75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Giana Sisters : Twisted Dreams [2012], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 16 décembre 2018 à 09h00

Super Giana Sis.

Testé sur PS3

Véritable genre phare des années 1990, les jeux de plates-formes se sont faits plus discrets en dehors de l'univers de Nintendo dans les grosses sorties cette dernière décennie. Il faut alors se tourner vers les productions dématérialisées pour trouver son bonheur à l'image de la révolution Super Meat Boy ou ce Giana Sisters : Twisted Dreams.

Giana Sisters fait partie de ces licences ressuscitées que même les passionnés de jeux vidéo ne connaissent pas forcément. Il s'agit à la base d'un jeu de plate-forme de 1987 surtout connu pour avoir été présenté comme un plagiat de Super Mario Bros. entraînant sa rapide disparition du marché dans un contexte de poursuites judiciaires tentées par Nintendo. La licence nous vient à l'origine d'Allemagne comme sa résurection grâce au studio tout aussi germanique Spellbound Entertainment qui s'est occupé de cette résurrection en 2009 avec l'épisode Giana Sisters DS. Malheureusement le studio ferma ses portes peu de temps après mais un bon nombre de ses employés décidèrent de former le studio Black Forest Games et de poursuivre le développement de cette série. Le projet se fait donc pour le marché dématérialisé avec d'abord une version PC puis des portages sur consoles. Le studio fit même l'expérience d'une demande de dons aux joueurs réussie avec le principe du crowfunding afin de présenter au public un jeu de plates-formes exigeant doté de véritables qualités techniques.

Si les accointances trop voyantes avec Mario n'existent plus, le jeu partage quand même avec le plombier moustachu cette volonté de ne pas s'encombrer d'un réel scénario. Vous incarnez Giana, une adolescente voyant sa soeur Maria être aspirée dans une sorte de double-univers parallèle qui s'articule autour des rêves et des cauchemars. Sur place, la soeur est avalée par un terrible dragon et vous partez à sa poursuite. Comme toute bonne adolescente, Giana est un peu lunatique et peut faire parler deux personnalités dans cette étrange dimension. Elle peut mettre en avant son côté fille sage comme son coté punk en alternant ainsi entre le monde rêve et le monde cauchemar. Il ne faut pas chercher plus loin du côté de l'histoire puisque toute narration et principes de l'univers parcouru sont à comprendre à travers le prisme du gameplay et de l'expérience de jeu.

Les développeurs ont voulu proposer un titre en 2,5 D (le jeu se joue sur un plan 2D mais les personnages et les environnements sont réalisés en 3D) qui mise beaucoup sur ce double-univers qui pour le coup apporte une véritable variété au sein de chaque niveau. La meilleure trouvaille graphique du jeu est de passer d'un monde à l'autre en un bouton dans un très bel effet de morphing. La version sage/cute de Giana se retrouve dans un monde inquiétant et lugubre mais façon Tim Burton ou du moins comme un enfant peut se figurer un monde cauchemardesque. A contrario, la version punk de Giana se balade dans un monde de rêve féerique et gentiment loufoque. Dès qu'on passe de l'un à l'autre le décors et les personnages se transforment, les souches deviennent des os de géants, les oiseaux joufflus deviennent des démons ailés et les couleurs passent du clair au sombre. Si l'effet est très saisissant et vraiment réussi, on apprécie aussi la beauté des décors, la souplesse technique de l'ensemble et la bonne (double) direction artistique. Malgré cela, on regrette un peu le manque de variété des décors entre des plaines verdoyantes (ou désolées), un château et quelques environnements façon plage ou enneigés. Autre point intéressant, la musique qui change aussi selon le monde visité. Celle de cute Giana est bon enfant dans le pur style des jeux de plates-formes qui se transforme en remix hard rock/metal une fois punk Giana incarnée. Cela fonctionne très bien même si les musiques deviennent vite redondantes.

Pensé pour les fans de jeux de plates-formes, Giana Sisters remporte son pari haut la main. Les mécaniques sont simples mais permettent des niveaux complexes très bien construits. A part sauter, chaque version de Giana a son pouvoir spécial : cute Giana peut tournoyer sur elle-même pour reprendre un peu de hauteur ou planer doucement pour descendre dans des précipices. Punk Giana peut quant à elle faire un dash la transformant en boule de feu lui permettant de rebondir sur les parois et gravir des passages façon wall jump. Ces deux mécaniques permettent de truffer les niveaux de passages cachés ou de moments où il faut bien appréhender les différentes capacités de notre héroïne. Le but des niveaux est aussi de collecter des joyaux afin de débloquer des étoiles à la fin du niveau permettant d'accéder aux prochains niveaux. Les cristaux bleus peuvent être ramassés par n'importe quelle version de Giana tandis que les jaunes sont pour la version cute et les rouges pour la version punk. Il faut parfois savoir comment bien alterner les deux versions de Giana avec leurs pouvoirs respectifs donnant au titre un léger côté réflexion agréable.

La grande réussite du titre est aussi le fait d'avoir parfaitement mis en place un compromis entre difficulté et accessibilité. Le jeu est certes difficile mais jamais au point de faire abandonner les amateurs de plates-formes tandis que les hardcore gamers y trouveront leur compte. Les différentes phases de plates-formes s'avèrent ardues mais joussives à passer. Les développeurs se sont fait plaisir et ont concocté un level-design où tout y passe : plates-formes mouvantes, liquides qui montent et qui descendent, phases de descente avec des piques à éviter ou sauts à réaliser au millimètre... Ajoutez à cela l'obligation de passer d'une forme de Giana à l'autre et leurs capacités spéciales donnant des passages dignes des plus grand jetés de manettes à la limite du die & retry... Mais les checkpoints sont nombreux et rapprochés faisant qu'on n'abandonne jamais car Giana Sisters reste du jeu de plates-formes à l'état pur si rare sur nos consoles en dehors de celles Nintendo. Le plus gros reproche qu'on peut faire au titre est finalement la longueur de ses niveaux qu'on peut mettre jusqu'à 30 minutes à parcourir et réussir faisant qu'on a du mal à les enchaîner d'autant plus que le jeu sauvegarde seulement à la fin.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Giana Sisters : Twisted Dreams [2012]

Bastien L.
75

Les fans de plates-formes doivent se procurer d'urgence Giana Sisters : Twisted Dreams qui remplit aisément son contrat. Les mécaniques de jeu et le level-design vont donner des frissons de plaisir et de nostalgie à tous les amoureux du genre. On regrette seulement un univers un peu redondant et son manque de profondeur malgré une vraie beauté.

On a aimé

  • Un vrai platformer
  • Une double direction-artistique sublime
  • Les musiques

On a moins bien aimé

  • Un peu répétitif
  • Un univers à peine exploité
  • Des niveaux trop longs

Acheter le Jeu Vidéo Giana Sisters : Twisted Dreams [2012] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Giana Sisters : Twisted Dreams [2012] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+