75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : L'enfance d'un monstre #1 [2011], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le dimanche 2 juin 2013 à 17h43

Du sang dans les gondoles

L’Ordre des dragons est une société secrète réunissant des grandes personnalités de l’ère victorienne et ayant pour quête ultime l’élimination du comte Dracula. Un jour, ils reçoivent la visite de Letizia, la nièce de sir Arthur Conan Doyle, qui leur apprend que le maître des vampires s’est installé à Venise. Le temps de prévenir Bram Stoker et Van Helsing, qui se sont rendus à Vienne pour rencontrer le docteur Freud, et voilà le célèbre chasseur de vampires rendu dans la cité des doges. Dans le même temps, le romancier et lady Darmanson visite l’Anatolie de l’ouest, explorant le passé de Vlad Dracul.

Scénarisé par le père des Stryges, Dracula, l’Ordre des dragons est un triptyque fantastique narrant le combat d’une élite humaine contre Dracula et son engeance. C’est un spin-off de la série L'Ordre des dragons, de Jean-Luc Istin et Denis Rodier. Dans ce premier tome, intitulé L’enfance d’un monstre, Eric Corbeyran, via des flashback et des visions médiumniques, se penche à nous dévoiler les premières années de la vie de Vlad Dracul, des années de captivité auprès du sultan Murad II qui lui ont privé de toute humanité. Il nous présente également quelques membres de l’Ordre des dragons, un ordre dont la composition colle parfaitement à la collection Soleil 1800 puisque mêlant des personnages de fiction et des personnalités de l’époque, qui sont parfois leurs créateurs (comme Bram Stoker et van Helsing). Enfin, l’aspect original du récit réside dans l’origine du Seigneur des Ténèbres, puisque Corbeyran remplace l’habituelle malédiction par les conséquences d’un contact avec une race inconnue venue des tréfonds de la Terre. Le tout forme une intrigue bien ficelée, assez intrigante et, bien qu’il s’agisse ici d’une partie de mise en situation, assez riche en révélations et en moments forts.

Au dessin, Serge Fino (Les ailes du phaeton) nous offre le fruit d’un travail appliqué, sans réel défaut, mais manquant un peu de force et de personnalité. Son style très classique, tout comme son goût pour les scènes d’exposition posées, facilite certes la lecture mais prive le flux narratif du punch nécessaire à tout bonne bande dessinée horrifique, qui, ici, se déroule sur un rythme un peu trop flon-flon. Heureusement, parfois, il oublie d’être sage et s’amuse à nous offrir quelques planches bien gore, comme celle ou lady Darmanson a la vision des terribles exactions des créatures souterraines.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : L'enfance d'un monstre #1 [2011]

Nicolas L.
70

Ce premier tome de Dracula, l’Ordre des dragons se pose comme un album de mise en situation de lecture assez agréable. On devine une intrigue à bon potentiel, avec une brochette de personnages intéressants, et on attend d’en savoir plus sur ces étranges créatures pour juger du travail de Corbeyran. Au dessin, Serge Fino se consacre à l’essentiel, illustrer au mieux le récit, sans toutefois forcer son talent dans ses limites.

Que faut-il en retenir ?

  • Une intrigue accrocheuse
  • Des personnages intéressants
  • L’origine de Dracula

Que faut-il oublier ?

  • Un album de mise en situation

Acheter la Bande Dessinée L'enfance d'un monstre en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'enfance d'un monstre sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Dracula, l'ordre des dragons