75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Musique : Arthur et les Minimoys, BO-OST
Arthur et les Minimoys, BO-OST >

Critique du Musique : Arthur et les Minimoys, BO-OST

Avis critique rédigé par Manu B. le mardi 10 avril 2007 à 1926

Arthur et les minimoys

Luc Besson et Eric Serra, c’est une longue histoire, une collaboration depuis de longues années. Ils ont travaillé sur de si nombreux projets qu’ils forment un tandem bien rôdé. On se souviendra des magnifiques bandes originales du grand bleu, qui nous a fait découvrir toute l’étendue du talent de compositeur d’Eric Serra (et occasionnellement celui de chanteur), lequel a vraiment atteint son apogée avec la BO de Léon puis du cinquième élément.
A l’occasion de la sortie d’Arthur et les Minimoys, Eric Serra se devait de trouver une ambiance légère puisque la composition de ce score est à l’attention du tout jeune public, par le biais de ce film anime.
On y retrouve donc toutes les composantes inhérentes au merveilleux et à l’imaginaire. En utilisant entre autres les habituels violons, piano, hautbois pour les premiers morceaux, dans un thème et entraînant et facile, on se croirait presque au début d’un Zelda. (écoutez le représentatif Nice town, ou no kiss but tradition). Toujours dans le jeu des ressemblances, the phone call nous emmène aux frontières d’un final fantasy, grâce à l’ajout des chœurs.
Et comme dans tout conte, il y a gentils et méchants auxquels il faut pouvoir facilement situer la présence par des thèmes bien spécifiques. Celui des méchants est mis en valeur par les chœurs graves, les contrebasses, les percussions, les cuivres de manière… je dirais, habituelle et classique. (Bogo Matassalai, third ring for the soul, evil straws, Malthazar)
Le compositeur français utilise toutes les possibilités de l’orchestre symphonique, dont généralement les morceaux les plus rapides dans les scènes de poursuites héroïques sont les plus représentatifs, comme par exemple the sword of power.
Au final, les anglos saxons ont James Horner et John Williams, compositeurs maintenant légendaires, mais nous avons en France des compositeurs aussi talentueux que Eric Serra, qui n’a rien à leur envier. Je trouve même qu'il a un talent tel que ce genre de score le bride quelque peu dans un cadre bien établi et limite sa marge de manoeuvre. Ce score manque du coup d’originalité.

La conclusion de

Voilà une bande originale maîtrisée dans la lignée des grandes compositions. Peut être est-ce un peu trop classique.

Acheter Arthur et les Minimoys, BO-OST en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Arthur et les Minimoys, BO-OST sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Arthur et les Minimoys

En savoir plus sur l'oeuvre Arthur et les Minimoys