75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Evolution
Evolution >

Critique du Roman : Evolution

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 29 novembre 2010 à 1743

Mutants provinciaux


Syrine se remis à genoux, puis recula à quatre pattes, s'arrachant aux mains de son frère et de son père sans se soucier des cheveux qui restèrent entre leurs doigts. Son corps entier frémissait de la rage qui l'envahissait, oblitérant tout le reste, douleur, tristesse et honte. Les ailes noires avaient disparu de son champ de vision mais la fureur qui accompagnait généralement leur présence, comme celle imprégnant ses cauchemars, était présente.
Le désir de sang lui emplit la bouche...

Syrine est une adolescente de 16 ans en pleine transformation. Vous me direz; c'est un peu tardif pour une jeune fille, non? Oui, à la condition que la transformation se déroule dans les normes, ce qui n'est pas du tout le cas de cette fille aux origines maghrébines, fraichement débarquée en Ille-et-Vilaine avec sa famille. Car quand le corps de Syrine change, il ne se contente pas d'appuyer sa féminité par une banale accentuation de la courbure des hanches ou une notable augmentation du tour de poitrine. Non, quand Syrine devient femme, Syrine se voit pousser des ailes... dans le sens littéral du terme. Loin de s'en réjouir, Syrine se voit prise de panique, d'autant plus que sa vie n'est déjà pas rose et que cela fait un mal de chien.
Aussi, avant toute chose, elle décide de cacher ces horribles excroissances à ses parents...

Avec Evolution, Sophie Dabat nous propose le premier tome d'une série de romans jeunesse (ou jeune adulte) que l'on pourrait qualifier de "surfant sur l'air du temps". En effet, l'intrigue de ce roman brasse sans s'en cacher des éléments bit-lit et comics qui peuvent le rapprocher de ces œuvres qui cartonnent en ce moment en littérature et au cinéma, comme Twilight ou X-Men. Mais traiter Evolution comme un banal produit d'exploitation serait vraiment une injustice, tant l'œuvre possède une véritable personnalité et développe une vraie atmosphère.

Oh, bien sûr, Sophie Dabat n'évite pas les clichés du genre. Ainsi, Syrine épouse l'archétype de la jeune fille rebelle qui a du mal à communiquer avec ses parents et connait des difficultés d'intégration dans un nouvel établissement scolaire. Fille ainée d'une famille à demi-maghrébine, avec un père très croyant, elle se retrouve coincée entre le traditionalisme familial et les rudesses de sa vie extérieure, faite de rejets et de sarcasmes. Ainsi, la romancière s'attarde longuement, très longuement même, sur les déboires type "années collège", exploitant à ce moment des personnages stéréotypés (la pétasse, le sportif con et prétentieux, le copain timide) et amenant son récit dans une sorte de projection française de drama américain pour ados. Heureusement, Sophie Dabat fait preuve de modération et ne tombe jamais dans le pathos ou l'excès de sentimentalisme (qui serait d'ailleurs désamorcé par la dureté des passages décrivant les souffrances de Syrine, qui voit son corps se tordre et se déchirer sous la mutation), faisant que si l'histoire peut paraitre bien convenue aux yeux d'un lecteur adulte, sa lecture ne se fait jamais ennuyeuse.

En conséquence, si l'on peut trouver l'attitude du père peu crédible (surtout après avoir pris connaissance de la révélation située en fin d'ouvrage), s'il peut sembler improbable de voir une jeune femme réussir à cacher de telles difformités à son entourage familial et scolaire, si le comportement des "men in black" m'a paru empli de paradoxes, l'intrigue reste en permanence accrocheuse et assez intrigante, avec des personnages attachants. L'écriture de Sophie Dabat, à la fois simple et agréable, n'est bien entendu pas étrangère à ce confort de lecture, tout comme son choix d'avoir accroché son histoire à un univers palpable et réaliste, celui des adolescents français de Rennes et de Marseille. Les longues balades dans ces cités donnent d'ailleurs plus de volume à l'aspect réaliste du récit. Le ton apparait comme sincère, un aspect qui contribue à rendre Syrine et Gauthier attachants. Parfois, cependant, elle pousse cet aspect "vécu" un peu trop loin, comme quand elle s'aventure à retranscrire des extraits du blog de Syrine, dans un pénible langage SMS, qui n'apportent strictement rien à l'intrigue.

Le changement de ton s'opère avec la fin de la transformation de Syrine. A partir de ce moment, durant les cent cinquante dernières pages, les situations s'enchainent à un rythme très rapide. Tous les éléments dormants se réveillent, comme piqués au vif, tout le monde dévoile ses atouts en un tour de manche. On pénètre alors en plein dans l'univers des X-Men tant nombreux sont les personnages dévoilant des capacités surhumaines (télépathie, empathie, etc.) et tant contient d'éléments similaires à ceux des comic books de Marvel (rejet des proches, école de mutants, etc.). A coté de cela l'on reste bien dans le domaine de la littérature jeunesse avec des méchants (les MIB) un peu crétins et un groupe d'adolescents agissant parfois de manière totalement immatures et parfois de façons très réfléchis, comme quand Gauthier aide Syrine dans la salle de bains à gérer un très gros, mais alors très gros, problème (nombreux sont les adultes qui seraient partis en courant). Le texte est toujours aussi divertissant, mais si l'on reconsidère l'œuvre dans son ensemble, il apparait un déséquilibre entre la partie de mise en place, 350 pages se déroulant à un rythme très posé (gestatif?), et celle consacrée au développement, « expédiée » trois fois plus vite.

La conclusion de

Premier roman de la série Changelins, Evolution est un ouvrage jeunesse assez réussi. Sophie Dabat parvient à s'approprier des éléments bit-lit et comics bien connus pour mettre en forme une histoire dotée de personnalité et proposant un univers attrayant. Au final, si le texte n'évite pas les poncifs et présente quelques situations peu crédibles, sa lecture reste en permanence bien divertissante, même pour un lectorat adulte. Un tome d'introduction laissant entrevoir de belles possibilités. A suivre.

Que faut-il en retenir ?

  • Une intrigue divertissante
  • Un univers réaliste assez accrocheur
  • De la lecture « jeunesse » originale
  • Une plume simple et agréable
  • Des personnages attachants

Que faut-il oublier ?

  • Un récit qui n’évite pas les clichés
  • Quelques situations peu crédibles
  • Une partie « années collège » un peu longue au regard du reste
  • Une adversité un peu « crétine »

Acheter Evolution en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Evolution sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+