75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Castlevania : Lords of Shadow
Castlevania : Lords of Shadow >

Critique du Jeu Vidéo : Castlevania : Lords of Shadow

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 4 octobre 2011 à 0952

Retour éclatant pour la franchise...

Si les premiers opus de Castlevania ont très rapidement permis à la saga de se faire une solide réputation dans le monde du jeu vidéo, la franchise n'a, par la suite, pas su s'adapter aux nouveaux matériels pour parvenir à proposer des jeux d'une qualité aussi remarquable. Ainsi, au fil du temps et des consoles, seuls les titres en 2D réussirent à contenter les fans (à l'instar de Circle of the Moon sur GameBoy Advance, qui réussit à relancer la saga avec une série de jeu utilisant les mêmes principes, comme Harmony Of Dissonance ou Aria Of Sorrow), alors que les jeux s'essayaient à des portages 3D aboutissaient à des titres au mieux peu convaincants (Curse of Darkness), au pire absolument misérables (Castlevania 64). L'annonce de l'arrivée d'un nouveau jeu Castlevania sur console next-gen ne déchaîna logiquement pas les passions tant les fans, passablement refroidis, n'attendaient plus rien d'une franchise devenue, avec le temps, moribonde.

De prime abord, les choses s'annonçaient d'ailleurs assez mal, Konami ayant annoncé qu'il ne developperait pas lui même le jeu et que cette tache serait confié à Mercury Steam, responsable d'un Jericho bien peu convaincant. Pourtant, les premiers visuels alléchants, l'annonce d'un casting vocal luxueux (Robert Carlyle, Patrick Stewart, Natascha McElhone, Jason Isaacs) et la démo posant les bases du gameplay de ce nouveau titre ont eu tôt fait de raviver les espoirs les plus fous. Et si ce Lords of shadow était le Castlevania de la renaissance ? Au final, le moins que l'on puisse dire, c'est que la qualité est au rendez-vous et que ce titre est remarquable à plusieurs point de vue. Lords of shadow marque ainsi la franchise d'une pierre blanche : d'une part, il réussit à proposer une aventure 3D convaincante, d'autre part, il réinvente la saga sans jamais la trahir.

Les premières minutes de Lords of shadow donnent le ton : ce nouvel opus mange ouvertement à tous les rateliers, et a été piquer à droite et à gauche tout ce qui fonctionne chez la concurrence. Le plagiat aurait pu être dommageable, et le jeu aurait pu souffrir de la comparaison avec des prédecesseurs prestigieux (God Of War, Onimusha, Shadow of the Colossus, entre de nombreux autres), mais force est de constater que les développeurs de chez Mercury Steam ont su dupliquer très efficacement ces éléments. Le revers de la médaille, c'est que la franchise y perd en identité (le jeu se serait appelé différemment, on n'aurait cité Castlevania que comme une référence), mais à côté de ça, le titre s'avère être d'une efficacité monstrueuse, doté d'une réalisation aux petits oignons et d'un level design impeccablement conçu. Lords of shadow est ainsi sacrément classe, et l'on prend un plaisir non dissimulé à aller se friter contre des monstres de tout acabit.

De plus, Lords of shadow bénéficie d'une esthétique absolument superbe. Des cinématiques (si l'on excepte les proportions démesurées du héros) aux décors, en passant par les animations du personnage principal, le jeu est doté de qualités visuelles remarquables ; la réussite est également de mise au niveau sonore, le titre possédant une bande-originale somptueuse qui rythme à merveille l'avancée de l'aventure. Dommage, cependant, que cela se fasse au détriment d'un véritable aboutissement technique. Ainsi, si les environnements semblent être vastes, ils sont malheureusement limités par des murs invisibles q,ui empêcheront le joueur de les explorer à volonté ; on pestera ainsi contre les développeurs qui n'ont même pas pris la peine de les cacher derrières des obstacles, et qui font que l'on ne peut jamais sortir de la route pré-établie. Ainsi, si Lords of shadow a toutes les allures d'un action-rpg, il s'avère finalement être un jeu de plateforme en 2,5D.

Niveau gameplay, là encore, Lords of shadow est irréprochable. Ainsi, si le début annonce un fonctionnement ultra classique (un bouton saut, un bouton attaque verticale, un bouton attaque de zone, un bouton arme secondaire), le jeu développe petit à petit nombre de subtilités qui vont lui apporter une plus grand profondeur. Ainsi, il faudra progressivement jongler entre parade, esquive et utilisation des magies ; la cerise sur le gateau, c'est que Lords of shadow récompense les bons joueurs, c'est à dire que ceux qui se battront sans se faire toucher, et qui auront le droit à plus d'orbes pour régénérer leurs jauges de magie. Le tout est très instinctif, et même le joueur occasionnel n'aura aucun mal à prendre en main le personnage principal. Seul petit effort à fournir, se souvenir des combos débloquées au fur et à mesure de la progression dans le jeu, mais là encore, les commandes sont simples et, finalement, on ne finit par en utiliser qu'une petite partie.

En fait, le principal défaut du jeu se trouve dans sa relative difficulté. Si Lords of shadow propose trois niveaux de difficulté (plus un quatrième à débloquer), et s'il est possible de passer de l'un à l'autre en cours de partie, on s'aperçoit très vite que le titre fonctionne sur une progression par l'échec. Ainsi, si Lords of shadow n'est pas en soit difficile, il demandera tout de même à ce que l'on refasse les niveaux, soit pour ne pas se faire avoir par certains pièges, soit pour connaître le bon enchainement de coups pour anéantir de nombreux boss. Encore plus rageant, nombre de game over sont liés à une gestion très médiocre de la caméra ; le jeu fonctionne ainsi avec des caméras fixes, et les angles choisis par les programmeurs ne sont pas toujours judicieux. Pourtant, malgré ces deux défauts d'ordinaire rédhibitoires, Lords of shadow tient la route, et l'on suit malgré tout avec bonheur les pérégrinations du héros tout au long de la vingtaine d'heures que dure le jeu.

La conclusion de

Loin des cuisants échecs qu'à pu connaître la franchise dans ses précédentes adaptations en 3D, Lords of shadow permet enfin à Castlevania de réussir son portage sur console next-gen. Certes le scénario n'est pas d'une originalité folle, et le jeu souffre de défauts techniques qui tendent à amoindrir sa qualité générale, mais malgré cela, le tout s'avère être d'une qualité plus que plaisante, notamment grâce à des qualités esthétiques indéniables et une réalisation impeccable.

Que faut-il en retenir ?

  • Level-design impeccable,
  • Environnements magnifiques,
  • Gameplay aux petits oignons,
  • Durée de vie correcte,
  • Jeu efficacement rythmé,
  • Bande son remarquable.

Que faut-il oublier ?

  • Progression par l'échec,
  • Angles de caméra pas toujours judicieux,
  • Beaucoup de murs invisibles,
  • Pas franchement original.

Acheter Castlevania : Lords of Shadow en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Castlevania : Lords of Shadow sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Castlevania

En savoir plus sur l'oeuvre Castlevania