75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de rôle : Sens Mort #2 [2010], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le lundi 31 janvier 2011 à 13h13

Quand le fond est à la hauteur de la forme...

Second volet de Sens Hexalogie, cycle de jeux de rôle de "philo-fiction" écrits et édités par Romaric Briand, Sens Mort fait directement suite à celui qui avait initié la gamme : Sens Renaissance. Les joueurs y reprennent ainsi les rôles de "bugs" mis en place dans le précédent jeu, partant combattre le tyran omniscient qui dirige toujours l'univers. On pourrait ainsi presque voir Sens Mort comme un premier supplément à Sens Renaissance ; par de nombreux côtés, ce sentiment peut est d'ailleurs maintes fois confirmé par la lecture du livre : utilisation du même système de jeu (qui, d'ailleurs, n'est plus présenté dans cette suite), background similaire (qui n'est pas non plus réexpliqué), nécessaire complémentarité entre les deux ouvrages, ... Pourtant, une fois la lecture achevée, on se pose malgré tout la question de la place de Sens Mort vis à vis de son prédecesseur ; en effet, si les deux livres se placent dans une véritable continuité, on n'a pourtant pas l'impression de jouer au même jeu.

Et c'est d'ailleurs ce tour de force qui rend ce second volet finalement plus passionnant que Sens Renaissance. Alors que l'on pensait avoir saisi tous les tenants et aboutissants de l'univers mis en place (désormais presque devenu familier, pour quelque peu caricaturer), Romaric Briand parvient à astucieusement prolonger son background - qui conserve les mêmes bases - mais tout en renouvellant ses thématiques, les faisant glisser vers de nouvelles pistes de réflexions, et proposant ainsi des scénarios sensiblement différents dans le fond. Si Sens Renaissance était un jeu fortement ancré dans la métaphysique, Sens Mort, quant à lui, s'ancre plus dans notre quotidien, et va proposer des thématiques plus accessibles parce que plus proches de considérations sociologiques (voire sociétales). Ainsi, en plus de donner une véritable profondeur à l'univers développé, Sens Mort amène l'aspect critique déjà présent dans Sens Renaissance vers une réflexion autour des vicissitudes de notre société.

Ce faisant, Romaric Briand palie assez largemement au principal reproche fait à Sens Renaissance (à savoir que le fond soit nettement inférieur à la forme, voir la critique pour plus de détails) ; Avec Sens Mort, le background a désormais droit à un traitement à la hauteur des attentes ; libéré des contraintes de place lié au format papier (plus besoin d'expliquer le système de jeu, ni même de décrire l'univers mis en place), il peut désormais se concentrer à donner de la profondeur à son jeu. Au final, Sens Mort est beaucoup plus sombre que son prédecesseur (qui ne respirait déjà pas la joie de vivre), et enrichit son background grâce à un savant équilibre entre mise en place de nouveaux secrets et révélation d'éléments importants. Sens Héxalogie confirme ainsi la tendance amorcée par Sens Renaissance, à savoir être un véritable "jeu à secrets", presque à l'ancienne ; de cela découle une conséquence inévitable : l'intérêt final du jeu est complètement conditionnel des futures révélations.

Sur la forme, Sens Mort se distingue également de son prédecesseur en s'avérant être beaucoup plus accessible pour le joueur ; en cela, on pourrait presque y voir une certaine maturité de la part de l'auteur. Ainsi, Sens Renaissance était un jeu totalement jusqu'auboutiste, écrit et présenté comme un essai universitaire, mettant de côté l'ensemble des règles tacites qui sont habiuellement appliquées par les concepteurs lors des phases de rédaction de leurs jeux ; ne nous mentons pas, c'est également ce côté full frontal qui faisait toute l'originalité du produit. Dans Sens Mort, Romaric Briand a réussi, tout en gardant une qualité d'écriture correcte, à être plus accessible, et a avoir un propos plus limpide et plus clair. Ainsi, sur un capital temps donné, le lecteur va passer beaucoup moins de temps à réfléchir sur le jeu en lui même, et va, de fait, pouvoir s'interroger de manière plus approfondie sur les thématiques proposées. Ce que le livre perd en originalité, il le gagne très clairement en efficacité.

Reste malgré tout un défaut majeur : avec ce second volet, Sens Hexalogie s'impose définitivement comme particulièrement gourmand en temps pour le maître de jeu. Les scénarios proposés, qui sont au coeur de la campagne de Sens Mort, sont ainsi écrit sous forme de pièce de théâtre, et force est de constater que l'auteur ne simplifie aucunement la tâche du MJ (des scénarios traditionnellement construits auraient été plus aisés à mettre en place, même si fondamentalement moins originaux). Par extension - mais on le savait déjà - Sens est un jeu n'ayant strictement aucun intérêt en one-shot. La partie faite de manière occasionnelle retire absolument tout intérêt au jeu. On pourra, bien sur, ne pas voir ceci comme une lacune, il faut cependant en être bien conscient au moment de se lancer dans l'aventure. Certes, le jeu en vaut la chandelle, mais à défaut d'un rythme de parties continu - pas forcément fréquent, mais en tout cas régulier - on risque de complètement passer à côté de ce qui fait la force du jeu.

Voir la critique de Sens Renaissance pour plus de précisions sur le jeu.

La conclusion de à propos du Jeu de rôle : Sens Mort #2 [2010]

Vincent L.
90

Second volet de Sens Hexalogie, Sens Mort parvient à prolonger l'expérience de jeu proposée par son prédécesseur, Sens Renaissance, mais tout en corrigeant certains défauts que ce dernier pouvait avoir. Au final, le résultat est donc nettement plus abouti, et donc clairement plus intéressant, l'univers y gagnant une profondeur plus que bienvenue. Reste que le jeu demeure tout de même difficile à mettre en place, et demande au maître de jeu un travail conséquent en amont des parties ; si vous aimez que l'on vous facilite la tâche, passez votre chemin, Sens Mort est un jeu gourmand qui demande du temps et de l'investissement, et ce de la part des joueurs comme du MJ.

Que faut-il en retenir ?

  • Un concept de base toujours aussi fort,
  • Un excellent renouvellement des thématiques,
  • Approfondit l'univers mis en place,
  • Des révélations intéressantes et bien amenées,
  • Lecture plus aisée, propos plus clairs.

Que faut-il oublier ?

  • Un jeu à secrets, donc une qualité générale conditionnelle aux futures parutions.
  • Un jeu très gourmand, pour le maître de jeu comme pour les joueurs.

Acheter le Jeu de rôle Sens Mort en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sens Mort sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Sens Hexalogie