75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Série Télé : The Vampire Diaries
The Vampire Diaries >

Critique de la Série Télé : The Vampire Diaries

Avis critique rédigé par Andre C. le mardi 13 mai 2014 à 1220

saison 4 : le point de non-retour ?

En 3 saisons, The Vampire Diaries a réussi à se singulariser. Une gageure d'autant plus remarquable que ce feuilleton pour adolescent a été lancé suite aux succès des Twilight. La volonté des producteurs était donc simple : offrir un équivalent télévisuel à la franchise cinéma. En d'autres termes, lors de son lancement, The Vampire Diaries souffrait de l'étiquette « plagiat de Twilight » (ce qui en disait long sur l'opportunisme et l'originalité de l'entreprise), mais depuis, la série est parvenue à trouver son propre ton et à développer son propre univers. Dorénavant, elle ne souffre plus d'une quelconque comparaison avec son modèle, mais plutôt des dilemmes propres à toute production télévisuelle, à savoir comment se renouveler au fil des saisons.

Le final de la cuvée précédente nous a laissé sur le cliff-hanger le plus mémorable de la série : Elena ouvrant les yeux après avoir goûté au sang de Damon. Ce retournement de situation est d'autant plus marquant qu'il promettait un virage inattendu. Depuis le début, la dynamique de la série tourne autour du triangle amoureux formé par Elena et les deux frères vampires, Damon et Stefan. Nous avions donc un vrai couple, Elena et Stefan (aux faux airs de Edward et Bella), mis à mal par une rivalité entre les deux frères, Stefan et Damon, qui s'affichent comme les deux facettes d'une même pièce : l'un est torturé par sa nature vampirique, l'autre (interprété par Ian Somerhalder qui cabotine comme un beau diable) est, au contraire, enjoué et ne souffrant d'aucun scrupule.

Ainsi, par ce dénouement, les scénaristes promettaient de renouveler de fond en comble la dynamique des histoires. Tout d'abord, en raison de la psychologie de Elena, naturellement bouleversée : elle qui s'affichait tantôt en alter-ego bienveillant de son arrière-grand-mère Katherina (une vampire ayant un passé en commun avec Damon et Stefan... vous suivez ?), la voilà mise au pied du mur, dotée dorénavant des mêmes instincts de son aïeul, il est légitime pour elle de se demander si elle allait lui emboîter le pas. La nouvelle nature de Elena est donc la source de toutes les attentions. Ensuite, la rivalité entre les deux frères s'en retrouve revigoré, puisqu'il est difficile pour Elena de faire la part des choses entre ses sentiments et ses liens vampiriques : en l'ayant infanté, Damon a créé un lien avec la jeune vampire qu'il peut à présent manipuler à sa guise (et faire passer ça pour de l'amour), au grand dam de Stefan.

Il est même surprenant que les scénaristes ne se contentent pas de cette tension au sein du trio pour nourrir les intrigues de cette saison. En effet, si le trio forme la principale attraction de The Vampire Diaries, il ne faut pas oublier la galerie de personnages secondaires, chacun d'entre eux ayant un fil rouge  : Bonnie, la sorcière développe ses pouvoirs, un loup-garou doit gérer sa place au sein de sa tribu,... et toutes ses intrigues se mêlent et s'entremêlent. A ceci s'ajoute de nouveaux story-arcs qui achève de rendre cette 3e saison palpitante : en parallèle à la mutation de Elena, un chasseur de vampire débarque à Mystic Fall et un nouveau professeur arrive aussi dont le savoir en sorcellerie pourrait être le salut de notre héroïne devenue vampire.

Hélas, si, sur le papier, cette 3e saison de The Vampire Diaries a tout pour exploser la zone de confort dans laquelle la série s'est installée depuis le début, à l'image, il en est tout autre. La mise en scène se contente encore d'une imagerie plan-plan baignant dans le clair-obscur et les dialogues trahissent le manque de confiance des scénaristes envers les réalisateurs : les personnages expriment leurs émotions à travers de longs tunnels de dialogue, alors qu'une contre-plongée ou une recherche de profondeur de champs aurait suffi, un défaut commun à bon nombre de productions télévisuelles où tout passe par les mots et non par l'image. Cette mise en scène peu inventive est un réel handicap pour rendre justice à la richesse des rebondissements, très intenses, de cette saison.

De plus, si cette cuvée offre un crescendo admirable lors de ses deux premiers tiers, elle s'embourbe dans sa dernière ligne droite, ceux-ci incluant un fil rouge servant de rampe de lancement pour la série dérivée, The Originals. De ce fait, les auteurs s'obligent à se pencher sur Klaus (installé à Mystic Falls depuis la saison précédente) et sa bande alors que la préoccupation de ces derniers sont en marge des événements décrits dans le show : la rupture entre l'intrigue centrée sur le départ de Klaus de Mystic Falls (et son arrivée à la Nouvelle-Orléans, futur décor de The Originals) est trop brutale dans une série à la structure feuilletonnante.

Il n'y a plus qu'à espérer une bonne remise en question des scénaristes pour la saison suivante. La redondance dans laquelle sont tombés les épisodes finaux tend à montrer qu'ils ont été pris de court par la préparation de la spin-off, les empêchant de peaufiner un cliff-hanger digne des précédents : celui de cette cuvée est dénué d'originalité.

La conclusion de

Une saison mémorable qui avait tout pour finir en apothéose, or son dernier tiers la tire vers le bas par son manque de dynamisme dans sa dernière ligne droite. Alors qu'elle réussissait à tenir la cadence et être haletante, elle s'embourbe comme si les scénaristes ne savaient plus quoi faire pour maintenir l'intérêt. Pour la première fois, (vraisemblablement occupés ailleurs) ils manquent le coche au point de nous faire craindre le pire pour la suite.

Que faut-il en retenir ?

  • Un développement des personnages intéressant
  • Une psychologie plus présente
     

Que faut-il oublier ?

  • Une mise en scène plan-plan handicapante ;
  • Trop de personnages à gérér
  • Une fin de saison redondante

Acheter The Vampire Diaries en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Vampire Diaries sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Journal d'un Vampire

En savoir plus sur l'oeuvre Journal d'un Vampire