75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film (direct to vidéo) : Death Tunnel [2006], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 29 septembre 2006 à 08h01

Tunnel interminable

Dans une fac de médecine interdite aux thons et aux boudins, 5 pétasses font semblant de faire des études. Oui, semblant, car leur véritable vocation est plutôt de se balader en nuisette dans des soirées étudiantes et concourir dans les catégories allumeuses et tête à claques. J’admets, elles le font d’ailleurs très bien. De vraies professionnelles. Elles sont si doués dans le trémoussement de croupe qu’elles gagnent haut la main (ou plutôt la cuisse…) un jeu qui va les entraîner dans un vieil établissement pourri, affublé d’un vieux sac miteux sur la tête. On se demande d’ailleurs pourquoi les organisateurs de ce petit jeu ont pris cette peine, puisqu’ils ont bien pris soin de disposer à leurs pieds les moyens de se libérer de cette cagoule puante. Ce qu’elles font après un petit moment d’hésitations. En fait, confortablement installé au fond de mon canapé, je m’en foutais complètement de cette première incohérence car je bavais déjà à l’idée de mater ces filles en nuisettes et aux fesses bien fermes se faire poursuivre par des monstres lubriques dans des couloirs visqueux et désaffectés. Ben vi, désolé, Bastable est un pervers… et il a un canapé.

I'm a Barbie Giiirl! (air connu)

J’allais vite déchanter. Car Death Tunnel est un sacré merdier. Bien sur, les gonzesses se baladent à moitié à poil – il y en a même une qui se déssape complètement dans un endroit si crade que même un porc ne mettraient pas une patte, avant de se glisser sous une douche moisie qui n’a pas servi depuis 1927 – et poussent plein de cris bien excitants, mais la réalisation et le montage sont si hystériques et chaotiques qu’on y pige que dalle. Ce qui est le plus drôle est que l’histoire est d’une banalité (et d’une débilité surtout) peu commune et que l’on devine que ce défilé de fashbacks en cascades mélangées à des visions médiumnique et des séquences de possessions sont autant d’artifices pour noyer le poisson.
LA SEULE séquence coquine du film, profitez-en!

Bref, toutes les heures, une fille – réincarnation ou descendance des anciennes infirmières de l’établissement – crève de manière symbolique, et vraiment pas du tout sexy. Le spectateur, gavé d’enchaînement de plans épileptiques très tendance (surtout depuis Ring), accuse le coup et regarde, incrédule, le travail d’un réalisateur qui marche sur la tête. Les coïncidences forcées et les incohérences scénaristiques se succèdent – la pire étant peu être la séquence dans laquelle les personnages, qui cherchent désespérément à fuir le sanatorium, interviennent sur le toit pour tenter, en vain, d’empêcher une bimbo possédée de se suicider, puis retournent à l’intérieur du bâtiment alors qu’un escalier de service se trouve juste sous leurs yeux. Sur la fin du film, l’on a même droit à une ellipse totalement inexplicable, un véritable foutage de gueule artistique qui va permettre aux survivants de se retrouver dans ce fameux death tunnel . Et je ne vous parle même pas du dénouement. Je ne veux pas vous gâcher la surprise…
Là, du coup, elle fait moins la fière

Du coté des effets horrifiques, on reste dans le même registre que dans le secteur coquin (en tout et pour tout une seule paire de nichons). Le minimum syndical, pour ne pas subir les foudres de la censure. Au final, aucune séquence démonstrative sur les meurtres, juste des plans post-mortem sur les victimes ensanglantées. Même s’ils sont relativement bien réalisés , l’amateur de gore et d’horreur pur reste sur sa faim.
La seule chose à sauver dans cette ineptie est la photographie, qui est tout simplement superbe. Une image bien travaillée, avec de nombreux effets lumineux jouant sur une gamme de bleus et de jaunes sales, et mettant parfaitement en valeur les éléments glauques du décor. Il faut admettre que c’est bien peu…
Le mec du film. Avec une coupe pareille, pas étonnant qu'il rate les marches

La conclusion de à propos du Film (Direct to Vidéo) : Death Tunnel [2006]

Nicolas L.
15

Death Tunnel est un abîme d’ennui, voir de désagréments. Histoire pas originale pour un sou, réalisation crispante, montage chaotique, personnages stéréotypés et vides de substance. Une véritable catastrophe. Reste une photographie de qualité. Cela n’empêche pas ce film d’être l’un des plus chiants que j’ai vu depuis longtemps

Que faut-il en retenir ?

  • Bonne photographie

Que faut-il oublier ?

  • Personnages creux
  • Réalisation pleine de clichés
  • Montage chaotique
  • Bourré d’incohérences
  • Aucune sensation de peur

Acheter le Film (Direct to Vidéo) Death Tunnel en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Death Tunnel sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+