75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du manga : Jusqu'à ce que la mort nous sépare #11 [2010], par Lionel B.

Avis critique rédigé par Lionel B. le lundi 2 août 2010 à 10h35

Action man

Jusqu’à ce que la mort nous sépare se poursuit avec ce onzième tome dans lequel l’action est largement privilégiée au blabla inutile sans pour autant délaisser l’histoire principale.

« Tatsumi Daiba, l’un des dirigeants d’Elements Network, conclut un marché avec Mamoru : il passera l’éponge sur la désertion temporaire du samouraï si ce dernier parvient à démanteler le clan Kakuhô en deux semaines… Autant dire mission impossible ! Mais Hijikata relève le défi et se lance à la recherche de Komura.

De son côté, Haruka se voit confier la lourde charge de réfréner les débordements de son garde du corps, avec l’aide d’un nouvel allié, le mystérieux Pyro… »

Rien de bien compliqué au niveau de l’histoire dans ce nouveau volume de Jusqu’à ce que la mort nous sépare. Mamoru devra simplement éliminer tous ceux qui se mettront en travers de son chemin pour atteindre Komura. Voilà donc un scénario qui se prête parfaitement à un enchaînement de scènes d’actions. Et c’est ce qu’il y aura quasiment de la première à la dernière page de ce manga.

Au cours de ces derniers volumes, de nouveaux personnages assez charismatiques sont venus se greffer à l’histoire et cela continue ici avec l’apparition de Karito Tate, un garde du corps plutôt coriace…

Depuis quelques tomes, la petite Haruka ne s’avère pas totalement inutile et devient même une aide utile à Mamoru. Ainsi elle va le guider dans sa mission grâce à son pouvoir de préscience qu’elle maîtrise de mieux en mieux. Mais également, elle devient en quelque sorte la conscience de Mamoru, elle fait en sorte qu’il évite de tuer ses ennemis, qu’il ne devienne un véritable animal.

Jusqu’à ce que la mort nous sépare ne serait rien sans le talent de Double-S au dessin. Ce dernier parvient parfaitement à mettre les scènes d’action en images et à leur donner un certain dynamisme. Les plans sont variés, parfois complexes. Les détails sont nombreux tant au niveau des personnages que des décors. Le trait de Double-S qui s’avère fin et précis nous présente un dessin mature dans un style réaliste, loin des stéréotypes du manga classique.

La conclusion de à propos du Manga : Jusqu'à ce que la mort nous sépare #11 [2010]

Lionel B.
70

Vous aimez les mangas d’actions ? Dans ce cas Jusqu’à ce que la mort nous sépare est fait pour vous. Ce onzième volume est un concentré de combats en tout genre pour le plus grand plaisir des lecteurs. Pour ce qui est de l’histoire ? Rien de révolutionnaire ici mais il tient la route et n’est-ce pas là l’essentiel ?

Que faut-il en retenir ?

  • Impossible de s'ennuyer en lisant ce manga tant l'action est présente
  • Un dessin très réussit

Que faut-il oublier ?

  • Une histoire sans grande originalité

Acheter le Manga Jusqu'à ce que la mort nous sépare en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jusqu'à ce que la mort nous sépare sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Jusqu'à ce que la mort nous sépare