75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : L'étreinte du Griffon
L'étreinte du Griffon >

Critique de la Bande Dessinée : L'étreinte du Griffon

Avis critique rédigé par Lucie M. le lundi 26 mars 2007 à 2324

Adam Serre D’ombre continue sa quête et nous on s’y perd !


À la fin de ma lecture du premier tome, je n’avais pas été très charmée par le traitement de l’histoire d’Adam Serre D’Ombre et par ce début de quête de fantasy où celui-ci devait obtenir une des larmes de son père pour éviter que le monde ne tombe dans le chaos. Bien sûr cette tache n’est pas aisée puisque le père d’Adam Serre D’Ombre n’est autre qu’un Dragon au cœur de pierre. Le scénario de Mc Clung m’avait paru complexe et pas tellement innovant. Pourtant, il y avait de quoi faire une bonne série de fantasy peuplée de créatures mi-hommes et mi-dragons. Et pour terminer, j'avais trouvé le dessin, assuré par Mateo Guerrero, d’allure trop sage même si d'apparence il était d'une qualité tout à fait louable.
Voici mes quelques reproches du tome précédent, De Cendres et de Sang, que j’avais laissé en suspens en me disant bien que le jugement d’un premier tome d’une nouvelle série de BD est à faire avec des pincettes. Il faut toujours laisser le bénéfice du doute aux créateurs et surtout à nous lecteurs commencent une aventure graphique.
Mais voilà, je viens de finir le tome 2 de Dragonseed, L'étreinte du Griffon, et je ne suis toujours pas convaincue par l’histoire. Le pire étant que je me perds dans le dédale des personnages de Dragonseed. Des personnages qui se ressemblent tous de plus. Et n’arrivant pas à les différencier – je parle surtout de la gente féminine - je n’accroche à aucun d’entre eux. Bien évidemment, je reconnais que le coup de crayon de Guerrero est très réussi pourtant l’étincelle de plaisir du lecteur n’y est pas.
Donc, nous retrouvons ce cher Adam Serre D’Ombre en proie à bien des malheurs, mais également des bonheurs puisque lui et ses troupes de nains hargneux de Taaron vont se refaire une petite santé, avant de continuer leur quête. Ce repos bien mérité se fera chez la tante d’Adam, une immense Dragonne pas très commode, mais très sexy et très bien mise en valeur par le coup de crayon de Guerrero, qui les invitera à se relaxer avec une multitude de femelles en chaleurs très peu vêtues. Presque pas vêtues ! Euh pas vêtues dutout même ! Enfin très peu ! La gente masculine sera bien évidemment charmée par les courbes vertigineuses de ces donzelles mi-femmes, mi-dragonnes. Je dois reconnaître que cette suite de pages est très attractive, mais n’apporte rien au cours du récit.
Niveau précision sur l’histoire, nous aurons quand même l’occasion de découvrir quelques pages intéressantes sur Relda qui m'ont malgré tout captiver un tant soit peu à cette quête où nul échec ne doit voir le jour. Puisque comme le dit si bien la tante d’Adam Serre D’Ombre: les Dragons versent des larmes que quand ils sont face à leur destin. La dernière larme versée par le Dragon Noir – le père d’Adam – fut le jour où sa sœur et son frère dévorèrent leur mère durant son sommeil. Là je dois dire que franchement ben ils sont pas très sympas ces Dragons.

La conclusion de

L’Étreinte du Dragon est trop alambiqué. Décidément, je n’arriverais pas totalement à accrocher à cette série Dragonesque. Pourtant, je dois reconnaître que le coup de crayon de Guerrero, même si d’allures très sages, est tout à fait louable. Guerrero réussit quelques coups de maître dans l’élaboration de certaines silhouettes et grâce aux quatre pages qui débutent la série sur fond noir. Mais le scénario reste trop complexe à mon goût. Trop de personnages viennent se greffer au récit principal et gâchent le cours de celui-ci. Peut être qu’un peu moins de pages – donc ce qui voudrait dire disparition de certaines cases/scènes n’apportant rien au récit – et beaucoup plus de concentration sur cette quête serait de bon augure. En clair, une série de fantasy où le dessin prime et où le scénario part quelque peu en sucette à cause d’un trop-plein de personnages et de situations ne servant à rien.

Acheter L'étreinte du Griffon en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'étreinte du Griffon sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Dragonseed

En savoir plus sur l'oeuvre Dragonseed