75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Jardin d'Hiver [2016], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le lundi 4 février 2019 à 09h00

Guerre écologique en Europe !

Les éditions L’Atalante proposent un ouvrage de science-fiction dont le théâtre des opérations se déroule en Europe et c’était suffisant pour m’appâter ! Oui je suis faible…  Jardin d’Hiver est un roman politique et violent d’Olivier Paquet qui dépeint une Europe en guerre permanente dans un contexte trop réaliste post réchauffement climatique. Un futur sombre pas si lointain. La nature est toujours présente mais tous ont oublié comme elle était magnifique, désormais, elle est une arme mortelle aux mains de terroristes.

Il y a plus de vingt ans, un incident appelé « le crime du siècle » a déclenché un conflit en Europe. Alors que le climat changeait et que l’environnement était plus que menacé, deux camps ont commencé les hostilités. D’un côté, un camp a développé la technologie et ses ingénieurs des animaux robots, sorte de super drones liés à l’humain les commandant. Cela rappelle vaguement les daemons imaginés par Philip Pullman dans sa trilogie « A la Croisée des Mondes » sortie dans les années 90 mais en version intelligence artificielle. En face, les écologistes de la Coop ont modifié la nature pour qu’elle puisse se défendre. Les arbres, les plantes, les graines sont devenus des armes de guerre.

Après un prologue fort en informations et en émotions que je ne souhaite pas dévoiler, l’histoire commence sur les ruines d’un champ de bataille. L’air empeste la fumée et le métal chauffé, le sang et la chair carbonisée. Laurée, une jeune femme spécialiste en botanique, et d’autres membres de son équipe de contrebandiers examinent les carcasses de scaphes, sortes d'armures, pour trouver des pièces détachées intéressantes  voire des machines intactes. Mais il faut être prudent, marcher sur certaines fleurs équivaut à poser le pied sur une mine. Hostile la nature génétiquement modifiée ! Ces contrebandiers découvrent ainsi au milieu des cadavres un jeune homme qui semble encore vivant. Il est au milieu d’un régiment de Dragons, l’élite combattante du Consortium, le camp des ingénieurs et des informaticiens. Mais il est habillé en civil, ne semble pas blessé gravement et est recouvert d’une étrange substance gluante. A son réveil, le garçon ne sait plus qui il est ni d’où il vient. Le capitaine de la Tchaïka, Natalia, décide de le recueillir et d’essayer de l’aider. Il lui faudra alors traverser l’Europe pour découvrir le passé de cet homme. Il faut dire que dans son équipage, elle a déjà des chiots abandonnés. Son seul credo : « Nous sommes des contrebandiers, des gens qui refusent d’appartenir à un camp au nom de notre choix d’emmerder le monde. » Mais est-ce si facile ?

Les aventures de la Tchaïka sont palpitantes et dès l’accueil de l’inconnu amnésique, les événements s’enchainent jusqu’à un final qui leur fera à tous faire des choix. Les contrebandiers sont attachants même si certains personnages sont plus écrits et travaillés que d’autres. On découvre au fil de l’œuvre leur passé, leur relation et on se prend à faire partie de l’équipage quand celui-ci est en danger. Lors de ce périple, on en apprend plus sur les factions en présence, les armes crées et ce contexte de guerre mondiale qui profite aux USA, continuant à vivre comme avant sans se soucier des conséquences et aux Chinois qui s’amusent à financer ce qui les arrange. Le Sanctuaire en particulier est une création intéressante de recul et pseudo neutralité de façade. Ceci étant, le lecteur est contraint de découvrir le monde par les yeux de ces contrebandiers et ainsi n’aura le fin mot sur certains mystères qu’en fin d’histoire. Mais le roman pose de vraies questions quant à l’enjeu politique et économique de l’écologie ainsi que sur l’avenir de l’informatique et les choix qui seront faits : développement des IA, lien homme-machine et transhumanisme. Certaines scènes de combats dont le passage à Berlin sont très bien écrites. Et globalement, vous allez dévorer cet ouvrage rapidement avec d’un côté l’angoisse qu’un jour l’Europe se déchire autant et d’un autre l’assurance que c’est parfois trop fantastique pour arriver. En effet, l’utilisation de la nature est effrayante mais presque magique, imaginez une armée de mélèze fondre sur vous… Je vous conseille en fin de roman de relire le prologue pour lui donner tout son sens. Des indices y étaient disséminés pour comprendre la réalité de Jardin d’Hiver qui au final n’est pas le point le plus intéressant du livre, et des relations entre certains personnages.

Avec un style agréable et facile à lire, ce n’est pas toujours le cas en SF, Jardin d’hiver est un roman qui plaira aussi aux lecteurs peu habitués au genre car le contexte est plus politique que fantastique. Avec ce thème fort écologiste, il parlera à la génération des plus jeunes et son rythme soutenu de roman d’aventures devrait les satisfaire. Cet ouvrage est donc accessible dès 14 ans. Les quelques scènes vraiment violentes sont vives et rapides et ne choqueront pas les adolescents habitués à plus gore en images.

A noter une superbe couverture d’Aurélien Police représentant un dragon dont on ne devine s’il est réel ou artificiel, un côté Geiger dans l’organique mais moins noir.

La conclusion de à propos du Roman : Jardin d'Hiver [2016]

Nathalie Z.
84

Jardin d’Hiver est un roman d’anticipation, de guerre, où se mêlent cyberpunk et apocalypse écologique. Avec un style agréable et accessible, Olivier Paquet nous plonge dans une Europe dévastée où s’affrontent les tenants de l’ingénierie informatique et des manipulateurs génétiques, des daemons, machines de combats liées à leur soldat et des plantes transformées en armes mortelles. Au milieu de ce chaos, un équipage de contrebandier tente de survivre. Avec une ambiance originale et des thèmes forts et trop actuels, ce roman vous embarquera à bord de la Tchaïka pour des aventures rythmées et dangereuses. 

On a aimé

  • Un roman aux thèmes d’actualité sur fond de guerre écologique
  • Une ambiance originale parfois entre cyberpunk et post apo
  • Un rythme soutenu et de la tension

On a moins bien aimé

  • Des personnages nombreux dont on aurait voulu que certains soient plus développés

Acheter le Roman Jardin d'Hiver [2016] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jardin d'Hiver [2016] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+