75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Le Retour des tomates tueuses
Le Retour des tomates tueuses >

Critique du Film : Le Retour des tomates tueuses

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 18 septembre 2007 à 1602

La sauce continue de prendre...

Le Retour des Tomates Tueuses….Mazette, est-ce à dire que les Tomates Tueuses contre-attaquent ? Et que c’est à nouveau la guerre chez les ploucs ?!... En fait, pas tout a fait. Ce titre racoleur n’est qu’un sombre procédé destiné à attirer l’attention de tous les fans de l’un des films comptant parmi les plus héroïques et les plus traumatisants de l’histoire du cinéma, juste derrière Laurence d’Arabie et Les Dix Commandements. Dans ce présumé retour des juteuses psychopathes couleur de sang, vous ne verrez donc pas de menaçantes hordes potagères rouler sur la chaussée, mollement poussés vers la caméra par des machinos blasés ou des accessoiristes farceurs. Vous ne serez pas terrifiés par des monstrueuses baudruches en plastique rouge criant à plein pépins leur haine de la race humaine. Quel tristesse !..


Ceci dit, à la décharge des producteurs récupérant le concept, il faut bien avouer qu’à part ces performances déjà suffisamment incroyables, l’on ne voit pas vraiment ce que ces fruits, en général si… sages, auraient pu exercer comme autres exploits justifiant la mise en forme d’un nouveau métrage. Des numéros de claquettes, des tartes au citron meringuées, des katas d’aïkido ou des démonstrations de savate ? Cruel dilemme….
Les repreneurs de la licence, qui soit dit en passant se révèlent pour l’occasion encore plus fous que les précédents, on trouvé une solution pour contourner le problème. Pour faire rebondir le sujet, rien de telle qu’une bonne mutation génétique ! Une bien grosse, de celles que l’on n’attend pas, et opérée de préférence par un savant mégalo complètement dingue dans un laboratoire rempli de machins zarbis et inutiles délivrant concerts de bip, de zip, de blup-blup et de tsoing. Et dans ce creuset de délire, le savant fou va créer des hommes – véritables soldats dociles à la voix et durs à la tache - à partir de tomates (un fruit désormais honni et sujet à une véritable politique de prohibition et, par conséquent, de marché noir). Et même des femmes dites donc ! Ah oui... Plus un truc ridicule qui se voudrait être une sympathique et énorme tomate poilue gazouilleuse – cette chose ressemble plutôt à un tampon périodique usagé éjecté de l’intimité d’une protagoniste éléphantesque du Muppet’s Show.

Le clou de l’histoire réside dans le fait que l’une des créations du docteur Maboul – une tomate bien gironde nommée Tara - va s’échapper et tomber dans les bras d’un jeune pizzaiolo romantique. Véritablement émancipée et portée sur la gaudriole, la femme-tomate va devoir alors résister à son désir de défendre la liberté des légumes et des fruits mais surtout contrôler ses pulsions mélomanes qui mettent à mal l’équilibre de son apparence humaine. Aidée par son amant – on avait déjà vu des femmes s’amuser avec des concombres et des bananes, mais pas encore un homme avec une tomate - et le pote de ce dernier, accompagnée de la tomate poilue (devenue son animal domestique), elle va aussi devoir échapper à la traque que le savant fou a initié contre elle….
L'attaque des Tomates Tueuses se voulait une parodie des films de monstres des années 50. Mal réalisé, monté bout à bout sans finesse, interprété avec enthousiasme mais sans grande tenue, le film était un sympathique délire, toutefois guère ambitieux. Pourtant, il cartonna dans les video-clubs, atteignant le très envié statut de film culte aux cotés d’un Evil Dead ou d’un Re-animator, mais dans le domaine assez restreint de la farce SF. Quelques années plus tard, John DeBello et J. Stephen Peace se limitent à récupérer le concept pour lui faire revêtir un habillage plus moderne.

Cette séquelle quitte en effet le domaine de la simple imposture référentielle et moqueuse pour pénétrer dans celui de la comédie potache, destinée essentiellement aux adolescents rigolards. Exit les militaires hystériques et les scientifiques coincés, bonjour les post-teenagers dans le vent mais flemmards, les jolies filles et les blagues en dessous de la ceinture. Bref, bienvenue dans le monde de Troma ! Un effort est également fait dans le domaine technique (attention, les fx restent quand même ridicules) avec une photographie plus professionnelle, un jeu plus posé et une réalisation « eighties » inspiré du cinéma de Joe Dante et consorts. Seules quelques transformations « tomatesques » et les apparitions du fameux commando du premier volet nous rappellent que nous assistons là à une séquelle.
Très con, le film fonctionne quand même. Cela ne vole pas haut – et je suis retenu dans mes propos – mais il se dégage une telle dose de bonne humeur que la vision des aventures de Tara et ses amis se laisse voir avec plaisir, à la condition d’adhérer au comique par l’absurde. Certaines séquences sont d’ailleurs hilarantes - comme lorsque Tara retrouve sa forme originel (une ridicule tomate posée sur la table) au restaurant et entraîne une véritable panique au sein de la clientèle qui voit en ce simple fruit un monstre sanguinaire - et valent à elles seules le coup d’oeil. Pour la petite histoire, notons aussi que ce film marque les débuts au cinéma d’un certains George Clooney.

La conclusion de

Le Retour des Tomates Tueuses n’a rien à voir avec le premier volet. Il n’en reste pas moins que cette comédie potache est assez agréable à suivre si l’on adhère à la mécanique du comique par l’absurde cultivée dans les productions Troma. Mieux réalisé et interprété que le film culte des années 70, il réserve son lot de débilité qui a le don de me faire marrer. Une réaction qui donne à penser qu’il remplit pleinement les objectifs que se s’étaient fixés les initiateurs de ce délire.

Que faut-il en retenir ?

  • Scénario bien délirant
  • Quelques bons gags

Que faut-il oublier ?

  • Aucune autre ambition que le divertissement potache
  • FX vraiment pourris
  • Très éloigné du concept originel

Acheter Le Retour des tomates tueuses en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Retour des tomates tueuses sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'Attaque des Tomates Tueuses

En savoir plus sur l'oeuvre L'Attaque des Tomates Tueuses