75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Cargo [2010], par Sylvain T.

Avis critique rédigé par Sylvain T. le dimanche 28 novembre 2010 à 03h22

De la SF chez les helvétiques

A l’heure où Moon a sans aucun doute fait sensation dans votre salon, Seven7 nous propose de découvrir un autre film de science-fiction à petit budget.

Le système écologique de la Terre s’est effondré, obligeant âmes qui vivent à se réfugier sur des petites stations spatiales, attendant de pouvoir quitter cet enfer surpeuplé. Tous espèrent une chose : rejoindre Rhea, un monde paradisiaque à cinq années lumières de la Terre. Mais alors que Laura rejoint un  vaisseau en partance pour cette mystérieuse planète où vi sa sœur, et que ses membres d’équipages sont censé être plongé dans un profond cryo-sommeil, elle n’a plus l’impression d’être aussi seule qu’au début du voyage…

Dans le genre petite production dans le monde de la science-fiction, on avait eu droit à Moon. Le film de Duncan Jones avait fait son petit effet dans les différents festivals où il avait été présenté sans pour autant connaitre une sortie au cinéma. Et après des mois de retard, c’est finalement en DVD et en Blu-Ray qu’il est arrivé dans nos contrées. C’est exactement la même chose pour Cargo, mais cette fois-ci, inutile de traverser l’atlantique puisque c’est un duo suisse à qui l’on doit ce nouveau bébé. Doté d’un budget de 5 millions de francs suisses, on avait hâte de découvrir ce qui se cachait derrière cette production qui faisait le buzz sur la toile et qui n’avait pas trouvé de distributeur sur notre territoire. L’erreur étant désormais réparée, c’est avec un réel plaisir que l’on se plonge dans ce scénario plutôt mystérieux, mais par pour autant dénué de tout intérêt.

Bien sûr, la disparition de toute vie humaine sur Terre a été un sujet mainte fois utilisé, mais Cargo avait ce petit quelque chose, indescriptible, qui faisait la différence. Pourtant au casting, rien de vraiment considérable, la plupart des acteurs n’étant pas du tout connu du grand public, mais c’est au final un mal pour un bien dans le sens ou ces derniers ne vont ainsi pas essayer d’épater la galerie. Car de par son budget limité, les réalisateurs vont surtout s’attarder sur la psychologie des personnages et sur leur compréhension de l’utilisation de Rhea pour asservir le monde des hommes, plus qu’en nous épatant visuellement parlant. On retiendra donc Anna-Katharina Schwabroh, l’interprète du personnage principal (féminin) : Laura. Cette doctoresse sera la première à se rendre compte de la vérité autour de Rhea et qui va donc se lier d’amitié avec un mercenaire et faire retentir la vérité. Véritable narratrice sans pour autant nous faire profiter de nombreuses proses inutiles, Laura fait donc partie intégrante du scénario. Pour la rendre plus humaine, on nous propose même d’en savoir plus sur sa vie privée, quitte à laisser de côté les autres personnages que l’on considéra ici comme secondaire en raison d’un contenu quasi-inexistant de leurs passés respectifs, ce qui est d’ailleurs dommage tant il y aurait eu à faire de ce côté-là. Ainsi, à de multiples reprises, le film s’arrête sur des séquences de bavardages entre Laura et sa sœur. Ces séquences que l’on suppose inutiles au départ s’avèrent finalement déterminentes pour comprendre ce qu’est en réalité Rhea.

Et c’est bien cela qu’on reproche à Cargo, sa prévisibilité. On sent venir l’intrigue à des kilomètres à la ronde, tant est si bien que dès la 35ème minute, on sait comment vont se dérouler les évènements. Bien sûr, ce n’est pas pour autant qu’il s’agit d’un mauvais film, car ce qui va être intéressant, c’est de faire abstraction de cette révélation que l’on aurait aimée plus tardive, afin de mieux apprécier l’univers du film. La caméra rapprochée ou les plans sur les décors apportent quelque chose d’inédit au genre, et la finition des détails est excellente par endroits bien que l’on se rende compte de temps à autre du manque de budget alloué à cette production. Inutile d’ailleurs d’essayer d’y apercevoir de l’action, ça n’est pas la clef du film. Bien qu’il y ait quelques scènes plutôt prenantes, il s’agira surtout de suivre l’évolution d’une enquête qui dérange au travers de personnages aussi divers que variés. Il y a quelques longueurs, mais l’ambiance visuelle et musicale est saisissante.

La conclusion de à propos du Film : Cargo [2010]

Sylvain T.
70

Cargo est une surprise du cinéma suisse. Avec cette petite production, Ivan Engler et Ralph Etter, les deux réalisateurs, prouvent une fois encore qu’il est possible de créer quelque chose de convaincant avec un budget au raz des pâquerettes. Mais gare à ne pas prendre la grosse tête en espérant offrir, sans en partie y parvenir, aux spectateurs, le degré de finition d’une super-production hollywoodienne.

Acheter le Film (non sorti en salles françaises) Cargo en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Cargo sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Cargo

  • Voir la critique de Cargo : Bienvenue sur Rhea
    35

    Cargo Critique du film par Richard B.

    Bienvenue sur Rhea : Cargo est le type de film qui a dû représenter un travail énorme et un défi difficile, c'est pourquoi il est très dur de dire que …
    Temps de lecture : 3 mn 43