75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Manga : Futokuma
Futokuma >

Critique du Manga : Futokuma

Avis critique rédigé par Sylvain T. le jeudi 26 juin 2008 à 2321

Entre virtuel et réalité...

Tout droit venu de l'univers de deux jeunes créatrices, le tome 1 de Kuma Kuma nous propose de suivre les aventures de cinq amis dans un jeu en réseau pas comme les autres...
Un jeu vidéo dans un manga ! Les joueurs sont tous maudit ! Nos héros achètent « Kuma story », un jeu étrange trouvé dans une mystérieuse boutique. Tout d'abord, ils y jouent avec enthousiasme, mais au fil du temps, ils réalisent à quel point cet univers est dangereux ! En effet, les joueurs sont tous maudits ! Ils voient leur vie liée à celle de leur personnage de jeu ! Leur première mission est de retrouver « Futokuma », le grand Ours brun, défenseur de la ville « Tempête ». Si nos jeunes amis ne le sauvent pas des griffes des kidnappeurs avant la célébration de «la fête de l'ours», un terrible malheur s'abattra sur les habitants de « Tempête Ville » !
Kuma Kuma, c'est le renouveau du manga français, il met en scène le lecteur dans une véritable partie d'un jeu vidéo, comme si il était lui même un élément de l'histoire. A la tête de ce projet, Yuki et Kaji, et elles nous emmènent dans un scénario terriblement passionnant. Mais avant de parler de l'histoire, voyons plutôt la qualité graphique de l'oeuvre, car elle s'éloigne vraiment beaucoup des standards actuels. Mais là, patatra, le manga est en noir et blanc, jusque là tout va bien, mais là ou ça pose problème, c'est la façon dont l'action est dessinée. En effet, le noir est utilisé excessivement ce qui atténue l'envie de lire puisque parfois l'on a du mal à lire les dialogues puisqu'ils sont aussi noirs (le fond de la bulle est quant à elle blanche). Heureusement Kuma Kuma se rattrape sur la qualité générale du dessin, drôle et attachant grâce à la technique Mangas-SD (Super Deformed) des personnages. Au départ prévu pour être une BD typée Sin City, le format manga à faussé les bonnes idées du dessin d'origine, c'est dommage car la couverture et une réussite. Mais globalement, l'image est bonne et fort sympathique.
Même si l'on peut reprocher au dessin bien des choses, il n'en est rien du scénario. Je suis moi-même joueur et lorsque j'ai commencé à lire Kuma Kuma, j'ai éprouvé la même sensation - agréable - de découverte que lorsque j'ai commencé à joué à mon premier jeu en ligne. Un univers accrochant, certes très enfantin je vous l'accorde, mais attachant quand même. Le texte se veut décontracté et il est avant tout destiné aux joueurs de MMO. Mais ça ne veut pas dire qu'un public non-joueur ne vas pas réussir à s'y intéresser car tout au long du tome 1, la façon de parler des personnages n'est pas trop difficile à comprendre. Kuma Kuma est aussi bourré de clins d'oeil venant de Dofus ou de World of Warcraft, ce qui donne l'occasion à l'oeuvre de se démarquer des Mangas d'Heroic-Fantasy qui sont aujourd'hui très nombreux.

La conclusion de

Sans tout casser graphiquement, Kuma Kuma est une bonne surprise scénaristiquement parlant. Même s'il est là pour séduire un lectorat jeune et avant tout tourné vers les jeux vidéo, il conviendra parfaitement à d'autres lecteurs n'ayant pas forcément la même passion. Drôle et mignon, Kuma Kuma est sans nul doute un bon manga pour l'été.

Que faut-il en retenir ?

  • Le scénario
  • L'humour
  • L'univers

Que faut-il oublier ?

  • Trop de noir
  • Beaucoup trop de noir !

Acheter Futokuma en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Futokuma sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+