75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
La Colline a des yeux 2 >

Critique du Film : La Colline a des yeux 2

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 27 juin 2007 à 15:19

La 7ème compagnie vs les mutants cannibales en rut

Dans le secteur 16, un détachement de la Garde Nationale effectue une mission de routine. Arrivés sur les lieux, ils découvrent que le camp qu’ils doivent ravitailler est déserté. Alertés sur leur radio par un SOS venu des collines environnantes, ils décident d’organiser une expédition de secours.


Après son remake de bonne facture signé Alexandre Aja, il était évident que La Colline a des Yeux allait bénéficier d’une suite. Le réalisateur français se retrouvant écarté du projet suite à des désaccords d'ordres scénaristiques et éthiques, c’est donc au jeune allemand Martin Weisz qu’incombait la tâche de faire revivre les célèbres cannibales mutants de Wes Craven sur nos écrans. Et quand l'on connaît le goût du bis teuton pour le gros qui tâche, l'on aurait pu être amené à envisager un tsunami d'hémoglobine sur la toile... Et l'on aurait vu tout juste ! Car, cette fois-ci, fini les trois vacanciers en détresse. « C’est du menu fretin tout ça, ma p’tite dame ! semble nous dire Martin Weisz. Moi, je suis spécialisé dans la triperie industrielle, du genre sérieux, livraison par container de 200 litres ! ».
Du coup, on passe la vitesse supérieure avec les mésaventures d’un groupe de militaires en manœuvre, une bande de bidasses cons comme des manches qui vont tomber les uns après les autres sous les coups de dégénérés lubriques. Ecoeurant, excessif et malsain, ce scénario débile écrit en cinq minutes sur un coin de table de cafétéria nous renvoie directos à l’époque du cinéma d’exploitation italien des années 80. Car, en voyant ce film, on pense bien sûr à Cannibal Holocaust, Cannibal Ferox ou autres Anthropophagous, tous ces nanars gerbants qui faisaient la joie des vidéo-clubs de quartier avec leur débauche de spaghetti bolognaise. Et les personnages creux et stéréotypés, ainsi que leurs dialogues ridicules et leurs rapports caricaturaux, appuient encore plus l’impression d’un voyage dans le temps. Ceci étant, on assiste, un peu décontenancé, ou hilare (en fonction de la sensibilité du spectateur), aux agissements stupides de cette équipée de crétins qui se font tout bonnement équarrir par des cannibales surpuissants qui n’en demandaient pas tant.
En réalité, c’est un véritable festival de n’importe quoi. Les types - un agglomérat de looser chamailleurs au profil psychologique aussi mince qu’une anorexique de chez Loréal - laissent reposer leur armes à dix mètres d’eux, les filles s’éloignent pour pisser en pleine zone de danger, les mecs braillent en essayant de se faire discrets et un gus surgit de la cuvette des chiottes, couvert de merde bien évidemment, avant de crever cinq minutes plus tard car « la merde c’est vachement pathogène » . C’est débile et gras. On a l’impression d’assister à un volet trash et inédit des « Bronzés chez les Cannibales ». Puis, cerise sur la barbaque, les quelques bidasses survivants pénètrent dans les cavernes pour nous refaire un énième remake Aliens, version Z.
De plus la réalisation, bourrée de clichés, manque cruellement de personnalité (même si elle est bien maîtrisée techniquement), le montage est linéaire, le suspens complètement absent et les prises de vues restent banales. Et pourtant, pourtant… je me suis vachement marré et je n’ai pas vu le temps passer. Et oui, je l’avoue volontiers. Car La Colline a des Yeux 2 a des sacrés arguments – si l’on est amateur de triperie en gros -, c’est sa violence gratuite, sa rage et son coté gore exubérant. Cela commence par une femme qui accouche dans la crasse la plus absolue - avec gros plans sur les détails les plus sordides de son anatomie - d’un bébé mutant dégueulasse avant de se faire exploser la tronche par l’heureux papa. Et ce n’est que l’ouverture d’un festival de gore jouissif, une explosive exposition graphique que n’aurait pas renié Ruggero Deodato, Bruno Mattei ou Joe D’Amato (le coté cul en moins). Dans La Colline a des Yeux 2, quand le gore rejoint la pornographie sur son terrain de jeu, cela donne un type recouvert de merde nettoyé à la main par une jolie blonde au rimel même pas un peu en vrac, une prisonnière qui se fait sauter en levrette par un gros mutant vicieux à la langue baladeuse qui aura cependant la galanterie (si l’on en croit les plans suivants) de renfiler son froc à sa belle. La même femme qui arrache avec les dents la langue (le sexe, ils ont pas osé, mais le sous-entendu est suffisamment appuyé) serpentine d’un mutant pustuleux, un type coupé en deux au niveau de la taille dans un geyser de sang, une main qui fouille des matière cervicales en gros plan, pour ensuite la malaxer comme une boulette de crotte de nez. Bref, j’en passe et des meilleures…
Tout ça fait rire ou donne envie de vomir, mais il faut bien dire que cet aspect démonstratif est le seul « point fort » de ce film de commande bâclé. Si l’on est amateur, comme moi, de ce genre de séries Z dégueulasses et grand guignol, vous avez de grandes chances d’apprécier à leur juste valeur les maquillages géniaux du K.N.B. de Greg Nicotero, Howard Berger et Thomas Kurtzman. Le must est de mater ça en DVD, un soir avec des potes, accompagné de pizzas et de bières. Et si vous n’entrez pas dans cette catégorie de gens pervers et totalement immatures, j’ai bien peur que la Colline a des Yeux 2 vous soit réellement insupportable. Tant pis pour vous !..

50

La Colline a des Yeux, avec ses séquences gratuites et malsaines, ses personnages vides et son scénario rachitique, surfe sur la vague créée par Saw, Hostel et consorts. De ce point de vue là, il s’en sort pas mal et l’amateur de viande (pas) fraîche en aura pour son argent. Cependant, il faut bien dire qu’à part cette violence et cette exposition graphique digne des grands nanars gores des années 80, il n’y a grand-chose d’autre à dire de ce film complètement vide par ailleurs, et souvent ridicule dans ses péripéties et ses lignes de dialogue. Pour amateurs de tripailles uniquement…

Critique de publiée le 27 juin 2007.

Que faut-il en retenir ?

  • Des tripes, de la merde, de la viande hachée, des mutants
  • Bonne maîtrise technique

Que faut-il oublier ?

  • Scénario alibi et souvent peu crédible
  • Personnages creux, dialogues débiles
  • Un aspect gratuit et malsain qui peut déranger

Acheter La Colline a des yeux 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Colline a des yeux 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !