75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Artefacts
Artefacts >

Critique du Film : Artefacts

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 11 septembre 2008 à 1543

Des dopplegangers à Bruxelles

Kate se réveille, effrayée et en nage. Vivant très mal sa rupture avec Mike, elle vient de faire un horrible cauchemar. Cette jeune femme dynamique va cependant apprendre que la réalité peut être encore plus terrible que le plus horrible des songes. En effet, les membres de son cercle d'amis tombent les uns après les autres, victimes d'assassinats mystérieux. Aidée de son ex-petit ami, elle va découvrir que dans le corps de chaque victime la police a découvert un étrange artefact métallique...
Difficile de vous parler d'Artefacts sans en dévoiler trop sur LE mystère, seul intérêt de ce métrage. Disons que ce script semble sortir tout droit d'un épisode des X-Files et qu'il est construit sur les thèmes des faux semblants et de la manipulation. Réalisé en douze jours, avec seulement deux caméras et un étroit budget de 75,000 €, le film de Giles Daoust et Emmanuel Jespers met en scène une poignée de comédiens anglophones dans un long métrage qui y aurait gagné en étant un court, voire un moyen, métrage.


Cependant, même si le film souffre de nombreuses longueurs, il n'en est pas pour autant ennuyant. Le mystère est en effet bien gardé et la révélation arrivera suffisamment tôt pour ne pas nous lasser. Seules les circonstances de cette révélation - une simple confession - manque un peu de panache et d'imagination. L'aspect "thriller" consiste en la mise en forme d'une paranoïa, les amis de Kate étant tous agressés par des inconnus ayant l'apparence de leurs doubles. Mary Stockley, la comédienne interprétant le rôle principal se débrouille d'ailleurs très bien, une performance d'autant plus appréciable qu'elle porte pratiquement le film sur ses épaules. La confrontation de Kate avec son "double" est d'ailleurs l'un des moments forts d'Artefacts, l'actrice parvenant, par une simple coiffure un peu différente, à laisser apparaître un profil psychologique opposé.
Le film souffre cependant de légèretés structurelles qui lèvent de nombreuses interrogations. La plus gênante est: pourquoi Mike et Kate, une fois le corps de l'un de leurs amis découvert, ne demandent pas la protection de la police? En général, dans ce type de films à conspiration, les forces de l'ordre sont mouillées jusqu'à l'os, ou les preuves disparaissent subitement - faisant passer les témoins pour des fous -, mais ici ce n'est pas le cas et le manque de bon sens du couple semble anormal. D'autres "petits" soucis s'ajoutent à celui-ci, des détails que je ne peux vous révéler sans trop "spoiler", comme disent les jeunes, mais qui témoignent que le scénario n'a apparemment pas été assez travaillé.

Au niveau des effets spéciaux, étroitesse de budget oblige, le spectateur n'en prendra pas plein les mirettes. Le moment le plus spectaculaire consiste en un effet pyrotechnique, à l'occasion d'une explosion de voiture. D'autres effets, comme des fondus au blanc et des lumières très vives, contribuent à entretenir l'ambiance science-fiction de ce thriller paranoïaque qui prend parfois des allures de métrage de fin d'étude.
Je conclurai en regrettant que - même si ce film de Daoust et Jespers est loin d'être un chef d'oeuvre et qu'il est tourné en langue anglaise - Artefacts soit toujours inédit dans l'Hexagone alors qu'il est disponible depuis cet été aux USA (édité par Lionsgate, avec sous-titre français). Cela reste quand même un film de nos voisins belges, qui a été projeté dans un bon nombre de festivals francophones (le BIFFF, les Utopiales...).

La conclusion de

Artefacts souffre de son budget restreint et d'une certaine précipitation dans sa réalisation, c'est certain. Le film du duo belge Giles Daoust et Emmanuel Jespers traîne aussi un peu en longueur en raison d'une intrigue manquant quelque peu d'arguments narratifs. Mais tout n'est pas raté, le mystère, par exemple, nous intrigue suffisamment pour que l'on s'accroche au récit et l'interprétation de l'actrice principale, Mary Stockley, s'avère être de qualité.

Que faut-il en retenir ?

  • Le mystère bien entretenu
  • Mary Stockley, une actrice à découvrir

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario qui ne convainc pas
  • Un manque flagrant de budget
  • Des longueurs

Acheter Artefacts en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Artefacts sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+