75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : War of the Dead [2012], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 19 décembre 2012 à 18h57

Expérience interdite

Force est de dire que, dans le domaine du film de genre, les pays scandinaves ont actuellement le vent en poupe. Tant et si bien que, dans l’esprit des amateurs, leurs créations cinématographiques remplacent progressivement celles des cinémas britanniques et espagnols, en légère perte d’influence depuis ces deux dernières années. Ainsi, la Suède, la Norvège, surtout, présentent chaque année une poignée de films d’horreur bien sympathiques, et si la Finlande ne sont montre pas aussi prolixe, elle parvient assez régulièrement à accoucher d’une oeuvre méritant l’intérêt, comme ce War of the Dead (co-production « américano-finno-lithuano-italienne »), oeuvre qui respire des influences slaves et nordiques, composantes culturelles de ce pays fascinant.

War of the Dead se déroule pendant l’une des périodes les plus surprenantes de la seconde guerre mondiale, au moment où l’Union Soviétique est l’alliée du Troisième Reich. Prudent, désireux de créer une zone tampon entre son «ami» (Hitler à des vues sur la Norvège et la Suède compte nombre de sympathisants nazis) et ses frontières du Nord, Staline lance ses forces sur la Finlande. Et se casse les dents. Exploitant au mieux le terrain, les troupes finnoises font mieux que résister à la puissante armée rouge. Et cette guerre qui se devait être «éclair" s’enlise dans les gigantesques forêts enneigées du pays des mille lacs.

Le scénario place l’action sur ce long front russo-finlandais. Un contingent finnois, auquel est adjoint un petit groupe «conseillers militaires» américains se voit confier par son état major la mission d’attaquer et neutraliser un bunker russe qui contrôle l’accès à la région. Ce qu’il ne savent pas, c’est que les soviétiques ont perdu le contrôle desdites installations, leurs alliés nazis y ayant mené quelques expériences impies... qui ont entraîné la prolifération d’une engeance zombiesque boostée à la testostérone!

Un premier contact entre les troupes russes et le petit corps expéditionnaire se produit dans un bois. Soumis à un feu nourri, les alliés perdent plus de la moitié de leurs effectifs et, en conséquence, ils décident de se retirer. C’est alors que, la nuit tombée, les soldats tombés sous le feu se relèvent et assaillent les survivants qui, subissant de lourdes pertes, trouvent refuge dans un village déserté par la population. Après avoir fait connaissance avec un soldat russe qui les informe de la situation, ils décident de trouver une radio pour solliciter des secours. Seul problème, l’unique poste de transmission disponible se trouve dans le bunker, occupé par des hordes de zombies et des militaires russes apeurés...

A la lecture de ce bref résumé, nombre d’entre vous ne vont pas manquer de penser «encore un film de zombies nazis!» Oui, même moi, pourtant friand de ce genre de cinéma, je n’ai pu m’empêcher, à la vision des premières minutes du métrage (qui montre des scientifiques et un officier nazis mener quelques expériences sur un cobaye humain) de grincer un peu des dents. Heureusement, rapidement, l’oeuvre va exposer quelques éléments rassurants. Non pas que War of the Dead soit un film très original, mais force est de dire qu’il exploite le genre sous un angle un peu différent, notamment dans la façon d’appréhender ses «übersoldat»,  plus proches des enragés de 28 jours plus tard que des habituels zombies nazis, comme ceux vus dernièrement dans les Outpost.

De plus, le spectacle est loin d’être mauvais. Malgré un budget très modeste (environ 1 million d’euros), War of the Dead convainc dans la reconstitution des affrontements, vraiment bien réalisés. Lors de ces scènes, on visionne un vrai film de guerre, moderne, violent et réaliste. Ensuite, exploitant avec brio une photographie crépusculaire et un environnement sauvage, le réalisateur finlandais Marko Mäkilaakso parvient à instaurer une efficace atmosphère anxiogène, aux fragrances gothiques. D’ailleurs, l’exploitation des brumes et du hors cadre n’est pas sans rappeler certains classiques de la Hammer. Ainsi, durant la première heure, on assiste à un exercice de style assez intéressant - la bascule métronomique entre film de guerre et film d’horreur - et plutôt bien foutu. Puis, dans la dernière demi-heure, le cinéaste nous invite à suivre les héros dans le bunker, pour un huis clos horrifique hargneux et viscéral.

Pourtant, malgré toutes ces qualités, War of the Dead peine à passionner. La faute, peut-être, à un récit manquant de moments forts, de scènes frappant les esprits, que cela soit par ses aspects graphiques (peu de gore), des rebondissements scénaristiques (sans aller jusqu’à parler de twist), voire de quelques prouesses techniques dans la réalisation (bien faite mais pas novatrice pour un sou). On peut également regretter que Mäkilaakso n’ait pas plus exploité la nature maléfique de l’officier SS, qui possède pourtant un sacré potentiel antipathique. Un constat qui nous entraîne à penser qu’il manque vraiment un méchant d’envergure à ce film, l’officier finlandais transformé en mort-vivant ne parvenant que faiblement à remplir cette fonction (il est aussi con vivant que mort-vivant).  D’ailleurs, à bien y réfléchir, on réalise que War of the Dead peine par une grande superficialité dans le traitement des personnages (comme le pourtant intéressant duo de correspondants de guerre, formé par un père et son fils). Dommage, car le casting ne démérite jamais, avec des comédiens plutôt crédibles dans leurs rôles respectifs.

La conclusion de à propos du Film : War of the Dead [2012]

Nicolas L.
60

Film intéressant que ce War of the Dead! Un environnement sonore et visuel efficace, couplé à une réalisation appliquée; des aspects qui font du film de Mäkilaakso un spectacle tout à fait honorable. Dommage, toutefois, que ce film d’horreur faute par les absences de scènes anthologiques et d’un véritable climax. Au final, si ce zombie movie n’ennuie jamais, il n’est pas de ces oeuvres qui s’impriment dans les mémoires.

Que faut-il en retenir ?

  • Une atmosphère lugubre bien entretenue
  • Une réalisation appliquée
  • Bon niveau d’interprétation

Que faut-il oublier ?

  • Pas de moments mémorables
  • Encore un film de zombies nazis
  • Manque un véritable méchant

Acheter le Film (non sorti en salles françaises) War of the Dead en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de War of the Dead sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+