75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Wendigo [2009], par David M.

Avis critique rédigé par David M. le samedi 16 janvier 2010 à 19h32

un indien vaut mieux que deux tu l’auras

Agressée en pleine nuit par deux individus masqués qui tentent de l'immoler, Lily Blake ne doit sa survie qu'à son formidable instinct de survie. Malheureusement, elle constate que ces deux enfants ont disparu.Rapidement, les soupçons se portent sur son ex-mari qui lui aussi a disparu sans laisser de trace.Face à l'incapacité du FBI a progresser dans cette affaire de kidnapping parental, Lily se tourne vers un détective privé d'origine indienne. En échange d'un terrain ayant autrefois appartenu aux indiens, on lui propose de faire appel au Wendigo, un esprit démoniaque et cannibale pour retrouver ses enfants. Lily, désespérée, accepte le pacte sans vraiment savoir dans quoi elle s'engage.

Ce n'est pas la première fois que Graham Masterton fait appel à la démonologie indienne dans ses romans. La trilogie du Manitou en est l'exemple le plus connu. Ici, on a affaire à un démon, certes mineur, mais particulièrement cruel ce qui permet à l'auteur de se lâcher et d'offrir quelques scènes de massacre particulièrement gore.

Le roman, comme beaucoup des livres de Masterton, est relativement court (l'édition Bragelonne compte 333 pages - la moitié de 666 - écrites en gros caractères) et se lit facilement et rapidement.

Comme toujours avec Masterton, l'écriture est simple et efficace. Pas de diarrhée verbale comme on peut en trouver chez Stephen King. Masterton va droit au but et ce que les personnages perdent en épaisseur, le récit le gagne en rythme.

Wendigo n'est probablement pas le meilleur Masterton (mon préféré reste à ce jour Le Portrait du Mal) mais c'est loin d'être le plus mauvais de sa prolifique production. Sans réelle surprise, le bouquin se lit avec plaisir, c'est un bonne histoire d'horreur dont on regrettera peut-être la linéarité du récit (du début à la fin seul le point de vue de Lily Blake nous est proposé et aucune sous-intrigue ne vient étoffer la trame principale)

La conclusion de à propos du Roman : Wendigo [2009]

David M.
70

Wendigo vient s’ajouter à la déjà riche collection des romans de ce maître de l’horreur qu’est Masterton. Sans être un millésime, Wendigo reste un bon cru. Un récit court, facile et étayé de quelques scènes bien sanguinolentes raviront les aficionados de cet auteur écossais.

Que faut-il en retenir ?

  • Un bon cru de Masterton
  • Du gore

Que faut-il oublier ?

  • Un récit linéaire
  • Sans réelle surprise

Acheter le Roman Wendigo en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Wendigo sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+