75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Porte, monstre, trésor
Porte, monstre, trésor >

Critique de la Bande Dessinée : Porte, monstre, trésor

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 5 février 2011 à 1243

Tour de rôle

La jeune Kyla, une apprentie-sorcière, vient d’acquérir une tour magique aux propriétés magiques. A peine installée dans ses meubles, en compagnie de son ami Zev, elle est importunée par une succession de visites inopportunes ; des aventuriers en quête de trésors bien entendu, mais aussi un inspecteur des Eaux et Forêts et, pis encore, sa mère, une puissance et séduisante sorcière !

En nous invitant à suivre les aventures de Kyla, le scénariste Xavier Pénin (dit ZAZ) et le dessinateur Fabien Dalmasso (dit LE FAB) nous proposent de découvrir ce que l’on pourrait définir comme étant l’envers du décor du donjon de Naheulbeuk. En effet, dans cette série d’albums, les personnages principaux sont dans les faits les « méchants » de l’univers créé par John Lang. Ainsi, parmi les fréquentations de Kyla, les habitués pourront reconnaitre le célèbre Zangdar et faire la connaissance du sorcier Saroumale.

Le scénario fonctionne assez bien. On y découvre Kyla,  une jeune femme dont l’émancipation est contrariée par le charisme d’une mère aussi belle qu’autoritaire.  Le ton est très léger, l’humour parodique, construit à base de références rôlistes et littéraires, use de la même alchimie que Naheulbeuk, ce qui rend ces personnages « mauvais » très sympathiques. Le récit, qui enchaine sans temps mort running gag, jeux de mots débiles et situations absurdes, est très classique et gentillet mais ne manque assurément pas de charme.  Au final, on sourit beaucoup à lecture de ce premier album.

Pour ce qui est des dessins, force est d’admettre que, techniquement, c’est très moyen.  On se trouve devant une sorte de rendu franco-belge premier jet, avec des influences mangas, aux décors assez vides et au trait peu rigoureux (notamment dans les proportions des personnages). Toutefois, le rendu visuel n’en est pas pour autant désagréable car il colle bien à la légèreté du récit. Cela donne juste une impression de travail peu appliqué. Un petit effort devrait être fait dans ce registre, d’autant plus que Le Fab nous prouve, via quelques petites fulgurances graphiques, qu’il est capable de nettement mieux faire.

La conclusion de

Plutôt amusant ce premier album des aventures de Kyla. Zaz et Le Fab, en nous invitant à découvrir « l’autre coté » des terres de Fangh, nous offre un album qui n’a rien d’exceptionnel (notamment dans la qualité du trait) mais qui reste divertissant, principalement grâce à son humour parodique, gentillet mais efficace.

Que faut-il en retenir ?

  • Un récit divertissant
  • L’univers de Naheulbeuk, bien utilisé
  • Un humour qui fonctionne

Que faut-il oublier ?

  • Une construction parodique classique
  • Un trait perfectible

Acheter Porte, monstre, trésor en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Porte, monstre, trésor sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La tour de Kyla

En savoir plus sur l'oeuvre La tour de Kyla