75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Nosferatu - Si Vis Pacem
Nosferatu - Si Vis Pacem >

Critique de la Bande Dessinée : Nosferatu - Si Vis Pacem

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 7 septembre 2012 à 1828

Résurrection

A la lisière d’un bidonville de Bombay, dans une crypte abandonnée, Nosferatu, le père de tous les vampires, revient à la vie. Son incroyable charisme, qui tient du plus pur mesmérisme, l’amène rapidement à un statut factice de faiseurs de miracles, de nouveau messie, auprès de la misérable communauté indienne. Cette soudaine résurrection n’est pas sans éveiller l’attention des archontes vampires et de leur leader, Vladek, qui voient en cette résurrection une menace pour le bon fonctionnement de leur organisation, ainsi que la curiosité d’une fraternité de chasseurs de vampire qui voit là une belle opportunité de régler définitivement son compte à cette engeance démoniaque...

Ecrit par le très talentueux Olivier Péru, ce premier tome de Nosferatu, baptisé Si Vis Pacem (si tu veux la paix… on devine le titre du deuxième opus), nous entraine dans une histoire d’aventure horrifique dont le climat n’est pas sans nous faire penser à l’excellente série de romans Nécroscope, avec son mélange de thriller, de récit d’espionnage et d’actionner. Dans cette histoire, OIivier Peru, par le biais de nombreux flashbacks, nous ramène aux origines des vampires, et, avec une belle aisance, nous conte la relation aussi forte que douloureuse entre Nosferatu et Vladek, l’ancien maître de sang et l’ancien disciple, tout en parvenant à enrichir le récit avec la présence d’un  troisième personnage, Erick, un chasseur au tempérament impulsif. Une histoire emplie de violence et de sexe, non avare en passages très durs, mais dont l’élément principal, bien au-delà de l’immortalité et de la soif de pouvoir, est le combat pour l’amour une femme.

Au crayon, l’italien Stefano Martino nous offre un travail admirable d’efficacité. Avec un style réaliste marqué par un fort contraste et l’entretien d’une atmosphère lugubre et viscérale (les vampires de Nosferatu sont des créatures aussi impulsives qu’impitoyables) , il parvient à magnifier le scénario d’Olivier Peru. Collant avec précision au mythe du vampire moderne, il n’hésite pas à faire dans le gore avec la présence de quelques planches à la violence graphique marquée. Il n’en oublie pas pour autant le flux narratif, qui reste très fluide, malgré la présence de nombreux flashbacks.

La conclusion de

Excellente entrée en matière que ce si vis pacem ! A la lecture de ce premier opus, au scénario adulte aussi bien ficelé qu’assez original, excellemment mis en image par Stephano Martino, l’on imagine une suite riche en passages mouvementés. Des personnages forts, une excellente ambiance mêlant suspense et horreur, des dessins très réussis... Bref, de l’excellent travail !

Que faut-il en retenir ?

  • Un scénario accrocheur
  • Des personnages forts
  • Un récit viscéral
  • Des dessins très efficaces

Que faut-il oublier ?

  • Encore une histoire de vampires ?

Acheter Nosferatu - Si Vis Pacem en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Nosferatu - Si Vis Pacem sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Nosferatu

En savoir plus sur l'oeuvre Nosferatu