75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : 2072, les mercenaires du futur
2072, les mercenaires du futur >

Critique du Film : 2072, les mercenaires du futur

Avis critique rédigé par Christophe B. le vendredi 15 février 2008 à 1616

Le pire de Fulci

2072. Dans un monde en pleine décadence, les chaînes de télévision se livrent à une impitoyable course à l'audience. Pour Cortez, homme de télévision aguerri et prêt à toutes les compromissions, la recette du succès réside dans l'exploitation à outrance de la violence. La chaîne qu'il dirige est en fait sous la coupe de Junior, un ordinateur qui rêve de devenir le maître du monde. Pour distancer définitivement les chaînes concurrentes, Cortez invente un jeu cruel et violent qui se déroulera au sein d'une gigantesque arène : un combat de gladiateurs motorisés, dont les participants sont des détenus condamnés à mort.


En bon réalisateur bis du cinéma Italien, Lucio Fulci se devait en ce milieu des années 80, de suivre les modes cinématographiques. Après s'être confronté à l'héroïc-fantasy avec Conquest, le maître incontesté du gore rital va s'embourber dans la S-F post-apocalyptique .
Ces mercenaires du futur, comme le proclame le titre, doivent s'affronter dans l'arène pour le plaisir du bon peuple (qu'on ne voit jamais d'ailleurs), friand de spectacle télévisé violent, et si possible mortel. Mais voilà, dans ce film au budget, comme toujours réduit à peau de chagrin, le spectacle d'une douzaine de motocyclistes s'entrecroisant sur une piste ensablée, est loin d'être excitant.
Revêtus de magnifique armures en plastique d'un kitch saisissant, les motards s'essaient à quelques sauts sur des tremplins rachitiques et s'écroulent dans la poussière avec force roulades pour simuler une mort atroce. En un mot comme en cent : c'est pitoyable... On a du mal à croire que ces Mad Max du pauvre participent à un show planétaire censé captivé des téléspectateurs excités par un spectacle de gladiateurs modernes.
Fulci et son armada de scénaristes, soit quatre personnes, pompent allègrement des éléments chez Mad Max, New York 1997, Blade Runner ou encore Rollerball. Mais le seul intérêt scénaristique se développe à peine dans la dénonciation de la toute puissance des chaînes de télévision et de la course à l'audimat. Une opinion visionnaire de notre téléréalité moderne.
Le film s'enfonce hélas dans le ridicule de part son traitement stylistique d'une molesse affligeante et l'emploi de lumières aveuglantes, d'éclairages surexposés, de loupiotte clignotantes et autres effets stroboscopiques. C'est visuellement fatiguant et surtout totalement inutile. Les décors en toc et les costumes ridicules n'aident pas non plus à s'immerger dans une ambiance futuriste quelconque.
Fulci se rend bien compte de la fadeur de son métrage, il parsème donc le film de quelques plans gore géniaux, notamment une scène visuellement superbe qui voit une pauvre femme se faire trancher la gorge par une lame montée sur un balancier façon Le puit et le pendule. Une des rare scène à sauver de ce naufrage...

La conclusion de

Le génie Italien était en véritable perte de vitesse lors de la réalisation de ce film. Et s'il fallait trouver une quelconque excuse à ce ratage filmographique il faudrait peut-être se tourner vers son état de santé. Le grand Fulci commence à cette époque à souffrir d'une cirrhose hépatique qui allait faillir l'emporter. Difficile dans ces conditions de se concentrer sur son travail.

Acheter 2072, les mercenaires du futur en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de 2072, les mercenaires du futur sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de 2072, les mercenaires du futur

En savoir plus sur l'oeuvre 2072, les mercenaires du futur