75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
La quête sans nom >

Critique de la Bande Dessinée : La quête sans nom

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 1 décembre 2010 à 18:50

Des débuts d'aventure un peu poussifs

Reflets  d'acide est un feuilleton audio en mp3 dont le concept repose sur la parodie de parties de jeux de rôle. Créé par JBX, son principe est très similaire à celui du célèbre Donjon de Naheulbeuk, avec son équipe de branquignols répondants à des classes de personnages tirées des univers dérivés de Donjons & Dragons. La principale différence entre les deux feuilletons est l'omniprésence dans Reflets d'acide d'un narrateur qui interagit avec les personnages, comme le ferait un meneur de jeu avec ses joueurs.

Plutôt sympathique, ce feuilleton mp3 (dont le quinzième épisode est en cours de mixage) a fini par intéresser LE FAB et les éditions Clair de Lune. Force est d'avouer que l'on n'est pas très étonné, Le Fab étant déjà impliqué dans les séries Waow et Paladin, autres séries parodiques, éditées toutes deux par la maison d'édition chère à Pierre Leoni (déjà responsable des adaptations de Naheulbeuk et des Aventuriers du NHL2987 Survivaure).  Ainsi, avec JBX au scénario, Reflets d'acide version BD voit le jour en ce mois de novembre, pour un premier tome intitulé La quête sans nom. Cet album reprend les deux premiers épisodes du feuilleton, ainsi que le début du troisième. Le scénario comprend principalement deux parties : la construction du groupe d'aventuriers et la traversée d'une périlleuse forêt.

Initiée par Wrandall, un personnage de niveau 1, la réunion de la compagnie se fait à l'intérieur d'une taverne, comme de bien entendu. Un nain grincheux, un elfe pédant, une barbare débile et, plus rarement rencontré, un pyro-mago originaire d'un autre plan astral, composent finalement le groupe qui va accompagner le jeune héros. La présentation des personnages se fait via le narrateur, qui est représenté par un insert textuel,  faisant également office de phylactère puisque le narrateur est également l'un des acteurs de l'intrigue. Pour ce qui est de l'efficacité du procédé, force est d'admettre que si les références rôlistes sont parfaitement ressentie,  la retranscription de l'humour du feuilleton se fait dans la douleur. A dire vrai, la lecture de La quête sans nom ne m'a arraché mon premier sourire qu'à la page 38, coïncidant avec l'introduction de Trichelieu, le clerc pervers !  Là, d'un coup, les jeux de mots se font plus adultes et aussi plus percutants, quitte à égarer le jeune lectorat. Exemple:
- Le  mot orc se suffit à lui-même », dit le nain
- Comme Onan ? répond le clerc.

Ainsi, avant cette salvatrice apparition qui hausse le niveau comique du récit, ce premier opus de Reflets d'acide peinera vraiment à satisfaire le lecteur de plus de douze  ans. Certes, les références rôlistes sont bien là (on y trouve aussi quelques termes appartenant à l'univers des MMORPG, comme le qualificatif « tank »), les situations débiles sont pléthore et les jeux de mots omniprésents, mais comme la sauce ne prend pas (ou alors rarement),  le résultat apparait comme bien fade comparé aux classiques comme Naheulbeuk ou Krän le barbare - et, surtout, ne propose rien de nouveau. Par exemple, hilarant dans la version audio, la candidature de Gloum (caricature de Gollum, vous l'auriez deviné) dans la taverne laisse nos zygomatiques en berne alors que le matériau est bien présent. A noter que le travail de Le Fab n'est pas étranger à ce manque d'efficacité comique. En effet, le dessinateur, avec son trait obéissant à certains codes manga (parfois pour le pire, comme cet horrible cadre sur la planche 44), ne parvient pas à obtenir le rendu burlesque nécessaire. Un travail graphique pouvant par ailleurs être qualifié de moyen, du moins à peine satisfaisant dans le cadre d'une BD européenne de 48 pages vendue treize euros cinquante.

55

Après Le donjon de Naheulbeuk et Les aventuriers du NHL Survivaure, Reflets d’acide est la troisième adaptation de feuilleton mp3 éditée par Clair de Lune. Avec JBX (l’auteur dudit feuilleton) et Le Fab au dessin, ce premier tome nous introduit les personnages de l’aventure avant de nous amener dans un bois infesté d’orcs. Au final, si l’imitative est judicieuse, la manière peinera à convaincre le lectorat adulte, les auteurs ayant du mal à retranscrire avec efficacité l’humour de la version audio, à la fois par un dessin manga peu performant et par une mise en cadre manquant de punch. On peut noter cependant une nette amélioration vers la fin de l’album, avec l’arrivée du clerc Trichelieu. A suivre, donc, pour juger.

Critique de publiée le 1er décembre 2010.

Que faut-il en retenir ?

  • Beaucoup de clins d’œil et de références
  • L’idée de la retranscription graphique du narrateur
  • Une dernière partie plus convaincante Peut satisfaire le jeune lectorat
  • Une adaptation fidèle

Que faut-il oublier ?

  • Un humour qui tombe souvent à plat
  • Un travail graphique moyen

Acheter La quête sans nom en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La quête sans nom sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !