiné de culture indienne et d’occultisme contemporain. L’auteur rend ici un hommage à Lovecraft des plus surprenants par un style incisif et dynamique, et une ambiance plus proche de Romero ou de Tarentino. Ici les personnages ne subissent pas, ils évoluent et s’adaptent à une situation dramatique indicible. Lazare est au début de notre histoire, plutôt quelconque, le bon pote du héros. Il est assez effacé en comparaison d’Hugues, le super garde forestier, qui semble avoir plus d’instinct, plus de charisme. Puis tout change, après cette rencontre terrible et terrifiante, Hugues se détache de notre réalité, il prend conscience que cet instinct qui le portait va au-delà. Il accepte son héritage indien et se découvre des capacités qui le déshumanisent progressivement. Il devient distant, le regard perdu dans le lointain. Lazare est pris dans une lutte interne entre la Bête sauvage qui essaie de le posséder et sa volonté de rester humain. Il lui faudra un courage immense pour lutter.  C’est dans l’adversité que ce personnage se révèlera en héros.

Ce premier tome est centré sur le wendigo mais au travers de chapitres disséminés dans le roman, le lecteur en découvre un peu plus sur le monde des chasseurs de créatures impies. Cela présage des prochains volets palpitants. L’ambiance crée par Chrysostome Gourio est originale et prenante, entre horreur lovecraftienne et cinéma gore.

Et la bande son pour dévorer ce roman dans l'ambiance adéquate !

La conclusion de à propos du Roman : Wendigo #1 [2019]

Nathalie Z.
88

Wendigo est le premier volet d'une saga sombre et musclée intitulée La Brigade des Chasseurs d'ombres. Chrysostome Gourio, son auteur, nous plonge dans de l'occulte contemporain digne d'une Howard Phillips Lovecraft mais au rythme d'un Quentin Tarentino. L'horreur rappelle les vieux films de John Landis ou George A. Romero, l'intrigue un bon scénario de L'Appel de Cthulhu. Autant dire qu'on ne s'ennuie pas tout en s'inquiétant pour des personnages particulièrement bien écrits. Ni eux ni nous ne sortiront indemmes de cette histoire. 

On a aimé

  • Une ambiance originale qui dépote
  • Un hommage surprenant à Lovecraft mâtiné de légendes indiennes
  • Des personnages qui évoluent 

On a moins bien aimé

  • Attention, ça saigne sévère, éloignez les plus jeunes !

Acheter le Roman La Brigade des Chasseurs d'ombres : Wendigo #1 [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Brigade des Chasseurs d'ombres : Wendigo #1 [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+