75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Stealth Bastard / Stealth Inc: A Clone in the Dark #1 [2011], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le jeudi 29 novembre 2018 à 09h00

Metal Splinter Boy

Testé sur PS3.

Le genre infiltration a fait les belles heures des jeux vidéo avec des titres prenants, novateurs et ambitieux. De nombreux joueurs ont parcouru avec plaisir les aventures de Solid Snake ou de Sam Fisher mais ne savent plus vraiment où se tourner quand les deux héros sont absents où font des infidélités à leur genre de prédilection. C'est pourquoi Stealth Bastard avait fait son petit effet en 2011 car il revendiquait clairement ses inspirations chez les plus grands tout en transformant le genre pour lui donner un aspect plus plates-formes et surtout puzzle.

Curve Digital (aussi appelé Curve Studios) est un est studio britannique né au milieu des années 2000 qui a pleinement profité de l'essor du marché dématérialisé sur consoles pour se faire un nom. Après un puzzle-game sur Wii en 2010 et le platformer Explodemon! sur PS3 et PC en 2011, ils décident de sortir un titre gratuit la même année. Ça sera Stealth Bastard avec un logo clairement inspiré de la saga Metal Gear et un personnage arborant des lunettes de vision nocturne comme Sam Fisher le héros de Splinter Cell. Avec quelques images, les joueurs savent qu'ils vont avoir le droit à de l'infiltration mais en 2D où les sauts seront aussi importants que la discrétion pour venir à bout des différents niveaux. Ce gameplay 2D et un aspect légèrement retro font de Super Meat Boy, une autre référence pour Stealth Bastard. Le jeu gagne un certain succès et ressort dans une version payante intitulée « Deluxe » un an plus tard avant de sortir sur PS3 et Vita en téléchargement durant l'été 2013. Le titre prend un nom plus policé devenant Stealth Inc: A Clone in the Dark. Ce portage comporte de nombreux ajouts. A noter que le titre connaîtra une sortie en version complète sur PS4 en 2014.

Dans la plus grande tradition des jeux indé au look un peu rétro, Stealth Inc. ne dispose pas vraiment de scénario. On comprend juste qu'on est un clone qui doit survivre à différentes salles d'une étrange usine. Ces salles apparaissent comme étant des tests et on doit progresser dans un but inconnu... Seuls des conseils s'afficheront sur les murs (le jeu est entièrement traduit par ailleurs) et commenterons parfois vos actions de manière souvent ironique. On pense ici à Portal et ces jeux de réflexion où l'on doit réussir des test sous l’œil moqueur d'un observateur omniscient. Si ce n'est une fin teintée d'humour noir, on ne peut pas dire que le jeu brille par son univers. Son absence d'histoire et ses décors génériques déçoivent un peu. Si pour vous le jeu vidéo est affaire d'univers, d'immersion voire de dépaysement, passez votre chemin... Tous les niveaux se déroulent dans l'ambiance sombre et grise des salles de test d'une sorte d'usine. A trop vouloir faire sombre et clinique tout en refusant de développer une histoire, les développeurs de Curve Studios ont empêché toute implication du joueur qui ne s'intéresse finalement qu'au gameplay proposé.  Techniquement, le jeu s'en tire plutôt bien avec une version PS3 améliorée par rapport à celle PC d'origine même si l'aspect sombre rend parfois difficile la lecture des niveaux pour savoir où l'on peut s'accrocher par exemple. Enfin la musique électro est dans le ton mais s'avère assez vite répétitive et l'ambiance sonore reste quelconque.

Il est évident que l'intérêt de Stealth Inc: A Clone in the Dark n'est pas son univers ou quelconque scénario mais sur un site comme SFU, on s'adresse aux passionnés de l'imaginaire donc de ce point de vue, l'ensemble s'avère décevant. Mais pour les joueurs, le titre offre de nombreuses qualités. Le mélange infiltration/plates-formes/réflexion fonctionne à merveille. Le jeu est divisé en 8 chapitres de 8 niveaux chacun qu'il faut finir pour atteindre le suivant. Chaque chapitre offre un ou plusieurs éléments de jeu/pièges permettant une difficulté progressive bien maîtrisée. Dans chaque niveau, notre clone doit accéder à différents ordinateurs qui déverrouillent la porte de sortie de niveau. Accéder à ces ordinateurs est donc l'objectif principal et les salles de test vous mettront des bâtons dans les roues. Caméra avec tourelle, lasers mobiles ou fixes, drones armés, robots patrouilleurs.... Il va falloir éviter tout cela pour s'en sortir. C'est grâce à l'obscurité qu'on s'en sort puisque notre clone peut se rendre invisible et il faudra bien observe les zones d'ombre dans les niveaux. Ensuite il faut aussi savoir se servir du décor comme des ennemis pour progresser. Il est donc difficile de foncer en espérant réussir du premier coup. Il faut souvent un temps de pause, tester des trucs et parfois progresser par l'échec...

Une des autres références qui viennent en tête quand on joue à Stealth Inc: A Clone in the Dark sont les premiers Oddworld (L'Odyssée et L'Exode d'Abe) tant le mélange discrétion, plates-formes et réflexion semble être le même. Dans ces jeux il faut savoir se servir de l'ennemi pour progresser, l'attirer au bon endroit pour activer un mécanisme ou lui passer dans le dos sans qu'il ne vous voit. Stealth Inc. utilise beaucoup ce système ce qui fait qu'il faut vraiment se creuser les méninges pour progresser. Les développeurs ont créé des niveaux assez variés dans la manière de les terminer pour qu'on s'amuse. De plus il faudra aussi compter sur un environnement changeant car en plus des plates-formes mobiles, on a le droit à des sols créant un son attirant les ennemis ou des barrières qui n'affectent que le joueur... Le jeu propose même des boss à la fin de chaque chapitre. Ces phases reprennent le principe d'ordinateurs pour ouvrir la sortie mais au milieu se trouve un robot qui nous tue instantanément si on est à découvert... Les développeurs ont bien géré la difficulté du titre car terminer le jeu n'est pas une gageure en soit si on est suffisamment motivé et patient. La vraie difficulté est plutôt du côté des contres-la-montre (avec classement mondial) ou la découverte de tous les objets cachés pour découvrir de nouveaux niveaux. Le titre propose aussi de débloquer d'autres types de clones transformant le gameplay puisque certains peuvent se téléporter et autres possibilités qu'on vous laisse découvrir. Il existe aussi un éditeur de niveaux. Le jeu se termine assez vite si on se contente d'enchaîner les niveaux mais les amateurs de jeux de réflexion comme d'infiltration ont de quoi s'amuser.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Stealth Bastard / Stealth Inc: A Clone in the Dark #1 [2011]

Bastien L.
67

Stealth Inc. est un savant mélange d'infiltration, de plates-formes et de réflexion avec un gameplay efficace et une difficulté vraiment bien maîtrisée. Les nombreux niveaux et les différentes possibilités rendent le jeu plus riche qu'il n'y paraît. Néanmoins, le jeu ne propose pas vraiment d'univers accrocheur ni de véritable direction artistique, ce qui est bien dommage.

Que faut-il en retenir ?

  • Un gameplay à la croisé des genres
  • Une difficulté progressive bien maîtrisée
  • Plus porfond qu'il n'y paraît

Que faut-il oublier ?

  • L'univers n'est pas développé
  • Une direction artistique trop générique
  • Parfois trop sombre

Acheter le Jeu Vidéo Stealth Bastard / Stealth Inc: A Clone in the Dark #1 [2011] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Stealth Bastard / Stealth Inc: A Clone in the Dark #1 [2011] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+