75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Roxelane
Roxelane >

Critique de la Bande Dessinée : Roxelane

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 2 mars 2012 à 1358

Le règne des femmes

Alexandra, une magnifique jeune femme rousse, vit une existence paisible auprès de sa famille, en Galicie, près de la frontière russe.  Après que son village ait été la cible d’un raid tatar, la jolie slave est  vendue comme esclave au grand vizir Ibrahim Pacha, alors en quête de nouvelles beautés pour garnir le harem de son sultan, Soliman le magnifique. Durant le trajet qui va mener Alexandra à Istanbul, elle va trouver une amie, et une rivale, en Setkem, une belle nubienne qui a pour ambition de devenir la favorite du sultan…

Roxelane (de son vrai nom, Anastasia, ou Alexandra, Lisowska) , née en l’an 1500, originaire de Galicie et fille d’un prêtre orthodoxe, fut l’une des femmes les plus influentes de son siècle après sa conversion à l’Islam et son mariage avec Soliman le magnifique.  Habile politicienne, fine séductrice, elle participa grandement à la vie politique de sa nouvelle patrie et conseilla son époux avec pertinence. Des qualités qui ne l’empêchèrent pas d’intriguer pour garder à tout prix les faveurs du sultan. On la soupçonne ainsi d’avoir fait assassiner Hibrahim Pacha, grand vizir et ami très proche de Soliman, qui selon l’entourage du sultan, faisait un peu trop d’ombre à Roxelane. Roxelane, une femme d’exception dans un univers d’hommes, qui transforma le harem en véritable antichambre du pouvoir.

Le scénariste Thomas Mosdi s’est inspiré de cette extraordinaire histoire pour construire le scénario de ce tome deux de la série Succubes. Une incroyable destinée qu’il lie étroitement avec l’élément central de la série, à savoir l’ordre des filles de Lilith. Dans ce récit, le scénariste nous dresse également un portrait de la société turc du 16ème siècle et de la condition des femmes. Le tout est bien entendu très fantasmé, on reste dans le domaine de la fiction un brin racoleuse (sexe et sang), mais l’intrigue est plutôt bien ficelée.  En fait, si l’on devait reprocher quelque chose à Roxelane, c’est l’implication de l’ordre des filles de Lilith. Contrairement à Camilla (premier tome de la série) qui fait de cet ordre féminin l’élément indispensable au déroulement de l’intrigue, on a ici la forte impression qu’il a simplement été collé, et que le supprimer n’aurait pas de grandes influences sur le récit.

AU dessin, l’italien Adriano De Vincentiis remplace Laurent Paturaud, qui avait fait de l’excellent travail sur Camilla. Connu pour sa très hot série Sophia, qui met en scène une héroïne à la plastique rappelant les créations de Milo Manara, ce spécialiste génial de la BD adulte impose ici un style plus charnel, moins en douceur que ceux de Paturaud. Ainsi, sans toutefois céder à un érotisme trop démonstratif, ce tome est sexuellement plus marqué, avec un grand nombre de plans de nus et quelques cases aux contenus très subjectifs (une aspect cru appuyé par les couleurs vives de Marta Martinez). Passé ce constat, force est de reconnaitre que le résultat est souvent très séduisant, avec des filles aux plastiques magnifiques (Roxelanne est aussi belle que sensuelle) et des dessins très riches en détails, notamment dans la représentation de beaux visages masculins et féminins très expressifs, et dans des décors « mille et une nuits » très travaillés. Du bon boulot, donc, avec juste quelques cases affichant une qualité moindre (quelques plans larges en plongée sur des personnages aux proportions un peu bizarre).

La conclusion de

Si l’intrigue de Roxelane est moins intéressante – toute en restant bien ficelée - que celle du tome précédent, la lecture de l’album reste très agréable. Thomas Mosdi nous propose ici une aventure (inspirée d’un fait historique) divertissante dans un univers aux ambiances « mille et une nuits » pour adultes. Le scénariste est bien aidé par le trait charnel d’Adriano de Vincentiis qui est peut-être actuellement le dessinateur le plus génial pour magnifier l’anatomie féminine. Un artiste qui ne s’arrête pas à cette qualité, comme le prouve cet album, riche de superbes décors.

Que faut-il en retenir ?

  • Une intrigue bien ficelée
  • Un récit divertissant
  • Les superbes dessins d’Adriano de Vincentiis

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario moins intéressant que celui de Camilla

Acheter Roxelane en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Roxelane sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Succubes

En savoir plus sur l'oeuvre Succubes