75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : The Hitcher
The Hitcher >

Critique du Film : The Hitcher

Avis critique rédigé par Vincent L. le lundi 2 février 2009 à 1911

Quel intérêt ?

Mais que diable a t-il pu passer dans la tête de producteurs pour avoir pensé à sortir un remake de Hitcher tel quel ? Si le film de 1988 méritait certainement un petit dépoussiérage, il semblerait que l'équipe créatrice n'ai pas réellement compris à quel niveau celui-ci pouvait se situer. En effet, le principal défaut du Hitcher de Robert Harmon ne se trouvait pas dans les coupes de cheveux has-been des protagonistes, voire dans le jeu très limité de C. Thomas Howell, mais bel et bien dans la structure même de son scénario qui, malgré un point de départ plaisant, s'avérait lacunaire sur bon nombre de choses. Ce que le remake aurait pu aisément corriger - contre-balançant de ce fait la perte d'originalité que suppose le concept même de remake - il ne s'est justement pas ennuyé à le faire, répétant quasiment à la scène près un schéma scénaristique vieux de vingt ans.

Ainsi, si l'on excepte le fait que les deux personnages principaux se trouvent dans la voiture dès le départ, Hitcher version 2007 fait un simple copié-collé de son modèle, mais sans retrouver la même superbe que Robert Harmon avait donné à son film, et sans l'incroyable prestation de Rutger Hauer qui dévorait presque littéralement la pellicule du film original. Au final, que reste t-il de The Hitcher ? Un banal thriller à peine digne d'un téléfilm de seconde partie de soirée, uniquement sauvé par l'interprétation pas si honteuse d'un Sean Bean égal à lui-même.

Si l'on se retrouve ainsi en face d'un film visiblement assis sur un budget confortable, suffisamment en tout cas pour nous en mettre plein la vue grâce à de belles cascades, on ne peut tout de même qu'être déçu par la mise en scène molle et impersonnelle de Dave Meyers. Là où le film de Robert Harmon savait en mettre plein la vue, notamment grâce à une superbe photographie, son successeur ne réitère clairement pas l'exploit, chaque plan ne faisant que rappeler inlassablement le précédent ; il en résulte que le spectateur à constamment l'impression que tout se déroule sur le même tronçon de route et que nos héros ne font que tourner en rond pendant les quatre-vingt-dix longues minutes que dure le long-métrage. Ajoutons à cela de constantes chutes de rythmes et l'on obtient un long-métrage mou-du-genou qui, malgré un sujet porteur, ne sait provoquer que l'ennui et le désintérêt.

Impossible, donc, d'éprouver une quelconque sympathie pour ces deux héros, fades et insipides au possible, dont les actions et réactions relèvent souvent de la débilité totale («tiens, et si on se séparait pour faire deux groupes de un ?», «je me sens sale, je vais prendre une douche !»). Difficile, fatalement, de comprendre pourquoi le tueur s'attache à eux et ne les explose pas rapidement comme tous les autres. Interprétés par des comédiens au charisme d'huître, les personnages de Jim et Grace ne font finalement que renforcer la sympathie que l'on finit par éprouver pour le personnage de l'autostoppeur. Sean Bean, qui succède ici à Rutger Hauer dans le rôle de John Ryder, livre d'ailleurs une prestation on ne peut plus convenable. Si Hauer est très nettement le plus effrayant de deux, Bean, de par son jeu plus intériorisé, réussit à rendre son personnage beaucoup plus crédible et beaucoup plus ancré dans la réalité.

En effet, Hitcher 2007 ne tente pas une seule seconde de dupliquer cette subtilité qu'avait le film de Robert Harmon quand il sous-entendait que Ryder n'existait pas réellement ; cet état de fait amenait ainsi le spectateur à accepter toutes les incohérences du script original, option qu'il ne possède plus ici. Les réactions du tueurs paraissent ainsi souvent illogiques et l'on a bien du mal à comprendre comment nos deux héros font pour se faire constamment retrouver par l'autostoppeur fou. Conséquence : le long-métrage s'avère être d'une banalité assez affligeante, se posant comme une énième variation du tueur poursuivant sans relache ni raison de jeunes et jolis héros.

Les scènes d'action, enfin, sont également décevantes au possible. Difficile de croire que Meyers ait raté son coup, car avec plus de budget et des techniques plus moderne, il réussit à faire moins bien qu'en 1986. Si les cascades sont matériellement réussies, leurs mises en images ne leur rend clairement pas honneur. La mythique course-poursuite avec les voitures et l'hélicoptère de police est ainsi bazardée en trois minutes, le temps de diffuser une musique pop-rock impromptue qui fait apparenter la scène à un vague clip musical. Le reste du film est à l'image de ce gachis : frustrant et sans intérêt.

La conclusion de

L'oeuvre de Robert harmon n'étant pas intrinsèquement exempte de tout défaut, il n'était pas idiot, sur le principe, de vouloir en tirer un remake. Ce dernier aurait cependant du se concentrer à travailler sur les carences de son modèle plutôt que d'en accentuer les mauvais côtés. Le résultat final n'en est que plus catastrophique, Hitcher se retrouvant dépossédé de ce qui faisait sa force pour se transformer en banal slasher routier vide de sens.

Que faut-il en retenir ?

  • Sean Bean, crédible,
  • Quelques séquences gores.

Que faut-il oublier ?

  • Scénario stupide et incohérent,
  • Interprétation fade,
  • Réalisation molassonne,
  • Aucune tension, pas de suspens.

Acheter The Hitcher en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Hitcher sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hitcher

  • Voir la critique de The Hitcher : Pouce, on revient en arrière
    40

    The Hitcher - Critique du film par David Q.

    Pouce, on revient en arrière : The Hitcher pourra contenter les amateurs de tueurs en série et de grands espaces américains qui n’auraient pas connus l’original,…

En savoir plus sur l'oeuvre Hitcher