75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : The Incident [2012], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le lundi 25 juin 2012 à 11h05

Classique, mais efficace...

On connaissait jusqu'ici Alexandre Courtès pour son travail avec Martin Fougerol sur nombre de clips (notamment sur Seven Nation Army des White Stripes, Vertigo de U2 ou The Fallen de Franz Ferdinand), ainsi que pour avoir réalisé la partie des Infidèles Anonymes dans le film à sketches Les Infidèles. A priori, donc, rien ne laissait entrevoir la volonté de ce jeune réalisateur de commencer sa carrière solo en réalisant un survival violent et sans concession, loin du film commercial qui lui aurait permis de se faire un nom auprès du grand public. La chose s'avère d'autant plus vraie que The Incident, en dépit de ses qualités indéniables, n'aura finalement eu le droit qu'à une sortie DTV en France, sans avoir eu l'honneur d'un passage par la case "cinéma". Dommage, car si ce premier long-métrage n'est pas dénué de tout défaut, il aurait pourtant clairement mérité d'être découvert par le public sur grand écran.

Si The Incident est censé se dérouler aux Etats-Unis à la fin des années quatre-vingt, il a pourtant été intégralement tourné à Bruxelles sur des capitaux franco-belges ; le film bénéficie donc d'une direction artistique remarquable destinée à camoufler ses origines européennes, chaque image faisant ainsi illusion tout au long du film. Du choix des batiments pour les plans extérieurs aux divers accessoires qui décorent chaque scènes en passant par le casting intégralement anglo-saxon, The Incident semble donc tout droit sorti d'un autre pays et d'une autre époque. Si l'on pourra légitimement se poser la question de l'utilité artistique de ce décalage temporel (l'histoire aurait très bien pu se passer de nos jours), force est de constater que cela donne à l'ensemble un côté intemporel plutôt plaisant, atout que l'on devine important pour l'exploitation du long-métrage à l'international.

La mise en scène est à l'image de ce parti pris, sous une influence 80's indéniable qui lui confère un côté Carpenter très réussi. Cependant, au delà de cette influence plutôt flatteuse, Courtès parvient à développer un style qui lui est propre, lui évitant ainsi de ne s'apparenter qu'à un habile copieur sans âme. The Incident s'appuie ainsi sur une réalisation qui ne cède jamais aux sirènes des effets de styles faciles, mais qui préfère baser son efficacité formelle sur son ambiance. Le film développe ainsi une tension sourde essentiellement basée sur des bruitages et des jeux de lumière, jouant avant tout sur l'étrangeté des lieux et des situations pour mettre le spectateur en danger (l'asile est traité comme un personnage à part entière), et ainsi donner toute sa force dramatique à ce survival.

La chose fonctionne d'autant mieux que lorsque le scénario entre dans une de ses quelques phases de frénésie, The Incident se déchaine dans des excès de violence graphique que la caméra de Courtès ne cherche jamais à éviter. Loin de n'être qu'un simple artifice destiné à faire sombrer le film dans le gore gratuit, cela permet d'ajouter un ingrédient concret à l'ambiance générale afin que le spectateur comprenne bien que derrière chaque porte ou qu'au détour de chaque corridor peut se dissimuler un danger mortel pour les héros. Le traitement visuel des prisonniers, qui s'apparentent à des zombies sans âmes, ajoute enfin un élément non négligeable à l'efficacité de l'ensemble en donnant à The Incident des allures de film fantastique.

Cependant, à côté de tout cela, The Incident souffre d'un certain nombre de défauts structurels qui tendent à largement amoindrir la qualité de l'ensemble. Le film met ainsi énormément de temps à véritablement commencer, le rythme de début se trouvant plombé par de longues séquences d'introduction ne présentant que bien peu d'intérêt ; cela est d'autant plus vrai que les personnages présentés ne sont ni très charismatiques, ni très intéressants (et ce malgré le fait qu'ils soient interprétés par de bons acteurs), et que l'on peine malgré tout à s'attacher à eux. Au final, on ne peut s'empêcher de penser que ces trente premières minutes ne sont destinées qu'à permettre au long-métrage d'atteindre laborieusement les quatre-vingt dix minutes réglementaires, mais sans réussir à apporter quoique ce soit à l'histoire.

L'histoire, d'ailleurs, reste très classique et n'apporte pour ainsi dire rien au genre très balisé du survival ; au delà des effets de mise en scène, le déroulé du scénario ne réserve aucune véritable surprise, et ce jusqu'aux dernières minutes. En effet, le scénariste a malgré tout tenté de proposer quelque chose d'un tant soit peu nouveau sur la fin en jouant la carte Shyamalanesque du twist final censé remettre en question une partie de ce que l'on a pu penser voir auparavant. Cependant, force est de constater que ce twist n'apporte pour ainsi dire pas grand chose à l'ensemble (si ce n'est une certaine confusion), certaines de ces composantes (car il y en a plusieurs) ne s'avérant finalement pas très pertinentes. Dommage, car en s'assumant de bout en bout dans un mode classique, The Incident aurait certainement réussi à emporter l'adhésion générale plus facilement.

La conclusion de à propos du Film : The Incident [2012]

Vincent L.
60

Pour son premier long-métrage, Alexandre Courtès a opté pour un survival classique dans la grande tradition du genre. Largement influencé dans sa mise en scène par le travail de John Carpenter, il livre un film sans concession bénéficiant à la fois d'une efficacité formelle indéniable, ainsi que de partis pris esthétiques assez plaisants. On regrettera cependant que The Incident souffre d'une partie introductive trop longue, ainsi que d'un twist final à la fois inutile et peu convaincant, cela tendant à en faire un divertissement mineur, et ce en dépit de ses nombreuses qualités formelles.

Que faut-il en retenir ?

  • Mise en scène efficace,
  • Excellente ambiance,
  • Direction artistique impeccable,
  • Casting convaicant,
  • Un petit côté Carpenter bien sympathique.

Que faut-il oublier ?

  • Une histoire très classique,
  • Des personnages peu attachants,
  • Partie introductive trop longue,
  • Twist final peu convaincant.

Acheter le Film (non sorti en salles françaises) The Incident en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Incident sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+