75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Eh mec, elle est où ma caisse ? [2001], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le dimanche 29 juin 2008 à 11h51

Deux crétins vs les bimbos de l'espace

Un lendemain de cuite comme les autres pour Jess et Chester, deux losers d’une vingtaine d’années. Affalés sur leur canapé, ils regardent leur émission animalière favorite sur le câble. Soudain, ils se rappellent que c’est l’anniversaire de leurs copines, les Jumelles. Mais où sont les cadeaux ? Ah oui, ils sont dans la caisse… Jess et Chester sortent dans la rue et là, mystère, pas de bagnole !... Et comme les deux fumistes ne se rappellent plus rien de leur soirée de la vieille, la retrouver ne va pas être une mince affaire…


Ce film s’inscrit dans la lignée d’un Dumb and Dumber et autres crétineries du genre. Il met en vedette un duo de jeunes gars, aussi fainéants qu’incapables, qui se retrouvent soudainement hissés au rang de superstar du coin sans savoir pourquoi. Ils vont alors découvrir en même temps que les spectateurs les évènements de la soirée de la vieille, qui les a mis en contact avec des gangsters travellos, des bimbo extra-terrestres et des chippendales de l’espace.
Donc, Dude… est très potache, et va très loin dans les gags idiots, les situations absurdes et les allusions scabreuses. Certains effets comiques sont réussis, d’autres pas du tout, mais il émane en permanence de ce métrage une atmosphère de bonne humeur, ce qui fait qu’au final, le récit n’est jamais ennuyant. Certaines idées sont même géniales, comme les combinaisons des adeptes de la « secte de Zoltan » réalisées en film bulles. Cela donne la naissance de scènes hilarantes avec des illuminés qui se baladent en faisant « pop », « pop », notamment quand ils s’asseyent.

Bon, ce n’est pas la seule scène très drôle, retenons aussi le chien fumeur de calumet ; le plan sur la baraque des jumelles avec le mec qui pendouille, ivre mort, sur le toit ; la première rencontre avec les Space Bimbos, et bien d’autres. Evidemment, dans le tas, certains ne marchent pas, trop vulgaires, trop prévisibles ou répétitifs - notez aussi qu’il est conseillé de regarder ce film en version originale, la version française étant catastrophique.
La fin est un hommage ouvert au célèbre b-movie Attack of the 50 Foots Woman. Le film laisse ici un peu tomber le déluge de gags idiots – avec une séquence un peu ratée de regroupement général des personnages – pour aborder le domaine de la comédie SF dotée d’effets spéciaux assez réussis. Bon, le réalisateur Danny Leiner ne peut s’empêcher d’y glisser quelques répliques et quelques plans d’un gout douteux (mais drôles), comme les cadrages en contre-plongée sur l’entrejambe de la bimbo alien géante et la vue sur sa culotte ringarde. « Papa, papa, je veux faire un tour de ce manège », dit un enfant. « Oooh, moi aussi, moi aussi », répond le père, le regard fixé sur les ravissants atouts de la dame de 50 pieds.

Le film doit aussi beaucoup a ses deux interprètes principaux, notamment Ashton Kutcher. La star du That 70s Show reprend ici le même rôle de grand dadais sympathique et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a pas à se forcer, tant faire le crétin lui apparaît comme naturel. A coté de lui, Sean William Scott (révélé par American Pie, ne l’oublions pas), produit un jeu plus forcé, plus axé sur les expressions faciales à la limite de la débilité mentale. Personnellement, j’aime moins.
Mais Dude, Where is my Car ? vaut aussi pour ses filles. Les rôles phares (si j’ose dire) sont tenus par Kristy Swanson (plus de 30 ans et elle continue à passer pour une midinette) et Marla Sokoloff et Jennifer Garner (un an plus tard, Alias la rendait célèbre) dans les rôles des jumelles à couettes. Puis, il y a bien sur les bimbos de l’espace (Mitzi Martin, Mia Trudeau, Nichole Hiltz, Linda Kim et Kim Marie Johnson), cinq aliens semblant sortir d’un défilé de chez L’Oréal et qui vont fusionner au final pour donner la Super Hot Giant Alien (interprétée par la célèbre playmate Jodi Ann Paterson).

La conclusion de à propos du Film : Eh mec, elle est où ma caisse ? [2001]

Nicolas L.
60

He Mec… est le type même du film débile mais assez drôle (et parfois hilarant) pour autant que l’on veuille bien jouer le jeu. Bourré d’un humour potache et d’un comique slapstick qui ne révolutionne certainement pas le genre, il a pour mérite d’être moins agaçant qu’un Dumb & Dumber et moins vulgaire qu’un American Pie. Et puis, il y a aussi cette aspect SF, ce coté référentiel qui ajoute au film un aspect sympathique qui plaira aux fans de séries B.

Que faut-il en retenir ?

  • Des personnages sympathiques
  • Beaucoup de gags qui fonctionnent
  • Un aspect SF bienvenu
  • Une bonne humeur communicative

Que faut-il oublier ?

  • Des séquences superflues ou ratés
  • Faut aimer l’humour gras

Acheter le Film Eh mec, elle est où ma caisse ? en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Eh mec, elle est où ma caisse ? sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+