75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Victor et le Château aux 1000 miroirs
Victor et le Château aux 1000 miroirs >

Critique du Jeu de société : Victor et le Château aux 1000 miroirs

Avis critique rédigé par Benoît F. le lundi 22 mars 2010 à 1846

Réfléchissez !

Le pauvre Victor, vampire de son état, a égaré tout un tas de breloques dans sa vaste demeure aux innombrables miroirs et recoins. Charge à vous de l’aider dans ses recherches tout en évitant les pièges illusoires parsemant les couloirs de cette vieille bâtisse.

Le matériel jouit d’un esthétisme sympathique et coloré attirant inévitablement l’œil des plus jeunes d’entre nous. La partie inférieure de la boîte fait office de plateau de jeu. Celui-ci comporte de multiples rainures pouvant recevoir les quatre miroirs, les cartes Château et la carte Fenêtre. Le matériel se compose également d’un pion Victor, de gouttes de vampire en verre, de tuiles Indice et d’un dé. Une fois l’ensemble installé, les joueurs ne résisteront pas à l’envie de jeter un coup d’œil par les fenêtres qui jonchent le pourtour de la boîte.

Pour espérer l’emporter, il faudra acquérir un certain nombre de gouttes de vampire défini en fonction du nombre de joueurs. Tout d’abord, le joueur actif intervertit la carte Fenêtre avec une carte Château comportant l’un des objets que recherche le petit vampire. Puis il lance le dé et déplace le pion Victor sur un parcours dont les cases correspondent chacune à un objet. Une fois ce dernier désigné, le joueur va pouvoir déplacer de un à trois miroirs afin de retrouver l’objet en question mais attention à la gousse d’ail ! Les autres participants doivent parier sur la réussite de cette audacieuse entreprise. Enfin, on vérifie si l’image correspond à l’objet recherché. Selon le résultat, le joueur actif recevra de zéro à deux gouttes de vampire. Ceux qui auront correctement deviné percevront également leur dû.

Jouissant d’un matériel attrayant, Victor et le château des 1000 miroirs est un jeu de mémoire agrémenté d’une dose de bluff et habilement servi par un système de réflexion de miroirs. Le niveau de difficulté peut être modulé selon l’âge des participants grâce aux variantes proposées. Les parties sont rapides et dynamiques interdisant toutes traces de lassitude autour de la table. En termes de durée de vie, l’intérêt initial risque de s’amenuiser au fil des parties, le principe de réflexion devenant plus ou moins anecdotique. Cependant, Victor et le château des 1000 miroirs renouvelle de belle manière les jeux reposant sur la mémoire en proposant des mécanismes novateurs et véritablement ludiques.

La conclusion de

L’éditeur Iello ne s’est pas trompé en proposant la version française de ce jeu de Inka et Markus Brand. Le trait de crayon de Michael Menzel, star des illustrateurs du monde ludique, est un sérieux atout et piquera au vif la curiosité de nos chères têtes blondes. Cependant, Victor et le château des 1000 miroirs n’en est pas pour autant un jeu réservé au jeune public. Une famille, du lardon en culotte courte à l’arrière grand-papy, y trouvera également son compte tant le principe de réflexion des miroirs est bluffant voire intrigant.

Que faut-il en retenir ?

  • le matériel
  • un principe de réflexion peu utilisé dans le monde du jeu
  • un jeu pour tous

Que faut-il oublier ?

  • L’utilisation des miroirs perdant un peu de son intérêt au fil des parties

Acheter Victor et le Château aux 1000 miroirs en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Victor et le Château aux 1000 miroirs sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+