75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : The Hitcher
The Hitcher >

Critique du Film : The Hitcher

Avis critique rédigé par David Q. le jeudi 22 mars 2007 à 1410

Pouce, on revient en arrière

"Je te l'avais dit qu'il ne faut jamais prendre d'inconnu en stop" dit Grace à Jim. Le scénario de ce remake d'Hitcher (1986) tient dans ce concept, novateur lors de la sortie de l'original mais toujours d'actualité vu les difficultés de faire de l'autostop de nos jours. Et pour cause, un certain John Ryder écume les routes à la recherche de victimes naïves qui ne suivent pas le précepte de Grace (cf plus haut). Tueur en série au motif toujours aussi mystérieux, ni fou ni psychopathe, Ryder semble être un démon de la route, sorte de métaphore incarnée des dangers qu'elle représente, tant il est difficile de cerner ses motivations et son sadisme sous ses airs de trentenaire déboussolé.

De gauche à droite : Ryder, Grace et Jim
De gauche à droite : Ryder, Grace et Jim

Un remake de ce genre de film peut se justifier s'il est remis au goût du jour et que le remake apporte quelque chose à l'original; un nouvel angle, une autre interprétation, d'autres façons de filmer... Mais ce qu'il ressort de cette nouvelle version est qu'elle n'apporte rien comparé à l'original. Sans être complètement raté, ce remake pèche par un manque de subtilité, de cohérence et d'entrain. Dès les premières minutes on repère ce manque de subtilité dans le choix du couple d'étudiants, Grace et Jim, futures victimes du Hitcher (autostoppeur en anglais).
Joli couple, non ?
Joli couple, non ?

Entre la brune bien roulée, extravertie, aussi fraiche au saut du lit qu'après une heure passée devant son miroir à se préparer, qui court pied nus en petite culotte à travers le campus pour rattraper son retard , son copain beau gosse à la barbe négligée, victime de malbouffe (dixit le pompiste quelques kilomètres plus tard), hyper gentil et attentif aux moindres désirs de Grace - il va même faire des centaines de kilomètres pour rencontrer les copines de Grace - et sa voiture, une Oldsmobile 442 modèle 1970 rutilante et rugissante, troisième personne de ce road-movie, on a embrassé tous les clichés possibles sur les étudiants américains qui passent leur temps à dépenser leurs sous au lieu de bosser. Ça continue tout au long des rencontres du film; le pompiste pecnaud et obsédé, la famille catho avec deux enfants dans un break, les flics de campagnes qui se croient dans Texas Rangers et le gentil inspecteur qui a tout compris dès le début.
Une tension parfois palpable
Une tension parfois palpable

Quant on cumule ça aux nombreuses incohérences du scénario, on a du mal à ne pas rire jaune. Une des scènes les plus risibles est celle où Ryder joue littéralement à Burnout (le jeu vidéo) sur trois voitures de police qu'il rattrape, sortant son pistolet pour éliminer les flics qui allaient tuer ses victimes avant lui. Du grand n'importe quoi gratuit alors qu'à peine dix secondes avant, la même police sortait par la fenêtre un fusil mitrailleur pour arrêter les suspects en cavale, mais contre Ryder personne ne dégaine, pas même l'hélicoptère qui a eu le temps de tout bien comprendre et qui lui aussi se fait éliminer d'une balle bien visée, directement dans la tête du pilote; ça rigole pas avec The Hitcher.
Mais d'où il sort pour nous surprendre à chaque fois ?
Mais d'où il sort pour nous surprendre à chaque fois ?

Les principales incohérences restantes concernent les nombreux tours par lesquels Ryder arrive toujours à retrouver le couple fuyard bien qu'aucune piste ne soit compréhensible, un peu à la manière du 4x4 qui leur tombe dessus brusquement à la façon des Tex Avery dont les personnages reçoivent des paquebots tombés du ciel. Non, décidément, beaucoup de choses ne vont pas dans ce remake d'Hitcher.
Ne jamais prendre d'autostoppeur la nuit quand il pleut
Ne jamais prendre d'autostoppeur la nuit quand il pleut

Et pourtant, la première rencontre avec Ryder laissant présager un bon remake. Une scène lente et angoissante qui donne le ton, une pluie diluvienne et un autostoppeur qui reste là, au milieu de la route, à attendre telle l’araignée qui a coincée un moucheron dans sa toile. Sean Bean (Boromir dans le Seigneur des Anneaux) est tout à fait crédible dans le rôle de Ryder et utilise son charisme pour apporter de la prestance à son personnage sans jamais le faire tomber dans les clichés dont sont victimes ses jeunes victimes. Les séquences d’action – essentiellement des cascades en voiture – sont plutôt bien menées et on a même droit à un début d’approche artistique avec quelques plans de jolis paysages.
C'est parfois sanglant mais jamais choquant
C'est parfois sanglant mais jamais choquant

Le film en montre d’ailleurs peut-être un peu trop avec des scènes sanglantes à souhait, là où son grand frère de l’époque ne faisait que suggérer la plupart des meurtres avec cependant bien plus d’impact (notre imagination faisant le travail). La fameuse scène du camion et de sa remorque est donc belle et bien présente, mais n’arrive pas à restituer l’ambiance vraiment angoissante de l’original. La fin du film nous mets définitivement d’accord avec le reste, une pseudo-happy end mal agencée et plus ridicule que jamais, qui m’a fait penser à Milla Jovovich dans Resident Evil, et ce n'est pas un compliment.
Il en faut beaucoup pour réussir à faire sortir Grace de ses gonds
Il en faut beaucoup pour réussir à faire sortir Grace de ses gonds

La conclusion de

The Hitcher pourra contenter les amateurs de tueurs en série et de grands espaces américains qui n’auraient pas connus l’original, mais laissera indifférent les autres qui n’auront qu’une envie, revoir l’original pour effacer toute trace de ce remake.

Que faut-il en retenir ?

  • Le charisme de Sean Bean
  • Le beau bruit de moteur de l'oldsmobile
  • Le profil de Grace ;)

Que faut-il oublier ?

  • Trop d'incohérences
  • Des clichés à la pelle
  • Une fin bidon
  • Manque de subtilité

Acheter The Hitcher en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Hitcher sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hitcher

En savoir plus sur l'oeuvre Hitcher