75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Sacrifice du Guerrier T1 >

Critique du Roman : Le Sacrifice du Guerrier T1

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 6 décembre 2008 à 11:57

Sous le regard de l'Hoplite

Toutes les hésitations qui encombraient l’esprit du jeune homme disparurent. Il s’élança vers le char, encadré par les sept guerriers qu’Oürl avait choisis pour l’accompagner. Reprenant le cri de leur Khan, ils arrachèrent leurs tuniques d’hommes des Cités pour exhiber leurs tatouages et les armes que, seuls les Dieux savent comment, le Hardi Visiteur leur avait fournies à la barbe des autorités de Songe, dont la vigilance s’était pourtant renforcée au cours des dernières semaines.
Le monde dans lequel évolue Dayntsh Amia, l’un des principaux personnages du Sacrifice du Guerrier, est un univers de légendes et d’actes héroïques. L’auteur, Jacques Martel, est un spécialiste des périodes antiques et médiévales et il nous offre ici, pour son premier roman, le fruit de toutes ces influences. Ainsi, si ces contrées sont assez difficiles à délimiter et que l’on s’y perd un peu, géographiquement parlant, - une carte aurait vraiment été la bienvenue – il est aisé d’identifier toutes les composantes ethniques et les similitudes anthropologique.
Ainsi, au final, le Sacrifice du Guerrier peut être identifiée comme une légère uchronie fantastique. Les Clans de la Grand Aride – le désert central de cet univers – évoquent à la fois les tribus hunniques, mais plus encore, les hordes nomades des khans mongols et timurides. Leur comportement mélange, de plus, des éléments typiquement nomades asiatiques, comme la chasse à l’arc et au faucon, et d’autres, plus exotiques, comme cette mise en valeur de la force brutale, qui peut rappeler certaines coutumes des peuples nordiques. La deuxième composante de ce récit, antagoniste à la précédente, est ce que les gens nomment communément l’Empire de l’Amer. Impérialiste, monothéiste, civilisé et doté d’une administration rigide et quasi-dictatoriale, cette nation évoque bien sûr le bas-empire romain, avec ses ambitions hégémoniques.
Le Sacrifice du Guerrier, c’est donc la variété contre la normalisation, le polythéisme contre le monothéisme, le nomade contre le sédentarisé. Une structure narrative donc classique, fréquemment rencontrée dans ce type de littérature héroïque, dans laquelle évoluent plusieurs personnages haut en couleur, métaphore de certaines valeurs humaines : les Héros. Ces Héros, que l’on va apprendre à connaître progressivement au fil des pages, se posent comme les relais des forces célestes sur Terre. Empruntant à la fois leurs aspects aux légendes homériques, perses et médiévales, ils sont les guides spirituels et les gardiens du personnage principal, Jarl Dayntsh Amia, un jeune homme à la destinée messianique. Mais Jarl n’est pas le seul personnage intéressant de ce roman, d’autres, moins importants, sont tout autant accrocheurs, comme le général Jonas ou la belle Sheeren Chants Sauvages.
Au niveau narratif, le tome 1 se compose d’un double récit se déroulant en alternance ; l’un raconte les évènements présents et l’autre est une succession de flashback nous exposant la jeunesse de Jarl. L’exercice, périlleux, aurait pu amener le lecteur a éprouver une certaine lassitude, se voyant régulièrement sorti du fil de l’action pour redémarrer le processus d’immersion quelques pages plus loin. Je dois avouer que je n’ai jamais été un fervent partisan du flashback et, là encore, je persiste dans mes convictions. Heureusement, le récit est suffisamment intéressant, et la plume de Jacques Martel suffisamment agréable, pour que mes aventures dans cet univers épique restent une très agréable expérience.
A noter, pour finir, l’excellence de la couverture de ce livre, brillamment illustrée par Julien Delval.

Que faut-il en retenir ?

  • Un univers exotique riche et guerrier
  • Un judicieux mélange d’influences qui épice le récit
  • Des personnages attachants

Que faut-il oublier ?

  • Une structure narrative à double focalisation et l’omniprésence de flashback, éléments peu propices à l’immersion.
78

Le tome 1 du Sacrifice du Guerrier est un très intéressant récit épique et légendaire, doté de personnages attachants et aux profils psychologiques riches. Pour son premier roman, Jacques Martel fait montre d’une grande maîtrise dans la construction de cette épopée, même si l’omniprésence de flashbacks a un peu gêné mon processus d’immersion au sein de cette exaltante aventure.

Critique de publiée le 6 décembre 2008.

Suis nous sur facebook !

Notre critique vous a convaincu ? Pourquoi ne pas l'acheter ?

Nous vous proposons de comparer les prix de ce produit sur différents sites d'achats en ligne dans lesquels vous pouvez avoir confiance. Constituez votre panier grâce aux liens suivants qui vous proposerons différentes éditions ou des produits similaires.

Trouver ce produit sur Fnac.com Trouver ce produit sur Amazon.fr