75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film d'animation : Les Mondes de Ralph
Les Mondes de Ralph >

Critique du Film d'animation : Les Mondes de Ralph

Avis critique rédigé par Vincent L. le lundi 10 décembre 2012 à 0854

Un potentiel faiblement exploité

Après avoir fait exploser le box-office avec leur honnête adaptation de Raiponce, les studios Disney avaient fait l'impasse sur l'année 2011 en ne sortant aucun long-métrage de fin d'année, laissant Dreamworks (Le Chat Potté), Warner Bros (Happy Feet 2), 20th century Fox (Alvin et les Chipmunks 3) et Aardman (Mission : Noël) se partager les parts de ce juteux gâteau qu'est le film familial de noël. Mais cette trêve n'allait pas durer éternellement, et ce mastodonte du spectacle famiial qu'est Disney n'allait certainement pas laisser ses concurrents mener la belle vie sans lui très longtemps. Il revient ainsi en ce noël 2012 - à peine quelques semaines après son Frankenweenie - avec Les mondes de Ralph, véritable rouleau-compresseur s'apprétant à écraser sur son passage l'ensemble de ses concurrents, et notamment Les Cinq Légendes de Dreamworks.

Il faut en effet bien avouer que là où Les Cinq Légendes fait franchement figure d'outsider (pitch peu passionnant, bande-annonce pas très originale), Les mondes de Ralph a su se faire précéder d'une campagne de communication le rendant totalement incontournable. Se déroulant dans l'univers des jeux vidéo, il a ainsi eu l'intelligence d'aller acheter aux grands éditeurs de jeux les licences d'exploitations permettant de faire apparaître à peu près tous les personnages mythiques des plus gros succès vidéoludiques de ces trentes dernières années, toutes époques et toutes plateformes confondues (à bien y réfléchir, seuls Mario et Link manquent véritablement à l'appel). Alors bien sur, pour les geeks que nous sommes, voir Bowser, Ryu, Pacman, Sonic, Qbert ainsi que de très nombreux autres être réunis au sein d'un même film rendait le projet particulièrement alléchant.

C'était bien sur oublier que chez Disney, il n'y a pas tant de velléités artistiques que de projets commercialement profitables. Les mondes de Ralph n'est ainsi absolument pas le film à destination des gamers tant vendu par la campagne promotionnelle. Bien au contraire, Les mondes de Ralph est un Disney de noël comme il en sort très régulièrement depuis plusieurs décennies, à savoir un spectacle calibré bénéficiant de tout le savoir-faire des studios pour plaire aux petits et aux grands en ces périodes de fête. Mais avec l'adjonction de ces caméos et de ces références diverses et variées, c'est un nouveau public qui va être ciblé : les "moyens". Ni grands (au sens "parents"), ni "petits" (au sens "enfants"), mais malgré tout très intéressés pour aller voir cette réunion d'icônes vidéoludiques inédite dans ce qui s'annonçait clairement comme un Toy Story du jeu vidéo.

On retrouve en effet dans Les mondes de Ralph toutes les bases de Toy Story, mais ce dernier ne parvient à retrouver tout ce qui faisait la saveur du chef d'oeuvre de Pixar. Il faut bien avouer que scénaristiquement, le film est particulièrement faible. Ainsi, passé une première demi-heure réjouissante présentant la face cachée d'une salle d'arcade (réunion des méchants anonymes, personnages allant boire une bière ensemble, etc.), le film s'enferme dans un seul et unique monde dont il ne ressortira pratiquement jamais. La suite n'est qu'un Disney comme il en existe tant d'autres, n'exploitant pour ainsi dire plus du tout le pitch de départ et les univers vidéoludiques, ne proposant plus que des péripéties comme on en a déjà beaucoup vu, et, surtout, jouant sur des enjeux dramatiques excessivement manichéens qui retirent au film toute second degré de lecture (ce qui, rappelons le, à fait le succès des premiers films de Pixar).

La principale raison de cette déception tient simplement dans le fait que Disney a tenté de manger à tous les rateliers, et a cherché à ne se couper d'aucun public. A l'image du monde de Sugarland, dans lequel se passe plus des deux tiers des Mondes de Ralph, le film ne s'adresse au final pas tant aux gamers et aux amateurs de jeux vidéos qu'aux enfants les plus jeunes, qui, s'ils ne peuvent pas comprendre l'intérêt des divers clins d'oeil, apprécieront sans nul doute ce monde rose, sucré, et finalement très girly. Le tout est d'autant plus flagrant que le personnage de Ralph n'est ni très intéressant, ni très charismatique ; se faisant voler la vedette par une galerie de second rôles plus réussis (de Vanellope à Felix Fix en passant par le sergent Calhoun), il ne parvient pas réellement à porter tous les (maigres) enjeux de l'histoire sur ses épaules.

Ceci dit, Les mondes de Ralph n'en demeure pas moins un film globalement divertissant. On sent tout le professionnalisme des équipes de Disney, qui savent définitivement créer des longs-métrages a minima distrayant. La mise en scène est rythmée, les péripéties nombreuses, l'animation correcte (sans pour autant être exceptionnelle) et les touches d'humour, sans être mémorables (ni forcément très nombreuses), sont suffisamment bien distillées pour donner au long-métrage un côté bien sympathique. Ainsi, si Les mondes de Ralph aurait aisément pu être bien plus que ça, et si son manque flagrant d'ambition en fait au final un Disney très mineur, il n'en demeure pas moins un spectacle correct, apte à réunir la famille devant un écran de cinéma en ces périodes de fêtes. L'objectif premier du film en l'occurence...

La conclusion de

Si Les mondes de Ralph duplique l'histoire et les thématiques de Toy Story, il ne le fait que très médiocrement, à la manière d'un mauvais copieur qui n'aurait pas réellement compris tout ce qui pouvait faire l'originalité et l'intelligence de son modèle. Doté d'enjeux excessivement manichéens et d'une structure scénaristique alignant des péripéties toutes plus prévisibles les unes que les autres, le film est donc un produit calibré pour un être le parfait petit film familial de noël, certes plutôt distrayant, mais jamais plus que ça. D'où, au final, une véritable déception, car le long-métrage possédait un potentiel nettement plus riche et plus intelligent, et aurait mérité un traitement clairement plus ambitieux...

Que faut-il en retenir ?

  • Un film globalment divertissant,
  • Une mise en scène rythmée,
  • Premier tiers inventif,
  • Un humour bon enfant,
  • Beaucoup de clins d'oeil et de caméos.

Que faut-il oublier ?

  • Un héros bien peu charismatique,
  • Scénaristiquement très faible,
  • Des enjeux extrêmement manichéens,
  • Un potentiel mal exploité.

Acheter Les Mondes de Ralph en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Mondes de Ralph sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+