75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Abyss [1989], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le vendredi 21 février 2003 à 11h23

Cameron au sommet des profondeurs

Dans les grands fonds marins dans le noir absolu, à l’aube d’une troisième guerre, se cache quelque chose…


Cameron est souvent aux scénarii de ces films et cela se ressent, car le plus souvent on se retrouve face à un désastre, d’envergure apocalyptique ou à l’approche de celui-ci. Abyss n’échappe pas à cela.

Si on oublie le très mauvais et pitoyable « Piranha 2 », la carrière de Cameron est plutôt réussie, souvent aidée de gros budgets. Abyss n’échappe pas à ce constat, Cameron est donc aidé dans ce chantier de gros billets verts, mais à son avantage tout cet argent se remarque à l’écran, ce qui n’est pas donné à tous les films. Sa mise en scène est toujours classieuse et digne de sa réputation d’exigence.

Ici, chose rare dans un film, nous aurons le droit à quelques scènes d’anthologie, une en particulier qui devrait rester dans les mémoires du cinéma : la rencontre de l’équipage et des créatures dans la station, celles-ci prenant la forme de l’eau et faisant des effets de morphing de divers visages. Une scène qui ouvrira la porte à l’image de synthèse et à son utilisation aujourd’hui sur presque tous les films de genre.

Question acteurs, pas de stars, mais des bonnes gueules du cinéma, tel le toujours impeccable et talentueux Ed Harris, qui offre encore une fois, une prestation sans faille aux côtés de la ravissante et très convaincante Mary Elizabeth Mastrantonio. À noter un habitué de Cameron en la personne de Michael Biehn, qui cette fois ne sera pas le brave héros, mais bien le salaud de service.

Les effets ne sont pas en reste, puisque comme mentionné plus haut, certains sont devenus mémorables. Des maquettes plus vraies que nature, ce mélange ici a des effets numériques avec plaisance, et cela ne se remarque jamais. Les effets spéciaux dans ce film sont bien là pour le servir et non l’inverse.

La conclusion de à propos du Film : Abyss [1989]

Richard B.
95

Abyss c’est un des grands films de S.F., un film de grande classe amplifié par une version longue qui transformera ce film, comme le meilleur de Cameron et comme certainement un des 20 meilleurs films de S.F.

Acheter le Film Abyss en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Abyss sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Abyss

  • Voir la critique de Abyss : Lorsque vous regardez l'abysse, l'abysse vous regarde aussi
    80

    Abyss Critique du film par Manu B.

    Lorsque vous regardez l'abysse, l'abysse vous regarde aussi : Abyss est un film empreint d'émotion, un film à voir sans modération !
    Temps de lecture : 3 mn 16

  • Voir la critique de Abyss : Même au fond du trou, y'a toujours de l'espoir
    80

    Abyss Critique du film par Nicolas L.

    Même au fond du trou, y'a toujours de l'espoir : Survival abyssal spectaculaire et poétique, Abyss est un superbe spectacle qui mérite bien, malgré une fin indigne du reste du mét…
    Temps de lecture : 2 mn 24

  • Voir la critique de Abyss : Tout au fond : la lumière...
    75

    Abyss Avis sur le film par Christophe B.

    Tout au fond : la lumière... : Dès l'adolescence, James Cameron se passionne pour les fonds marins et leurs mystères. En écrivant et en mettant en scène Abyss, i…
    Temps de lecture : 3 mn 10

  • Voir la critique de Abyss : On se jette à l'eau ?
    75

    Abyss Avis sur le film par Gil P.

    On se jette à l'eau ? : Un bel effort scénaristique, assez poétique en version longue tout en restant un film pop corn éblouissant.
    Temps de lecture : 6 s