75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Sacrifice du Guerrier T2 >

Critique du Roman : Le Sacrifice du Guerrier T2

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 6 janvier 2009 à 15:22

Pour quelques stances de plus dans les chants des aèdes…

Le tome 2 du Sacrifice du Guerrier est la continuité du récit des aventures du Roi Solitaire, de la Reine Vierge et de Jarl, khan des khans des nomades de la Grande Aride. On reprend donc l'histoire où elle en était restée, avec toujours le même style de narration faisant entrer dans le fil du récit des flashback, cette fois-ci consacrés au (douloureux) passé de la Reine Vierge, qui devient par conséquent le personnage majeur du roman (et finalement le plus complexe). Tant mieux, aurais-je tendance à dire, tant je trouve ce personnage féminin plus intéressant que Jarl, autrement plus palot.
Ce style de narration alternée ne dure cependant qu'un temps car l'auteur Jacques Martel, brillamment inspiré, nous amène rapidement dans l'un des plus beaux récits épiques et héroïques qu'il m'ait été donné de lire depuis bien longtemps. Car, à partir du moment où ces deux entités sociales, religieuses et politiques foncièrement différentes que sont les peuples nomades et l'Empire s'alignent en lignes de bataille l'une en face de l'autre; c'est la gifle! Maître de sa prose, avec un récit martial extraordinairement bien structuré, l'auteur nous invite sur d'homériques champs de bataille construits à partir d'un témoignage - un point de vue totalement subjectif puisqu'il s'agit de celui d'un conteur y ayant joué un rôle non négligeable (la plume de l’aède se marie donc avec celle de Xenophon, César ou Thucydide).
Par ailleurs, ce qui est très intéressant dans le Sacrifice du Guerrier est que Jacques Martel ne se contente pas de nous proposer des héros charismatiques et puissants, il s'attarde aussi sur la présentation d'antagonistes extrêmement bien construits, avec des profils psychologiques très éloignées des rustres faire-valoir manichéens souvent croisés dans les oeuvres d'heroic fantasy. Conséquence de cet attention: le personnage du Conciliateur d'Airain, bras armé de l'Empereur de l'Ouest, ne se contente pas seulement de remplacer le colonel Jonas en milieu de roman, il en devient l'un des éléments les plus attractifs (qui n'en manque pas!).
A peine esquissée dans le premier tome, la magie (à la fois divine et shamanique) fait son entrée avec grand fracas dans cette suite. Cela va peut-être déplaire aux amoureux de la low fantasy pure (dans le style Trône de Fer) mais, personnellement, j'ai adoré et y ait trouvé la concrétisation d'une évolution logique des évènements. Sûr de lui, l'auteur ne fait pas dans la demi-mesure et l'on est d'ailleurs aussi surpris que les personnages du roman par l'ampleur de certains phénomènes "surnaturels" et l'apparition de créatures fantastiques. Des interventions magiques et divines qui vont finir par fusionner avec les actes guerriers et offrir au lecteur une véritable explosion épique riche en actes héroïques assez souvent vains mais glorieux. On se croirait presque au pied des murailles de Troie... Sous le regard des dieux de l'Olympe.
Comme dans les récits homériques, les Héros - et les Dieux! - ne sont pas des êtres parfaits. Ils peuvent se montrer injustes, pécher par orgueil, commettre des erreurs, et faire montre de cruauté et de brutalité pour faire pencher la balance de leur coté. Le roman est d'ailleurs très violent, avec des passages martiaux très explicites et sanglants. Les batailles sont de gigantesques bains de sang au sein desquels les Héros dressent leur imposante stature et se taillent un chemin dans des murailles d'os et de chairs à grands coups de lâmes. C'est de la poésie guerrière totalement fascinante.
Jacques Martel conclu son ouvrage par une post-face remplie d'humour où il évoque la longue gestation de son roman. Il nous explique comment il a pu créer SA légende et nous expose ses influences, qui vont des écrits classiques aux univers "rôlistes" (comme, par exemple, le monde de Glorantha conçu par Greg Stafford - l'empire de l'Amer fait d'ailleurs pensé à l'empire Lunar, lui-même inspiré de l'empire romain) et aux romans d'heroic fantasy modernes, en passant bien sûr par les véritables faits historiques (qui sont parfois bien plus extraordinaires que les récits de fiction). On y reconnaît la prose d'un véritable passionné, d'un amoureux fou de la geste héroïque, dans le sens poétique et mythologique du terme.

Que faut-il en retenir ?

  • Un récit épique fascinant
  • Des personnages forts
  • Un univers cohérent

Que faut-il oublier ?

  • Le personnage de Jarl, un peu palot
90

Avec ce tome 2 du Sacrifice du Guerrier, ce récit épique décolle réellement. On en reste presque scotché à son fauteuil. Le personnage de Jarl, il est vrai un peu palot, laisse plus de place à d'autres personnages plus captivants, comme la reine Vierge ou le Conciliateur d'Airain et on ne va vraiment pas s'en plaindre! Puis, au niveau du traitement épique; quelle maîtrise! Je ne sais si ce deuxième tome à été écrit dans la foulée ou s'il est la conséquence d'une plus mûre réflexion, mais il est largement supérieur au premier. Sincèrement: je n'aime pas... j'adore.

Critique de publiée le 6 janvier 2009.

Suis nous sur facebook !

Notre critique vous a convaincu ? Pourquoi ne pas l'acheter ?

Nous vous proposons de comparer les prix de ce produit sur différents sites d'achats en ligne dans lesquels vous pouvez avoir confiance. Constituez votre panier grâce aux liens suivants qui vous proposerons différentes éditions ou des produits similaires.

Trouver ce produit sur Fnac.com Trouver ce produit sur Amazon.fr